Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prose

 

Auteur: Lauraw

Beta-reader(s): Cats, Maruku, Grifter

Status: Complète

Série: Cat's Eye

 

Total: 22 chapitres

Publiée: 26-05-06

Mise à jour: 29-04-09

 

Commentaires: 23 reviews

» Ecrire une review

 

ActionRomance

 

Résumé: J'ai essayer de prendre le concept du défi, en donnant des frères à Toshio (Quentin en vf, j'ai garder les noms japonais) un caractère plus ferme et j'espère que vous me lirez jusqu'au bout... merci à tous de m'avoir suivit jusqu'au bout jusqu'à la fin de cette aventure... On se reverra dans d'autre aventure... bonne lecture en attendant.

 

Disclaimer: Les personnages de "cat's eyes" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo. Excépter ceux de mon cru bien entendu.

 

Astuces & Conseils

J'ai envoyé un email, mais je ne peux toujours pas accéder aux fanfictions NC-17.

 

Il faut m'envoyer un email en utilisant le lien réservé à cet effet, dans la gestion de compte avec l'adresse email que vous ...

Pour en lire plus ...

 

 

   Fanfiction :: De bien étrange voleurs

 

Chapitre 10 :: Chapitre 10 : Un trop long Week end

Publiée: 17-11-08 - Mise à jour: 16-02-09

Commentaires: désolé d'être si long mais, j'espère que vous aimerez ma suite et avec un peu de chance vous aurez la suite très bientôt

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22


 

Le lendemain à l’aube, les trois frères accueillirent donc par la porte arrière leur sœur et celui qui avait prit soin d’elle : Matsuro Tatsuko, cousin de leur mère et meilleur ami de leur père qui les salua lui aussi visiblement très ému.  

 

- Je suis heureux de vous revoir réunis mes enfants. Jusqu’ici, vous vous êtes débrouillés seuls en effaçant toute trace derrière vous mais à présent que nous nous sommes retrouvés, j’espère que je pourrais vous aidez et je...  

- N’en dites pas plus, nous comprenons et puis…Même ici, les murs ne sont pas sûr, l’interrompit Naguy toujours avec calme.  

Matsuro hocha la tête, comprenant parfaitement avant d’ajouter :  

- Si vous êtes prêts, nous pouvons y aller.  

- Nous nous rendons dans la clinique du Docteur Tatsuko.  

- Nous mettons nos vies entre vos mains Docteur, répliquèrent Ken et Toshio en chœur sur une révérence avec un sourire bravache.  

 

Matsuro, Keishira et Kusanaguy prirent donc le chemin de la Clinique de campagne de Matsuro où Naguy devait se faire injecter le sérum conçu à partir du sang de Kei. A la naissance de son premier enfant, leur mère avait été infectée par un puissant virus que seul un mélange spécial combiné au sang d’un membre féminin de la famille pouvait sauver Kusanaguy. Matsuro était enfin parvenu à la suite d’un travail acharné à concevoir le précieux antidote.  

Deux heures plus tard, ils arrivèrent à destination tandis que Toshio et Ken essayaient de leur coté de trouver le sommeil sans pour autant y parvenir. Ils s’étaient finalement levés pour jouer aux cartes et avaient fini par tomber de sommeil au salon vers le petit matin. Heureusement pour Ken, cette nuit-là, ce fut Ai qui se chargea de leur poupon.  

Toshio se réveilla le premier et tout en s’étirant, jeta un coup d’œil à la pendule qui indiquait 8 heures 30. Ken ouvrait alors les yeux en marmonnant et en baillant :  

 

- Mince ! On est en retard pour l’ouverture !  

- Je sais, mais faut d’abord se changer et prendre une bonne douche ou on va faire fuir les potentiels clients sinon.  

- Tu veux plutôt dire les clients, non ? Tenta Ken en faisant de l’humour ce qui lui valut un sourire et un coussin réprobateur sur le crane de la part de Toshio.  

 

Ils se préparèrent rapidement et de dépêchèrent d’ouvrir le café où les clientes ne tardèrent pas à arriver. Certaines, étonnées de ne pas voir leur serveur habituel, demandèrent des nouvelles de celui-ci. Ken et Toshio parvinrent à esquiver plus ou moins les questions et les assurèrent de son prompt retour.  

Ruï qui maintenant semblait avoir prit l’habitude de venir prendre un café au Cat’s sembla de rembrunir en ne voyant pas Naguy mais Toshio lui servit aussitôt un café comme elle aimait et lui sourit :  

 

- Bonjour gente dame, comment allez-vous ce matin ?  

- Je ne sais pas trop. Naguy est déjà parti ? Demanda-t-elle d’un ton las en posant sa main sur la celle du jeune homme.  

- Oui, il ne devrait être absent que quelques jours. Rassure-toi.  

- Je sais, mais…C’est plus fort que moi.  

