Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated R - Prosa

 

Autore: makimura78

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 5 capitoli

Pubblicato: 20-09-13

Ultimo aggiornamento: 16-12-13

 

Commenti: 7 reviews

» Scrivere una review

 

GeneralRomance

 

Riassunto: Une cérémonie de thé japonaise traditionnelle va venir bouleverser la vie de City Hunter.

 

Disclaimer: Les personnages de " Chanoyu 茶の湯, (gishikino 1)" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo. Hormis le personnage Akimoto qui est la propriété exclusive de Makimura78

 

Tricks & Tips

What can I do in this site?

 

The goal of HFC is to enable authors to have complete control on their work. After signing up for a new member account, you can log in and add/modify your own fanfictions. In the same way, artists can upload their fanarts. Only fanmanga and goodies have to be sent to the webmistress. The authors can consult their stats and see which story has been read the most. Me ...

Read more ...

 

 

   Fanfiction :: Chanoyu 茶の湯, (gishikino 1)

 

Capitolo 1 :: Sadō (茶道)

Pubblicato: 20-09-13 - Ultimo aggiornamento: 20-09-13

Commenti: Bonjour... Certains me connaissent,d'autre peut être pas...J'avais posté il y a un certain temps quelques fictions ..Dont celle que je publie aujourd'hui que j'avais dénommé "la cérémonie du thé" Ce fût d'ailleurs ma toute première histoire que j'ai pu écrire sur City hunter. Mais, pour diverses raisons, j'ai du l'enlever...J'en profite,au passage,pour présenter mes excuses auprès des éventuels lecteurs.Mais,il le fallait. Aujourd'hui, la maturité et la sérénité ont pris le pas sur les ondes négatives en tout genre qui malheureusement ont eu des conséquences sur ma joie d'écrire. Aujourd'hui...je la poste de nouveau mais dans une version différente.. Retravaillée, remodelée pour parfaire mon idée qui a mûri mais qui reste.."farfelue" ;-). ( mais pas assagie..Bien au contraire ^^) Par contre,j'ai essayé quand même de garder une ligne évolutive..Alors oui,il y aura sûrement des fautes car voyez vous...J'ai un très gros soucis..Je lance mes idées, mais les relectures me sont difficiles. mais ...Mais une chose est sûre,j'ai pris un très grand plaisir à réveiller mes décors de prédilection:le japon, le tout sur un fond traditionnel. J'ai aussi été très heureuse de retrouver ce plaisir d'écrire...Tout simplement, car en fin de compte c'est le plus important non? Alors j'ai remis mon plus joli Kimono pour mener à bien mon objectif: vous faire voyager au pays du soleil levant.

 


Capitolo: 1 2 3 4 5


 

C’était au mois de mai…
 

Pleine période de moisson au Japon d’une très célèbre plante connue pour son raffinement
 

Récoltée dans la région de Aichi 愛知県 , où se côtoyaient  d’immenses plaines et plateaux, traversés par divers fleuves, abreuvant ces terres à l’histoire chargée, ce végétal était connu à travers le monde entier.
 

 

Loin d’imaginer que cette plante tant recherchée et appréciée pouvait avait une aussi grande importance pour tout japonais qui se respectait,  elle possédait diverses couleurs et saveurs inégalées. Mais, celle qui était cueillie comme un trésor à l’aube du printemps, peu de temps après la célébration de l’Hanami constituait un trésor pour tout connaisseur de thé….
 

 

Laissez-moi-vous raconter une histoire d’une poussière de thé qui s’est invitée dans la vie de City Hunter en leur faisant vivre une étrange cérémonie.
 

 

Une simple poussière Verte ….
 

 

 

Verte comme le Jade.
 

 

 

 

Image hébergée par servimg.com
 

 

 

 

 

 

 

Une jeune femme, à la longue chevelure brune,  longeait  d’un air songeur, les rues de la capitale japonaise ; Sans vraiment faire attention à l’afflue humaine qui se déversait dans la grande artère, elle suivait le rythme de la foule composée de tokyoïtes et de touristes excités de pouvoir jouer les badauds dans cette célèbre ville : Tokyo  

 

Soucieuse, elle cherchait comment résoudre le problème auquel elle était confrontée. Rien de bien grave en soi, mais assez important pour l’empêcher de dormir depuis quelques jours. A qui pourrait-elle bien demander ce service particulier ?  Elle était partie consulter quelques ouvrages, mais le flot de d’informations l’avait plus paniquée que renseignée. Elle ne devait en aucun cas manquer cette commande ! Certes, le café fonctionnait bien, mais cette petite touche publicitaire traditionnelle pourrait leur faire du bien  financièrement! Et que cela était original ! Une petite touche venue tout droit du passé qui allait pimenter et parfumer leur présent ordinaire voir fade face à cet événement.  

