Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prose

 

Auteur: Lauraw

Beta-reader(s): Cats, Maruku, Grifter

Status: Complète

Série: Cat's Eye

 

Total: 22 chapitres

Publiée: 26-05-06

Mise à jour: 29-04-09

 

Commentaires: 23 reviews

» Ecrire une review

 

ActionRomance

 

Résumé: J'ai essayer de prendre le concept du défi, en donnant des frères à Toshio (Quentin en vf, j'ai garder les noms japonais) un caractère plus ferme et j'espère que vous me lirez jusqu'au bout... merci à tous de m'avoir suivit jusqu'au bout jusqu'à la fin de cette aventure... On se reverra dans d'autre aventure... bonne lecture en attendant.

 

Disclaimer: Les personnages de "cat's eyes" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo. Excépter ceux de mon cru bien entendu.

 

Astuces & Conseils

Comment faire un jeu dont vous êtes le héros?

 

Il y a un lien tutorial qui peut vous aider. Tutorial

 

 

   Fanfiction :: De bien étrange voleurs

 

Chapitre 15 :: Chapitre 15 : Ruï et le vieux pêcheur …

Publiée: 21-12-08 - Mise à jour: 15-02-09

Commentaires: merci à tout le monde passer de bonne fete

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22


 

Les jours suivant entre son travail et Ruï, Naguy pu retrouver toutes ses forces et ses frères étaient ravis de le voir heureux. Kinsharo voyant que son plan pour attirer les trois frères avait échoué décida de retirer les tableaux et ce fut ce soir là en trouvant une excuse pour les filles que nos trois frères décidèrent d’agir. Ruï toujours soupçonneuse décida de surveiller les trois frères et Hitomi qui la vit essayer de sortir en douce la suivit jusque la cuisine et lui demanda :  

 

- Où vas-tu à cette heure ?  

- J’ai des informations à vérifier, je ne serai pas longue.  

- Tu y vas seule ? Ca pourrais être dangereux, laisse-moi t’accompagner, insista sa soeur.  

 

Ruï réfléchit car elle ne voulait pas impliquer Hitomi pourtant celle-ci le serait forcément lorsque les garçons décideraient de leur dire la vérité. Elle ne pouvait pas trahir Naguy alors elle secoua la tête en disant :  

 

- Je ne serai pas longue et il n’y a rien de dangereux. Il s’agit juste d’une petite filature. Si j’ai le moindre problème je te bip, ok ?  

 

Fatiguée par sa chasse au voleur, Hitomi capitula et remonta se coucher tandis que Ruï sortait pour rejoindre la maison des garçons et les épier bien dissimulée derrière un fourré. Si bien que lorsque nos trois frères vêtus de noir et masqués se garèrent près de la résidence de Kinsharo aucun d’eux n’avait détecté la présence de la jeune femme en retrait.  

Comme prévu, Ken et Toshio restèrent dans la voiture tandis que Naguy se frayait un chemin jusqu’au coffre de Kinsharo. Enfin parvenu à destination, il en informa ses frères et Toshio ne put s’empêcher de déclarer :  

 

- Décidément, nous sommes très bons !  

- Cesse tes vantardises ou tu vas prendre la grosse tête.  

- Quant à toi p’tit génie, dépêche-toi d’ouvrir ce coffre.  

- J’y suis presque !  

- Cessez de vous chamailler tous les deux les gronda gentiment Naguy. Ne perdons pas de temps.  

 

Les deux jeunes frères se turent et Naguy parvint à prendre le tableau sans se faire remarquer mais alors qu’il refermait derrière lui et s’apprêtait à sortir, une alarme se déclencha. Ken marmonna :  

 

- J’ai loupé la seconde alarme ! Ce type est bon ! Maudit soit-il !  