 

Elle poussa un soupir avant de se ressaisir et de déclarer :  

 

-Tu as grandi plus vite que je l’aurais cru très cher. Te voilà devenu un homme sage, merci d’essayer de me réconforter bien que je n’en ai pas besoin.  

- Attention, tu pourrais te laisser aller à me faire un compliment, répliqua-t-il amusé.  

- Tranquillise-toi, je ne voudrais pas que tu prennes la grosse tête. Excuse-moi mais il va falloir que je retourne au boulot.  

- Tiens ? Tu travailles le samedi maintenant ?  

- Que veux-tu ? La police n’a jamais de vacances et tu devrais le savoir car Hitomi aussi travailles aujourd’hui.  

- Zut, c’est vrai ! L’inconvénient d’être fonctionnaire…Déclara Toshio en haussant les épaules tandis qu’elle tournait les talons.  

 

Cet après midi là ? Aï passa voir les garçons et les interrogea sur l’absence de Naguy. Ils lui fournirent la même excuse qu’à Ruï. Les deux adolescents devaient passer le week-end ensembles à cause de leur poupon donc Aï tint compagnie aux garçons et ne retourna chez elle qu’un peu avant la nuit. Quant aux garçons, ils ne fermèrent pas avant l’heure habituelle et Hitomi fut la seule à ne pas passer les voir ce jour-là.  

 

Ce soir là, ni Ken ni Toshio ne parvenant pas à trouver le sommeil décidèrent de boire un bon lait chaud dans le salon. Alors qu’il ingurgitait à petite gorgée le breuvage douçâtre, Ken un peu grognon marmonna :  

 

- Demain c’est dimanche, tu as une idée de ce qu’on pourrait faire pour tuer le temps en attendant le retour de Naguy ?  

- On pourrait passer prendre les filles et les emmener à la mer ? S’il y a urgence, Naguy ou Kei nous bipera.  

- Toi, tu essayes de rentrer dans les bonnes grâces de Ruï ! Répliqua Ken malicieusement.  

 

Toshio fit mine de le frapper mais leur chamaillerie fut interrompue par le téléphone. Toshio se précipita sur l’appareil et décrocha en mode haut-parleur. Il s’agissait de Naguy.  

 

- Je savais que vous ne dormiez pas. Je vous connais.  

- On…On finissait de ranger, mentit Toshio en faisant tinter quelques verres.  

 

Naguy rit faiblement en ajoutant :  

 

-Rassurez-vous, je serai là demain soir au plus tard et nous la retrouverons.  

-Repose-toi et ne pense à rien. Demain on s’occupera des filles.  

-Essaierais-tu d’entrer dans les bonnes grâces de Ruï petit frère ? Lança Naguy amusé.  

 

Ken éclata de rire et Toshio grogna amusé.  

 

-Argh, tu vas pas t’y mette aussi ? J’essaie juste de faire taire les éventuels les soupçons qu’elles pourraient avoir Hitomi et elle. C’est tout.  

- Mais oui bien sur…Bon, c’est pas tout mais il se fait tard et je dois vous laisser. Saluer les filles pour moi et à demain !  

- Pas de problème, à demain ! Répondirent en chœur les deux frères avant de laisser Naguy raccrocher le premier.  

 

Entendre sa voix avait suffit pour que les deux frères trouvent enfin le sommeil.  

 

Le lendemain, comme prévu les garçons rejoignirent les filles mais les deux sœurs durent traîner Ruï qui voulait rester seule. Les garçons parvinrent pourtant à la distraire et la journée fila à toute vitesse dans les rires et les jeux. Vers 15 heures, le biper des garçons les fit tous trois sursauter. Ken et Toshio échangèrent un regard entendu et celui-ci s’exclama :  

 

- A notre grand regret les filles, nous allons malheureusement devoir vous fausser compagnie.  

- Pourquoi si tôt ? S’exclama étonné Hitomi aussi déçue qu’Aî.  

- C’était un copain, répondit Ken. Il a besoin de nous car il vient de tomber en panne en rase campagne et nous devons aller le chercher mais dès qu’on revient, on vous appelle c’est promis. Vraiment désolé.  

 

Ils embrassèrent les filles avant de filer mais Ruï n’était pas dupe et sentait bien que les trois frères lui cachaient quelque chose. Cela devait concerner Naguy sans aucun doute car sinon, ils n’auraient pas décampés aussi rapidement. Toutefois, elle n’eut pas le loisir de tergiverser bien longtemps car ses deux sœurs l’entraînèrent à la patinoire pour lui changer les idées.  

 

Toshio et Ken rentrèrent chez eux aussi vite qu’ils le purent pour retrouver Matsuro et Kei assis au salon. Toshio embrassa sa sœur et s’enquit aussitôt de l’état de santé de son frère et de sa sœur :  

 

- Kei, tu vas bien ?  

- Oui. Je me sentirai mieux dans quelques jours mais ca va.  