 

Malgré sa bonne volonté,son enthousiasme et l’inspiration que procurait cette mission, elle se retrouvait toujours au point mort : elle ne savait ni les gestes, ni les techniques tellement minutieuses pour  pouvoir diriger une….  

 

Cérémonie de thé...茶の湯, chanoyu
 

 

 

 

 

C’est avec cette certitude, qu’elle fit son entrée dans le « Cat’s ».  

 

 

- « Bonjour tout le monde ! Lança-elle avec une voix en harmonie avec le bruit de la petite clochette.  

 

Umi, de sa stature imposante, et ses traditionnelles lunettes de soleil venant cacher ses yeux malade,  fit un mouvement de tête pour seule réponse. Elle ôta son manteau et rejoignit son mari derrière le comptoir. Après un moment de réflexion, Miki commença à travailler en rangeant les tasses et couverts Elle fut interrompue par l’entrée fracassante d’une fusée humaine qui se dirigea droit vers elle.  Habituée à ce client quelque peu spécial, elle l’accueillit comme à son habitude  en lui lançant un plateau en plein visage. Atterrissant droit dans la figure du nettoyeur, ce dernier recula sous l’effet du coup bien placé le stoppant dans son élan. Prenant la peine d’enlever ce plateau, Ryo apparut avec un visage tuméfié et les yeux débordants de larmes provoqué par cet accueil rempli de sympathie. Prenant la peine d’essuyer son nez quelque peu aplati par la violence, il partit s’assoir en proférant une phrase qu’il répétait à chacune de ses entrées dans le café :  

 

- « Super  comme accueil ! Il serait temps que tu ouvres les yeux me concernant…Et enfin te décider à quitter cette tête de poulpe » dit il en se plaçant sur son siège et reprit un air plus sérieux.  

 

- « Que se passe t-il Miki ? Tu m’as l’air bien songeuse » questionna le nettoyeur.  

 

- « Oh que Oui, j’ai un souci à résoudre et pour le moment je n’ai toujours pas trouvé la solution » déclara la tenancière du café, d’un air résignée.  

 

C’est à ce moment que Kaori fit son apparition à son tour dans l’établissement.  

 

- Bonjour tout le monde ! Chantonna Kaori avec un ravissant sourire.  

 

La jeune femme aux cheveux acajou, était de bonne humeur aujourd‘hui. Le temps était resplendissant et le compte en banque était enfin bien rempli ! De quoi soulager un moment la banque désespérée de leur instabilité financière.  

 

Ryo regarda sa partenaire et fut ravi de la voir aussi joyeuse. C’était tellement rare ces derniers temps qu’il décida aussitôt de la laisser tranquille pour la journée en  lui adressant aucune remarque blessante.  

 

D’ailleurs du coté de la jeune femme, elle souhaitait  ardemment faire abstraction de l’attitude abjecte à ses heures qu’il avait envers elle depuis des années. Son côté lunatique, son hésitation perpétuelle les concernant  la minait trop et sa santé en pâtissait jour après jour. De ce fait, elle essayait tant bien que mal à être insensible face aux attaques de son partenaire. Elle  lança un regard en direction de son amie et lui demanda sans attendre :  

 

- « Que se passe t-il Miki, tu n’as pas l’air dans ton assiette ? »  

 

- « Suis-je aussi transparente que l’eau pour que vous voyez dès que quelque chose ne vas pas ? » répondit l’intéressée avec un sourire mitigé.  

 

Face à cette remarque, Kaori répondit :  

 

- « Tu es ma meilleure amie ; il est normal que je me rende-compte lorsque quelque chose te tracasse. »  

 

Résignée par les regards interrogateurs de Kaori, Ryo et celui de son mari, elle lâcha enfin :  

 

- « Oui j’ai un soucis. Oh pas bien grave mais qui a son importance pour moi… »  

 

Après un moment de réflexion, elle continua dans son explication :  

 

- « Je dois trouver quelqu’un qui pourrait m’aider à préparer une cérémonie du thé pour un collègue  d’Eriko qui lui en a fait la demande. D’après ce que j’ai compris…Il s’agirait de son mentor… Tu peux donc imaginer à quel point c’est  important pour elle de bien le recevoir pour son retour au Japon. »  

 

- «  Ha oui ? Et qu’est qu'Eriko a  demandé de tant spécial, pour que tu sois autant perdue ? » Demanda Kaori piquée par la curiosité.  

