Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated R - Prose

 

Author: CityHunterAddict

Status: Completed

Series: Style Hojo

 

Total: 51 chapters

Published: 24-02-14

Last update: 19-08-15

 

Comments: 69 reviews

» Write a review

 

GeneralRomance

 

Summary: Voici la fin que je propose du drama City Hunter. C'est ma vision de ce qui aurait pu se passer. J'espère que cela vous plaira.

 

Disclaimer: Fanfic inspirée du drama Coréen City Hunter

 

Tricks & Tips

Why can't I read NC-17 fanfictions?

 

Fanfictions rated NC-17 contain adult content. So, to be authorized to read them, you have to certify that you are 18 years old or older.

 

 

   Fanfiction :: Nouveau Départ

 

Chapter 1 :: Chap 1 : Interminable attente

Published: 24-02-14 - Last update: 24-02-14

 


Chapter: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51


 

 

Chap 1 : Interminable attente  

 

Quelques nuages irisés de rose et d'orangé habillaient un ciel scintillant de lumière. La nature se parait de ces plus beaux atours pour illustrer ce paisible moment de la journée. La mer brillait de milles éclats. La couleur mordorée qui la caressait lui donnait une clarté royale.  

 

Le sable commençait à perdre de sa chaleur. En effet le soleil entamait sa descente vers une douce nuit. L'horizon prenait des teintes dorées et pêche fabuleuses. Le coucher de soleil était splendide. Un sentiment de béatitude émanait de la plage.  

 

Une frêle silhouette se détachait. Elle ne semblait pas s'apercevoir de la rare beauté qui l'entourait. Malgré la présence d'un paysage digne des plus belles peintures, elle y paraissait insensible.  

 

Tout comme pour le livre qu'elle lisait. Elle n'avait pas tourné une seule page depuis de longues minutes. La jeune femme était soucieuse, tendue et nerveuse. C'était à se demander pourquoi elle se trouvait là.  

 

Le bruit des vagues sur les rochers était le seul son que l'on pouvait entendre. Il n'y avait pas la moindre présence humaine hormis cette femme, perdue dans des pensées obscures. La fine brise soulevait sa robe de plage légère et colorée. Cette seule note de couleur vive contrastait tant avec le visage pâle de la jeune femme que cela accentuait l'impression de malaise.  

 

Elle semblait si malheureuse et fragile qu'elle donnait envie de la protéger ou de la soutenir et quiconque se serait promené sur cette plage se serait demandé comment lui venir en aide. Mais rien ni personne ne venait troubler ce calme pesant.  

 

Une douce sonnerie retentit mais, devant cette immensité et ce silence, elle eut l'effet d'une alarme stridente. Le visage de la jeune femme se décomposa sous l'angoisse. Elle eut du mal à approcher le téléphone de son oreille en raison de violents tremblements. La peur, voire la terreur, s'emparait des ses beaux yeux bruns.  

 

D'une voix à peine audible elle répondit :  

 

- Oui ?  

 

- Mme Hana Lee ?  

 

Quelques secondes s'écoulèrent avant qu'elle ne parle, elle n'avait pas encore intégré son nouveau nom.  

 

- Oui ? Oui, c'est bien moi. Tenta-t-elle de dire avec assurance.  

 

- Mme Lee, excusez-moi de vous déranger. Je suis le docteur qui suit votre mari. Si je me permets de vous contacter, c'est parce que j'ai de bonnes nouvelles. Votre mari vient de se réveiller et les premiers examens montrent que son cerveau fonctionne correctement. Je ne peux encore rien vous garantir mais je pense qu'il aura peu ou pas de séquelles de son accident. Demain nous lui ferons passer des tests pour savoir où en est sa motricité. Puis nous vérifierons ses capacités intellectuelles. Pour être franc, j'ai bon espoir. Il est solide et combatif. C'est un miraculé. Il est encore très faible mais vous pouvez venir le voir. Vous direz à l'accueil que c'est le Dr Sato qui vous donne le droit de venir en visite exceptionnelle à cette heure.  

 

- …  

 

- Mme Lee ? Mme Lee, vous m'entendez ?  

 

- Oui, je suis désolée, je suis sous le choc de la nouvelle... Je suis si heureuse... Je... J'arrive tout de suite.  