 

Les deux frères regardèrent Matsuro qui leur adressa un pâle sourire avant de répondre à leur question muette :  

 

- Il se repose mais s’est bien déroulé, ne vous inquiétez pas.  

 

Les deux frères s’écroulèrent ensembles dans le canapé, toute la tension accumulée depuis la veille retombant doucement. Matsuro poursuivit :  

 

- Il sera faible quelque temps mais son état s’améliorera de jour en jour.  

- Tant mieux.  

- Il n’aimera pas se sentir faible mais nous l’aiderons, déclara Toshio.  

- Tu as raison, si nous le traitons en malade, c’est lui qui va nous rendre malade, intervint Ken avec un petit sourire.  

 

Naguy s’approcha appuyé sur une canne à pommeau d’ivoire et leur dit avec un pâle mais brave sourire :  

 

- Je vois que mon état vous fait rire, c’est déjà ca.  

- On est juste soulagé, assied-toi donc. Que fais-tu debout d’abord ? S’écria Toshio en se levant d’un bond pour le faire asseoir mais Naguy refusa son aide et prit place à ses cotés.  

- Je vais bien, poursuivit-il alors inutile de me traiter en malade, d’accord ? Au fait, où avez-vous passé la journée ?  

- Avec les filles, on s’est changé les idées à la plage.  

- Elles n’ont rien deviné ?  

-Non, on leur a servi un bobard quelconque et hop !  

-Et c’était ?  

- Un ami en panne en rase campagne.  

- Ruï ne vous a sans doute pas trop cru, elle commence à devenir un peu trop suspicieuse à mon gout, déclara Naguy mais le coupa en marmonnant.  

- De toute façon, pour le moment cela ne la regarda pas plus que ses sœurs. Avant toute chose, nous avons une mission à accomplir.  

- Oui et j’ai obtenu des infos sur un des tableaux qu’il nous manque : « Le Cœur du vent ». Ce dernier se trouve à Axe au musée principal et n’y restera pas très longtemps.  

- Tu n’as pas la force nous aider alors Ken et moi on se débrouillera seuls comme des grands.  

- Non, vous…  

- Je vais les aider à ta place, l’interrompit Matsuro mais Toshio leva les yeux vers lui et lui répondit d’un ton neutre.  

- On est très reconnaissant pour tout ce que tu as fait pour nous et ne t’offense pas cela les tableaux ne regardent qu’un Toshibara.  

- Alors c’est moi qui vous aiderait et je ne veux aucun refus, offrit Kei. Naguy et Matsuro nous attendrons ici.  

 

Naguy resté silencieux jusque là garda une mine un peu sombre et déclara :  

 

- C’est gentil à toi mais auras-tu la force de nous aider ?  

- Oui, oncle Matsuro m’a tout apprit, je suis prête, répondit-elle sans hésiter le menton levé avec fierté.  

 

Ils reconnurent en elle les traits de leur mère et Matsuro hocha la tête brièvement avec un sourire en disant :  

 

- C’est un véritable petit génie notre Keishira.  

- Normal. Tel frères, tel sœur, murmura simplement Naguy avant de céder.  

- Ken va te montrer ce que nous attendrons de toi et vous suivrez mes ordres à la lettre. Je vous suivrai depuis notre salle.  

 

Tout les trois hochèrent la tête et Toshio déclara :  

 

- Il est temps que tu remontes te reposer Naguy. Tu n’auras qu’à redescendre pour le dîner que je vais préparer.  

- Toshio, je…Commençai Naguy que Ken interrompit avec une grimace.  

- T’inquiète pas, je vais le surveiller car je n’ai aucune envie qu’on finisse tousse à l’hôpital.  

- Sale gosse ! S’exclama Toshio tandis qu’ils éclataient de rire sous le regard appréciateur et bienheureux de Matsuro.  

 

Kei offrit alors de cuisiner le diner.  

Ses trois frères la regardèrent une seconde avant que Naguy ne prenne la parole :  

 

- Si tu veux petite sœur, Ken t’aidera à tout trouver dans la cuisine et puisque tout est réglé, je vais monter me reposer.  

 

Toshio suivit Naguy jusqu’à sa chambre en faisant mine de monter à son atelier tandis que Matsuro prit place à la table de la cuisine pour regarder les jumeaux s’affairer pour le dîner.  

A 19 heures, lorsque tout fut prêt, ils s’attablèrent tous pour diner.  

 

- Mh, Mh, ce poulet à l’air d’être un délice petit sœur ! Bravo !  

- Tu trouves toujours les mots justes, fit Ken en posant recouvrant de sa main celle de Kei rougissante sous les compliments.  

-C’est vrai, tu es un cordon bleu, dit Toshio. Tu nous gâtes.  

- Merci, je suis tellement heureuse d’être là avec vous.  

 

Ils échangèrent un sourire complice et à la fin du repas Matsuro et Kei durent tout de même retourner chez Matsuro afin que leur secret ne soit pas encore dévoiler.  

 

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de