 

- « Hé bien…Elle a demandé à ce que le café soit décoré d’une manière traditionnelle. Bon ça encore, ce n’est pas le plus difficile. Mais elle désire que le thé et le repas soient également servis d’une manière traditionnelle.. Et cette cérémonie, hé bien je n’y connais rien ! C’est tellement protocolaire, que je ne sais pas à qui demander sans devoir faire appel à un professionnel : un comble puisque c’est nous les organisateurs ! »  

 

 

 

 

L’ancienne mercenaire était en colère contre elle même…C’est vrai que les traditions se perdaient…  

 

Ryo, qui écoutait attentivement, déclara :  

 

- « Pourquoi faire ces genres de service ? Le café fonctionne bien. »  

 

Miki, piquée au vif répondit :  

 

- « Oh Ryo, si tu crois que c’est aussi simple ! Je voulais refaire un coup de publicité pour le café car il s’agit d’une personne mondialement connue dans le milieu de la mode à ce qu’il parait… et par la même occasion  si je peux aider Eriko ! »  

 

 

- « Est ce si compliqué que çà de préparer un repas japonais  et servir un thé? » Dit-il tout en plaçant ses mains derrière la nuque, avec un air dubitatif. « C’est vrai ! Ce n’est qu’un repas après tout. »  

 

L’ancienne mercenaire,  lui expliqua que l’art de vivre et l’art culinaire japonais étaient deux des raffinements les plus délicats dans leur culture. Puis, elle s’arrêta de parler en observant l’individu et se dit intérieurement : « C’est vrai que Ryo ne mange  pas...Il dévore son repas, il engloutit, il bâfre...Rien à voir avec la délicatesse du traditionnel gestuel japonais »  

 

Elle pouffa de rire à l’image de l’énergumène attablé puis replongea dans ses pensées pour trouver une solution. Elle ne voulait pas causer de problèmes à Eriko. Puisque elle s’était engagée dans ce dîner, il fallait qu’elle assure.  

 

Kaori, attentive aux explications de son amie, posa sa tasse de café, en souriant légèrement. Baissant la tête afin d’observer ce liquide noir faisant une concurrence non négligeable au thé aux couleurs variés…Elle hésita…une petite voix intérieure lui disait de se taire, et d’enfouir au plus profond d’elle-même cette petite perle de connaissance qu’elle possédait, mais l’envie d’aider fut plus forte et sans attendre, elle avança d’une voix calme et posée :  

 

- « Ne t’inquiète pas Miki, je connais quelqu’un qui pourra t’aider dans ce repas et cette cérémonie…. »  

 

La tenancière du café sursauta de joie face à cette déclaration inattendue de Kaori et s’écria :  

 

- « C’est vrai ? Tu connais quelqu’un qui sait mener une cérémonie du thé ? »  

 

- « Oui. » affirma Kaori avec un sourire malicieux et finit sa phrase par : « …C’est moi ! ».  

 

 

Tout le monde la fixa intensément tant la surprise fut grande. Kaori se sentit d’ailleurs gênée par cette attention générale. L’ancienne mercenaire, toujours sous le coup de la stupéfaction lui sollicita :  

 

- « Mais Kao où as-tu appris cela ???Cela devient si rare !!! »  

 

Kaori pris quelques instants avant de répondre, comme plongée dans ses pensées, des milliers de couleurs et d’odeur refirent surface.  

 

- « C’est au lycée...à mes heures perdues… » Se contenta-t-elle de répondre avec un sourire un peu embarrassé.  

