Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG - Prosa

 

Autore: saiyuki_02

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 4 capitoli

Pubblicato: 13-08-05

Ultimo aggiornamento: 03-01-06

 

Commenti: 25 reviews

» Scrivere una review

 

RomanceRomance

 

Riassunto: Fic alternative. Ryo va apprendre ce qu'est le bonheur...

 

Disclaimer: Les personnages de "Tout le monde à droit au bonheur" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

I sent an email, but I still can't get in the NC-17 section.

 

You have to send me an email using the link I put in the account management section. Also, the validation is done manually, so it takes time. If after a week, there's still no change, please check you gave me all the required data (pseudo, age) and that you are connected when you try to read the NC-17 fanfictions. You can also check the log of request validations. If I validated requests after you send ...

Read more ...

 

 

   Fanfiction :: Tout le monde à droit au bonheur

 

Capitolo 3 :: Tout s’arrange…

Pubblicato: 30-12-05 - Ultimo aggiornamento: 30-12-05

Commenti: Kikoo tout le monde !! Que pourrais-je dire pour me faire pardonner ?? Pardon, Pardon, Pardon… Vous m’avez beaucoup manqué !! Le pire, c’est que c’est vrai. Deux mois peut-être que je ne suis pas venue sur le site, que je n’ai plus lu de fics de CH…snifff, c’était pas cool…sniff…mais bon me revlà avec la suite de cette fic. Pour ce qui concerne « Kinna Mac Bill » faudra attendre encore un petit moment, je sais pas trop quoi faire d’elle (NKMB : c’est de moi q’tu causes ? – NDA : non non, vous voyez c’est mal parti…). Vla donc un new chapter, bonne lecture, encore 1000 excuses pour cette longue absence…

 


Capitolo: 1 2 3 4


 

Après être partie brusquement de l’appartement de son idiot de sauveur, la jeune femme descendait maintenant rageusement les escaliers de l’immeuble.  

« C’est un crétin, un idiot, un imbécile ! Rrrrr »  

 

Emportée par sa folie furieuse, elle ne se rendit pas compte tout de suite qu’elle était déjà dans la rue et qui plus est, complètement perdue.  

 

Sa colère se dissipa peu à peu et laissa place à un certain désarroi. Elle venait d’arriver dans cette ville et bien entendu elle ignorait complètement où se trouvait son hôtel et par conséquent le chemin qu’elle devait emprunter pour l’y mener. Elle se retrouvait dans la même situation que ce matin, peut avant de se faire agresser par ses voyous.  

 

En effet, elle voulait se rendre chez une personne susceptible de pouvoir l’aider dans sa quête, mais voila, à peine s’était-elle éloignée de quelques mètres de son hôtel, qu’elle s’était déjà perdue. Pas un passant, pas une voiture, personne ne pouvait la renseigner. Alors qu’elle s’apprêtait à paniquer elle avait entendu des voix. Si elle avait su à qu’elles appartenaient à une bande de voyous sans scrupules, jamais elle ne se serait dirigée dans leur direction.  

 

Elle s’arrêta.  

 

« C’est vraiment pas mon jour aujourd’hui » se dit-elle pour se détendre et ne pas céder à l’affolement.  

 

Elle avait le choix entre continuer je ne sais où et prendre le risque de croiser de nouveau ses agresseurs, ou alors elle rebroussait chemin pour aller… nul part.  

 

Elle entreprit toute fois de faire demi-tour.  

 

BAM  

La jeune femme venait d’heurter malencontreusement un homme qui se trouvait derrière elle. Elle avait bien faillit tomber, mais fort heureusement l’homme l’avait rattrapé de justesse et la tenait désormais dans ses bras.  

- « Ca va, rien de casser ?»  

- « Je…je vais b…VOUS ?! » dit-elle alors qu’elle relevait la tête, un peu sonnée par le choc.  

- « Alors on est tellement folle de mon corps qu’on ne peut pas s’empêcher de lui sauter dessus ? »  

- « Vous prenez vraiment vos désirs pour des réalités »  

- « Peut-être mais c’est bien vous qui venez de me rentrer dedans »  

- « Pas du tout, et puis je peux savoir ce que vous faites là ? Ne me dites pas que vous me suivez ? »  

- « Ah ah ah ! Moi ? Vous suivre ? N’importe quoi, j’ai bien le droit de me promener dans mon quartier tout de même » feinta Ryo.  

- « …Dites, vous pourriez-vous peut-être me lâcher maintenant ? » demanda-t-elle alors qu’elle s’empourprait à ses mots.  

Depuis qu’il l’avait rattrapé, Ryo ne l’avait effectivement pas lâché. En fait, il n’était pas conscient qu’il la tenait encore ou alors il n’avait tout simplement pas envie de le faire.  

- « hum » fit-il alors qu’il retira ces bras.  