 

Naguy sortit très vite mais fut poursuivi par des chiens avant d’enfin réussir à rejoindre ses frères qui l’attendaient dans leur voiture de l’autre côté du mur d’enceinte. Toshio démarra sur les chapeaux de roues et ils prirent la fuite. Ruï qui avait assisté à leur départ pour le moins précipité attendit que le calme fût revenu avant de partir à son tour. Nos trois frères qui avaient profité de l’occasion offerte pour poser quelques espions sur les caméras avaient à présent un œil sur Kinsharo.  

 

Kinsharo quant à lui fou de rage ruminait :  

 

- Maudits soient ces sales gamins !  

- Mais Patron ! Le voleur était seul…  

- Les autres ne devaient pas être bien loin. Je dois les retrouver pour elle, murmura-t-il en contenant avec force sa rage.  

 

Le lendemain Naguy qui avait ouvert le café ne vit pas apparaître Ruï ce qui l’étonna. Toshio travaillait sur ses photos de robe du soir et tous les mannequins féminins essayaient tant bien que mal d’attirer son attention. En vain. Il leur sourirait gentiment mais sans plus. Vers midi et demi Hitomi surgit. Toshio fut surpris de la voir arrivée vêtue d’une jupe ultra courte sur des collants résille noir et un décolleté avantageux qui firent baver les rares hommes présents. Certains mannequins marmonnèrent dans le dos de la jeune femme mais Hitomi les ignora royalement. Toshio sourit et vint à sa rencontre :  

 

- Aurais-tu décidé de poser pour moi où bien cette tenue est là juste pour me rappeler combien tu es belle et rivaliser avec ces dames qui sont devenues bien pâles en te voyant ?  

- Si ce n’était que pour cela j’aurais enfilé quelque chose de plus seyant mais c’est pour le travail que je suis habillée de la sorte.  

- Je serais ravi de faire partie de ta nouvelle enquête Inspecteur ! Répliqua aussitôt Toshio charmeur mais, néanmoins légèrement inquiet, ce qui fit sourire Hitomi qui lui répondit.  

- Peut-être une prochaine fois, je suis juste passée te poser une question.  

- J’écoute mon cœur.  

- La nuit dernière vous n’avez pas vue Ruï par hasard ?  

 

Toshio fronça les sourcils car Ken avait bien repéré à un moment donné une voiture qui les suivait mais celle-ci avait bien vite disparue dans une ruelle bien avant leur arrivée à la propriété. Ils n’avaient pas fait le rapprochement avec Rui.  

 

- Non. Pourquoi ? Elle n’est pas rentrée ?  

- Si mais elle avait quelqu’un à voir hier soir et comme je sais qu’entre Naguy et elle c’est disons, compliqué, je pensais qu’elle était peut-être passée chez vous.  

- Désolé. ON ne l’a pas vu. Sérieusement, tu comptes aller travailler dans cette tenue ? Demanda-t-il avec une moue boudeuse. Tu es trop sexy, je vais etre jaloux de tes collègues.  

 

Elle se mit sur la pointe des pieds pour l’embrasser sur les lèvres avant de s’esquiver pour éviter son étreinte.  

 

-Rassure-toi, il n’y a que pour toi que mon cœur bat. A plus tard !  

 

Puis elle sortit rejoindre son coéquipier qui l’attendait dans la voiture, laissant derrière elle un Toshio des plus préoccupé.  

 

Pendant ce temps Ken de son côté avait trouvé refuge sur la terrasse de l’école avec son portable mais Ai le retrouva rapidement.  

 

- Voilà donc où tu te cachais !  

- Je savais pourtant que tu me retrouverais.  

- A quoi es-tu donc si occupé ?  

- Un nouveau programme qui me permet…  

 

Il s’interrompit tout à coup, les mains tremblantes, un mauvais pressentiment s’emparant de lui. Ai lui demanda inquiète :  

 

- Que se passe-t-il ? Ca ne va pas ?  

- Si mais, je crois que…Que j’ai trop travaillé.  