 

Ryo, qui l’observait silencieusement depuis un moment, se rendit compte que sa partenaire ne lui avait jamais raconté son passé ou des souvenirs d’une manière explicite.  D’ailleurs lui avait il déjà montrer de l’intérêt à son ancienne vie ? Non…Certes, elle lui parlait de son frère, mais jamais de leur vie quotidienne à tous les deux. Il était sûr que c'était par respect pour lui. Lui qui n’avait aucun souvenir joyeux à raconter, aucun épisode qui vaille le coup d’être énumérer. Kaori avait toujours pris le plus grand soin à être discrète sur son bonheur passé, si cruellement arrêté. Il se rendit soudainement compte que c’était désormais Kaori qui le fixait depuis un moment…Pour ne pas perdre la face, il rompit malgré tout sa promesse de la laisser tranquille aujourd'hui et se mit à clamer haut et fort :  

 

- « Pfft Kaori et la délicatesse du service japonais ???  Laisse-moi rire !!! » Il commença à se tordre sur son siège. « Hahahahahaaaaaa, Kaori… » en tapant du poing sur le comptoir pour évacuer ses rires. « C’est comme un éléphant dans un magasin de porcelaine avec une massue en plus !ma pauvre Miki, il vaut mieux que tu déclares forfait tout de suite. »  

 

Il ferma les yeux, prêt à recevoir une massue digne de son nom, mais rien ne s’abattit sur sa tête. Surpris, il ouvrit les yeux pour voir une Kaori assise qui fixait son café.  

 

Seule Miki lui lançait des éclairs :  

 

- « Tu es ignoble, Ryo ! » lui reprocha-t-elle  

 

C’est dans cette atmosphère lourde que le dragueur américain choisit de faire son apparition.  

 

 

Il se jeta sur la jeune nettoyeuse :  

 

- « Ma Kaori d’amour, quelle joie de te voir… »  

 

La réponse fut immédiate : une massue en pleine tête. En voyant son geste, Ryo se sentit jaloux. En effet, elle ne daignait même plus lui adresser ses amies en bois au poids conséquent, mais pour Mick, elle le faisait encore avec plaisir.  Sans s’en rendre compte, Ryo se sentit inquiet devant un tel changement dans le comportement de sa partenaire. Après s’être remis de  cette entrée fracassante, Mick tenta de remettre son cou en place tout en examinant Kaori, Ryo et Miki. Étonné, il se rendit compte que personne ne prenait la parole. Afin de détendre l’atmosphère, Mick s’écria tout en s’installant sur un siège :  

 

- « Qu’est qu’il vous arrive, vous avez l’air contrarié ?Il fait beau, les oiseaux chantent ! Bref, la vie est belle", déclara t il avec les yeux plein d’étoiles.  

 

Ryo qui se remettait de l’attitude de Kaori, s’adressa à son acolyte:  

 

- «Ha, pourquoi ne pas faire une journée dédiée aux miss mokkori ? Il fait tellement beau ! Les jupes doivent être en surnombre dans le parc et le centre. »  

 

Les deux compères se prient les mains en se regardant avec les larmes aux yeux, tellement ravis de leur projet ! Quelle belle journée qui s’annonçait !  

 

Indifférente à leur projet Kaori demanda à Miki :  

 

- « Quand a lieu ce repas ? »  

 

- «Euh… dans une semaine ; ça ira, tu crois ? »    

 

Kaori lui sourit et répondit :  

 

- «C’est parfait çà me laisse le temps de revoir certaines choses…Côté décoration, vaisselle, tu as ce qu’il faut ? »  

 

Honteuse, Miki lu avoua que non.  

 

- «Ça  n’est pas grave Miki, je te rapporterai ce que nécessite une cérémonie du thé, j’avais tout un service…Il faut juste que je me rappelle ou j’ai pu mettre tout ça. » déclara Kaori avec un petit rire embarrassé…  

 

 

 

Touchée par l’aide qu’allait lui apporter la nettoyeuse, Miki l’a regarda car cette dernière avait beaucoup changé ces derniers temps. Elle n’était plus la fougueuse Kaori, qui sortait des massues dès la moindre remarque désobligeante ou le plus petit geste déplacé…Non, Ryo semblait la laissait totalement insensible, ou du moins c’était ce qu’elle tentait de faire paraître.  Elle avait également  aperçu l’ inquiétude du nettoyeur, ce dernier continuait à la provoquer voir même plus afin de la faire réagir, mais le résultat n’était pas celui escompté. Depuis quand  ce changement s’était il opéré? Miki fronça les sourcils afin de s’en souvenir avec exactitude. Après un moment de réflexion elle se souvient de sa décision  qui l’avait profondément marqué lors de leur dernière affaire. Kaori avait clairement dit qu’elle ne souhaitait pas participer à cette mission car elle n’y trouvait aucun intérêt et n’y voyait aucune utilité dans ce challenge pour encourir de tel risque. Sa prise de position avait déboussolé Ryo, bien qu’il ne montra rien en apparence. Cette fois là, Ryo avait du faire cavalier seul. D’abord heureux de ce regain de liberté, le nettoyeur déchanta vite. Certes, il était libre face à cette jolie cliente, mais il se lassa vite de ce petit jeu, démuni du petit coup piquant que lui donnait Kaori lorsqu’il arrivait à la mettre hors d’elle. Cela le rassurait tellement de la voir réagir  