- « Merci »  

- « Où alliez-vous ? »  

- « Je rentre à mon hôtel »  

- « …Ca me paraît difficile »  

- « Pourquoi cela ? »  

- « Le centre-ville est dans la direction opposée »  

- « Oh ! Je le savais…je voulais… marcher un peu, oui marcher un peu avant de rentrer » dit-elle, essayant de garder la face.  

- « … »  

- « Bon et bien je crois que j’ai assez marché comme ça, je rentre pour de bon à mon hôtel »  

- « Parfait, je vous y accompagne»  

- « Je peux me débrouiller seule »  

- « Mais je n’en doute pas, il se trouve, que nous allons dans la même direction »  

- « Et vous allez où ? »  

- « Je vous trouve bien curieuse dites-moi »  

- « Oh, pardonnez-moi, je ne voulais pas me montrer indiscrète » dit-elle rouge de confusion  

 

Ryo souriait. Il avait remarqué sa teinte rougeâtre et trouvait que cela lui allait à merveille. Il ne savait pas pourquoi, mais cette femme lui plaisait. Certes c’était une jolie femme, mais il n’y avait pas que cela, non. Il y avait quelque chose en elle qui le faisait craquer.  

 

- « Si nous nous mettions en route ? » fit Ryo  

- « Oui »  

 

Ils marchèrent ainsi ensemble vers le centre-ville.  

 

Quinze minutes plus tard ils étaient arrivés devant les marches de l’hôtel. La jeune femme lança un triste regard vers le bâtiment.  

 

- « Quelque chose ne va pas ? » demanda Ryo qui s’était rendu compte du changement d’humeur de la belle.  

 

Celle-ci lui répondit d’une voix étrangement monocorde, ne quittant l’hôtel des yeux.  

 

- « J’ai passé la majeure partie de mon enfance dans des hôtels comme celui-ci. Que ce soit à Paris, Londres, Rome, au bout du compte ils se ressemblent tous. Pour mon retour au pays j’aurais aimé… » Détournant son regard de l’édifice, elle le posa sur l’homme qui lui avait sauvé la vie ce matin et continua, « un habitat un peu plus… chaleureux on va dire » finit-elle par un sourire amer.  

 

- « Hum…je comprends »  

 

Effectivement Ryo comprenait ce que ressentait la jeune femme. Son enfance n’avait pas du être des plus heureuses. Probablement était-elle une fille d’un riche homme d’affaires ou d’Etat, qui par obligation, devait énormément voyager emmenant sa famille avec lui par la même occasion.  

 

Ils restèrent devant l’entrée pendant quelques minutes qui parurent très longues aux yeux de Ryo.  

 

- « Euh…allons-nous rester au beau milieu de la rue encore longtemps »  

- « …Quoi ? »  

 

Semblant revenir à la réalité, la jeune femme pria notre nettoyeur de l’excuser.  

 

- « Laissez moi deviner, vous étiez en train de vous demander comment vous alliez faire pour me convaincre de vous héberger le temps de votre séjour dans notre beau pays… Ah là là, les femmes vraiment… » dit-il alors qu’il passa son bras derrière son dos, l’entraînant ainsi à poursuivre leur chemin vers le cœur même de la ville.  

- « Mais…enfin je… »  

- « Allons allons pas la peine de me remercier, je sais un jour mon trop bon cœur me perdra… on me le dit souvent »  

- « Mais… »  

- « Tsss… vous allez finir par me vexer, venez je vous offre un café, et un bon cette fois ! »  

 

 

Question à zéro million d’euros : Où notre nettoyeur préféré va-t-il emmener la belle déguster un merveilleux café ?  

 

réponse A : chez lui, il va se surpasser pour en faire un meilleur que le premier  

réponse B : au Cat’s eyes, c’est leur spécialité après tout  

réponse C : dans un love-hotel, juste après lui avoir sauté dessus  

réponse D : nul part, la belle va se faire enlever par E.T  

 

 

ahAhAh, question difficile n’est-ce pas ? Je le savais, c’est fait exprès… Mouahahaah (rire démoniaque)  

 

spectateur de la scène : « euh…faudrait peut-être prévenir quelqu’un non ? La police, un docteur, un psy, le FBI, oui, Agent Mulderrr, Agent Scullyyy, vite un extra-terrestre parmi nous »  

 

Agent Mulder : « On est lààààààààà ! je veux le voir, je veux le voir !!! »  

 

Agent Scully : « Mulder, calmes toi, penses-tu vraiment qu’un extraterrestre ressemblerait à… ça » (pointant son doigt sur…ben… pas moi nonnnnn)  

 

Agent Mulder : (déçu) « je crois qu’une fois de plus tu as raison Scully…rentrons à Washington, il n’y a rien à voir ici à part cette folle »  

 

 

Pfff, n’importe nawake ces agents du FBI !  

 

Vla c’était mon ‘ti délire du chapitre, je regarde tous les jours X-Files en ce moment... Oui, oui, je suis toujours aussi dérangée, que voulez-vous on ne se refait pas avec le temps.  

 

Big Kisoux DouXX  

@++  

Votre auteur disjonctée (encore !), Saiyuki_02.  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de