- Tu le reconnais enfin. Dans ce cas, viens avec moi.  

- D’accord, finit-il par dire en rangeant son portable dans son sac puis suivit la jeune fille dans la cour où ils se joignirent à d’autres et improvisèrent une partie de football.  

 

Ce fut la sonnerie du lycée qui les interrompit. Ken prit Aï à part pour l’embrasser et déclara :  

 

- Merci.  

- Pourquoi ?  

- M’aider à me faire des amis. A être plus…Comment dire ? Tu es ce qui m’est arrivé de mieux depuis bien longtemps.  

-…Ken…Murmura Ai très émue en l’embrassant.  

 

Lorsque Toshio rentra un peu avant 17 heures, Naguy remarqua son air préoccupé et lui en demanda la raison.  

Baissant la voix, son frère lui répondit tout en se perchant sur un des tabourets :  

 

-Tu sais, hier soir on avait l’impression d’être suivis…  

-Exact mais où veux-tu en venir ?  

-Et bien ce n’était pas qu’une impression.  

-Ne me dis pas qu’elles nous ont filé le train et tout découvert ? S’alarma Naguy en palissant sur le champ.  

-Pas « Elles » Rui. Hitomi est venue me demander si on n’avait pas vu Ruï hier soir.  

- Je vois…Fit Naguy en hochant la tête. Il faut que je contacte Abel immédiatement !  

 

-Sauriez-vous où est le Lieutenant Ruï Kisugi actuellement ? Questionna-t-il son interlocuteur.  

- Non mais je peux facilement me renseigner.  

- Prévenez-moi dès que vous le saurez.  

- A ton service Naguy.  

- Merci, rétorqua le jeune homme avant de raccrocher et de regagner le bar.  

 

Les hommes d’Abel eurent vite fait de localiser Ruï. Cette dernière se trouvait sur les berges en grande discussion avec le marin qu’avait déjà interrogé sa sœur. Aussitôt les hommes d’Abel en informèrent Naguy qui abandonna le café entre les mains compétentes de ses frères et s’empressa de se rendre au port. Sur place, il remercia les fins limiers de leur travail et une fois ceux-ci partis, il se dissimula pour observer Ruï. La policière discutait depuis un moment déjà avec le vieux Aminisho et semblait mieux savoir le prendre que sa sœur car il lui parlait beaucoup plus qu’à Hitomi. Naguy les espionna plusieurs minutes avant de rebrancher l’appareil de surveillance que lui avait laissé les hommes d’Abel et écouter ce que le couple pouvait bien se dire.  

 

- Sakura était la plus douce et gentille des femmes, déclara le vieux loup de mer. Elle et Marc formaient un couple heureux et s’aimaient éperdument. Mais pour une raison que j’ignore, elle a un jour tout plaqué et abandonné mari et enfants pour disparaître de la circulation.  

- Et personne ne sait où elle est ? Ni où sont ses fils ?  

- Eux doivent être ensemble à sa recherche comme Marc avant sa mort.  

- Sauriez-vous pourquoi elle a disparu en laissant mari et enfants derrière elle ?  

- Vous en demandez trop comme votre sœur. Je ne connais pas tout de leur vie mais je sais que son départ était dû à la peur. Sakura est toujours où qu’elle soit une femme bien. Je ne puis rien vous dire de plus Lieutenant. Seuls ses enfants où elle-même peuvent répondre. Le vieux Aminisho ne dira rien de plus.  

- Vous semblez pourtant en savoir assez car elle n’avait pas seulement trois fils mais aussi une…  

- Vous feriez mieux de ne pas trop en dire où vous serez en danger comme eux. Leur ennemi est dangereux et peut-être partout, croyez-moi !  

- Merci mais, si je suis devenu Lieutenant de police ce n’est pas pour me laisser effrayer par qui que ce soit mais bien pour faire régner l’ordre et la justice. Je veux savoir pourquoi les tableaux de Sakura Toshibara sont volés les un après les autres mais également comprendre pourquoi la police n’aide pas ceux qui dans cette affaire en ont le plus besoin.  