 

L'émotion était si intense qu'elle lui nouait la gorge. Les sons parvenaient difficilement à sortir de sa bouche. Elle tremblait violemment mais elle tenta de se calmer le plus possible. Mettre un simple livre dans son grand sac de plage devint une épreuve. Elle ne parvenait pas à croire ce qu'elle venait d'entendre.  

 

Cela faisait plus de 6 mois que son mari était allongé, plongé dans un coma très profond. Tous les différents diagnostiques n'étaient guère encourageants. Etant donné la nature de ses blessures, il y avait peu de chances qu'il s'en sorte.  

 

Les secours avaient tardé à venir, cela n'avait donc rien arrangé. Pourtant les médecins n'avaient pas lâché prise, ils s'étaient battus pour que le résultat ne soit pas négatif. Et lui, cet homme s'était défendu. Il avait été laissé pour mort. D'ailleurs il avait été mort cliniquement de longues minutes puis, lorsque les ambulanciers l’avaient enfermé dans un sac mortuaire, sa poitrine s’était soulevée très discrètement. C'était incroyable, mais il était bel et bien en vie.  

 

Cela avait été un combat pour elle également. Elle avait soulevé des montagnes pour avoir le droit de se marier à un comateux. Elle voulait, être officiellement son épouse. La jeune femme s'était refusée à l'abandonner. S'il devait la quitter, elle porterait son nom pour qu'il puisse continuer à exister.  

 

Elle n'avait jamais cessé de l'aimer et elle se devait de le lui prouver. Après de nombreuses  

résistances de l'administration, grâce aux soutiens et aux relations de ses amis, elle avait réussi à obtenir le droit de se marier.  

 

Une fois cette autorisation donnée, un agent civil et deux témoins assistèrent à la cérémonie. Elle avait été parcourue de sentiments contradictoires, comme toutes les personnes présentes ce jour-là. Ils étaient heureux qu'un tel amour puisse être concrétisé mais accablés et désolés face à l'état de l'époux.  

 

Aujourd'hui, alors que la nuit s'installait, que ses craintes se renforçaient, on venait de lui apprendre un miracle. Il s'était réveillé ! Son mari était sorti du coma. Enfin il retrouvait le monde des vivants. L'attente avait été un tel supplice, mais l'annonce de cette fabuleuse nouvelle effaçait la douleur des moments passés.  

 

La jeune femme essaya de garder la tête froide, il fallait qu'elle reste lucide pour être capable de se rendre à l'hôpital. Sa tête tournait à toute vitesse, elle ne pensait plus qu'à se dépêcher, se presser, se précipiter à ses côtés. Elle avait beau savoir que les visites n'étaient plus autorisées à l'heure de son réveil, elle culpabilisait car elle aurait voulu être à côté de lui.  

 

Son seul objectif était de le retrouver au plus vite, il fallait qu'elle le voie, qu'elle le touche, qu'elle le sente, qu'elle fixe son regard. Elle voulait être sûre qu'il ne s'agissait pas d'un nouveau rêve, mais bien de la réalité.  

 

Elle parcourut avec beaucoup de mal les quelques mètres qui la séparaient de sa voiture car ses jambes ne la portaient plus. L'émotion était à son comble, ses nerfs étaient à vif, elle ne maîtrisait plus rien. Son esprit se trouvait déjà avec lui mais son corps ne lui obéissait pas. On aurait dit qu'elle accusait seulement maintenant le drame qu'elle venait de vivre.  

 

Il fallait qu'elle se calme sinon elle ne parviendrait pas à conduire. Elle ferma les yeux, inspira le plus profondément possible et repensa aux moments de bonheur qu'elle avait vécu avec son mari. Mais aussi à comment ils en étaient arrivés là. Que de souffrances et de douleurs, lui faire croire que son époux était mort.  

 

Maintenant elle savait pourquoi cela avait été nécessaire. Elle comprenait que son chagrin devait être réel pour qu'on ne soupçonna rien. Mais elle avait vécu un enfer. Elle s'était sentie déchirée de l'intérieur, elle avait eu l'impression de mourir lors l'enterrement.  