- Prenez garde ! Marc n’était pas peureux pour un sou tout comme Sakura ou leurs enfants mais ils se cachent pourtant et vous, vous ne savez pas ou vous mettez les pieds ma petite. Au revoir !  

 

Elle le regarda rafistoler ses filets sans plus lui prêter attention. Elle était parvenue à lui en faire dire plus que sa sœur n’en avait appris de sa part et s’estima satisfaite. Après un dernier regard vers le vieil homme, elle regagna sa voiture sans remarquer Naguy qui la suivait.  

 

Il était un peu plus de 20 heures lorsque Naguy rentra finalement et ses frères qui allaient bientôt fermer ne lui posèrent aucune question, préférant attendre pour cela qu’il n’y ait plus de clients dans les parages.  

 

- Alors ? S’enquit Ken.  

- Ruï est retournée interroger le vieux Aminisho et il lui en a dit à peine plus qu’à sa sœur, assez pour lui faire peur en fait mais cette femme ne semble rien vouloir entendre.  

- Ca va nous causer des problèmes, constata Toshio.  

- Non, pas si nous la surveillons de près pour qu’elle ne se fasse pas tuer. J’ai demandé à Abel de lui mettre deux hommes aux basques jour et nuit.  

- Dans ce cas il faudra aussi se charger de ses sœurs car si notre ennemi la repère elle, il pourrait aussi décider de s’en prendre aux siens !  

- Tu pourrais essayer de surveiller Hitomi où je demande à Abel de faire comme pour sa sœur ?  

- Je n’ai rien de bien important à faire donc je m’en charge et Ken pourrait se charger d’Aï bien sur.  

- Oh la ferme Toshio ! Kei doit être aussi protégée.  

- Pour l’instant personne n’est en danger sauf Ruï et Hitomi qui sont sur nos traces.  

- Espérons que Kinsharo n’aura pas trop les oreilles qui chauffent ! En ce moment il doit être à l’affût depuis notre dernière visite.  

- Oui et nous allons devoir régler ça.  

 

Les trois frères finirent de dîner en silence avant de monter se coucher.  

 

Pendant ce temps chez les sœurs Kisugi tandis que la plus jeune avait gagné son lit, Hitomi attendait patiemment Ruï dans la cuisine. Quand la jeune femme rentra, elle semblait ailleurs.  

 

- Tu es sur une piste n’est ce pas ?  

 

Ruï ne voulait pas peiner sa sœur alors que lui dire ? Elle haussa les épaules en disant :  

 

- Disons que je me rapproche des Cat’s mais que pour le moment je préfèrerais…  

- Rien du tout ! L’interrompit Hitomi. Nous sommes ensemble sur cette piste et tu ne peux compter que sur moi alors je veux savoir la vérité Ruï, quelle qu’elle soit. J’ai l’impression que tu cherches à me protéger mais je suis un bon Inspecteur je te rappelle et je peux très bien m’en charger moi-même.  

- Hitomi...Commença Rui en prenant place à coté d’elle. Je suis en effet proche du but mais pour le moment je ne peux encore rien te dire que tu ne saches déjà. Laisse-moi le temps.  

- Tu pourrais être en danger voyons ! Un coéquipier, c’est fait pour se couvrir et tu n’en as pas.  

- Si ! En cas de besoin, je t’ai toi et mon arme.  

 

Hitomi devant l’air déterminé qu’affichait sa sœur finit par pousser un soupir. Sachant qu’elle ne tirerait rien d’elle pour le moment, elle capitula tout en se promettant dès le lendemain d’aller apprendre auprès de ses indics où sa sœur avait été traîner ces derniers temps. Elle voulait savoir ce que son aînée lui cachait.  

 

 

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de