 

De grosses larmes coulèrent le long de ses joues. Des sanglots l'envahirent, elle ne parvenait pas à s'arrêter. Alors, elle eut aussi une pensée pour sa meilleure amie qui, bien qu'absente physiquement, ne l'avait jamais quittée dans cette terrible épreuve. Sans elle, elle ne serait pas aussi forte. Elle aimait se dire qu'elle était un ange envoyé du ciel pour aider toutes les personnes en détresse.  

 

Le sourire de son amie, ses mots d'encouragements lui avaient été d'un grand secours. Elles  

s'étaient éloignées mais leurs cœurs s'étaient rapprochés et leur relation s'en était renforcée. Il  

faudrait qu'elle la prévienne, car elle se faisait beaucoup de soucis pour eux. Cette femme, elle  

l'aimait comme sa sœur.  

 

Une fois de plus c'était grâce à elle qu'elle reprit le contrôle de la situation. Son cœur ralentit, ses jambes cessèrent de trembler, son esprit devenait plus clair. Elle attendit quelques minutes que sa respiration retrouve un rythme normal.  

 

Ses mains lui obéissaient à nouveau, ses larmes s'estompaient, la jeune femme mit le moteur en route. Il était temps qu'elle retrouve enfin son mari, ils avaient tous les deux mérité d'être à nouveau ensemble. Elle avait déjà pris trop de temps, il fallait qu'elle se dépêche. Elle démarra à toute vitesse.  

 

Le trajet lui paraissait étonnement long, contrairement à d'habitude. Comble de malchance, le feu passa au rouge, à croire que les éléments se liguaient contre elle. Ce petit temps de pause lui permit de réfléchir un peu.  

 

En un éclair la panique la gagna. Elle venait de penser qu'il n'était au courant de rien. Elle lui avait bien expliqué la situation à plusieurs reprises mais vu son état, l'avait-il entendue ? Avait-il compris ?  

 

S'il parlait... Il ne devait rien dire, il ne fallait pas qu'il parle. Les médecins pourraient ne pas prendre ses paroles au sérieux et dire que sa confusion serait due à son état mais... C'était risqué. Si les docteurs lui posaient trop de questions avant qu'elle n'arrive, ils comprendraient qu'il se trompe sur certaines réponses, mais pas sur son prénom et son nom !  

 

La jeune ressentit une violente douleur dans le creux de son ventre. Elle vérifia qu'aucun piéton n'était engagé et grilla le feu rouge. Elle accéléra et garda le pied au plancher jusqu'à ce qu'elle arrive à l'hôpital.  

 

Elle courut à l'accueil et s'adressa à l'hôtesse :  

 

- Bonsoir, je suis Mme Hana Lee, le professeur Sato vient de m'appeler pour dire que mon mari...  

 

Son interlocutrice la coupa d’une voix douce et le visage souriant :  

 

- Je suis au courant. Allez-y, il doit sûrement vous attendre.  

 

Pour une fois qu'un proche venait pour une bonne annonce, il ne fallait pas la retenir avec des explications inutiles. La secrétaire la vit s’engouffrer dans un ascenseur avec une rapidité impressionnante. Le silence et le calme de l'étage se brisa sous le martèlement des chaussures de la jeune femme. Sa course fit sursauter plus d'un malade et plus d'un personnel soignant.  

 

Ce fut toute essoufflée et décoiffée qu'Hana franchit la porte de la chambre. Le Dr Sato et une infirmière remplissaient avec beaucoup de sérieux la fiche du malade. Le jeune homme tourna très lentement la tête vers la porte, son regard croisa celui de la jeune femme.  

 

Le pouls d'Hana s'accéléra, elle ne quittait pas son époux des yeux. Elle était terrifiée en pensant à la question qu'elle devait poser. Elle commença à suffoquer de peur de perdre tout ce qu'elle avait. Son visage pâlit, cela inquiéta tout de suite le médecin qui rompit le silence :  

 

- Mme Lee, êtes-vous sûre que ça va ? La nouvelle vous a retourné c'est normal, vous devriez vous asseoir un moment. Vous pouvez constater que M. Lee est bien en vie, donc accordez-vous le droit de reprendre vos esprits.  

 

Hana obéit sans résistance. Elle accepta de s'appuyer sur la main que lui proposait le docteur. Toute flageolante, elle réussit tant bien que mal à demander :  

 

- A-t-il ? … A-t-il ? … Est-ce qu'il a parlé ?  

 

 

 

 


Chapter: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de