 

- «Que se passe t-il Kaori » songea le nettoyeur en lançant discrètement un regard en direction de sa partenaire. Il n’aimait pas la tournure que les choses prenaient. Ne souhaitant pas trop s’étaler sur le sujet, il entraina donc Mick dans un programme largement plus sympathique que cette conversation autour du thé. D’ailleurs, il n’était pas un fervent amateur de cette boisson. Il préférait largement les divers alcools lors de ses festivités. En réfléchissant davantage il aimait particulièrement le saké… Voilà, lui aussi,  il avait son petit côté traditionnel japonais. Pouffant de rire de sa propre remarque, il prit ainsi la poudre d’escampette avec son acolyte.  

 

 

 

 

 

Kaori les regarda distraitement partir…sans rien dire. Miki, resta interdite face à cette inertie et lui demanda :  

 

- «Que se passe-t-il Kaori ? Es tu malade ? As-tu des problèmes ? Je ne te reconnais plus depuis quelque temps ; »  

 

La jeune femme, touchée par l’attention de son amie la rassura, en lui affirmant que tout allait bien, qu’elle voulait juste faire abstraction de ces contrariétés permanentes,  et qu’à partir de maintenant elle souhaitait concentrer son énergie...pour elle-même… tout simplement.  

Bien que Kaori, lui ait avancé un argument de poids, l’ancienne mercenaire continua son analyse en scrutant le visage de son amie. Même physiquement, Kaori dégageait quelque chose de différent, Miki n’arrivait pas à mettre un mot exact mais ce petit changement avait son effet. De plus, ses cheveux poussaient sans qu’elle ne songe à les couper et cela faisait un effet dangereusement séduisant .Elle émanait  une certaine, innocence  et une douceur dans sa manière d’être alors que son tempérament était de feu. Tandis que la tenancière continuait son analyse approfondie de Kaori, cette dernière essayait de digérer les remarques blessantes de son idiot de partenaire, et tentait tant bien que mal de se contrôler…Non c’était fini, se dit elle avec conviction, elle ne s’énerverait plus face à ces attaques blessantes ! Quoi de plus puissant que l’indifférence ? Elle devait passer au dessus de tout çà et tenta de se concentrer sur le problème de Miki.  

 

Pendant ce temps, deux pervers parfaitement identifiés  qui ne cessaient  de se prendre des gifles en raison de leurs gestes déplacés, voulurent  faire  une petite pause et s’essayèrent  sur l’un  des nombreux bancs du parc. Ravis de leur journée de détente et de chasse, ils se contentèrent de fumer en observant les gens venir se détendre dans ce parc très prisé de la capitale.  

 

 

 

 

Après plusieurs minutes de silence, Mick brisa le silence :  

 

- «Dis-moi Ryo, as-tu remarqué que Kaori a ….Comment dire…changée, ces derniers temps ? »  

 

Ryo, qui était sûr que son acolyte allait mettre çà sur le tatami, ne répondit que par un « hum » pour ne pas développer d’avantage ce sujet sensible .Voyant l’indifférence que feignait le japonais, Mick le regarda avec attention et rajouta :  

 

 

 

- « Et tu ne t’inquiètes pas de ce changement ? »  

 

- « Absolument pas ! Au contraire, enfin un regain de liberté !!!!!!! » Cria Ryo avec un air complètement stupide mais déterminé.  

 

Mais l’américain n’était pas dupe, loin de là… il savait que Ryo était inquiet…..Cela ne présageait rien de bon.  

 

C’est sur ces pensées peu rassurantes qu’ ils reprirent leur « chasse » au mokkori à travers la ville pour tenter d’oublier le malaise qui s’installait in sinueusement dans leur vie. Cette atmosphère semi légère et pesante pris possession de la ville  avec discrétion et  douceur…A l’image de l’ l’atterrissage d’un avion provenant de New York.  

 

Ne devant  arrivé  que dans quelques jours, il avait avancé son séjour pour pouvoir savourer à juste titre son retour….Sans agent, sans garde du corps, sans obligation professionnelles…Juste profiter de sa réapparition dans son pays d’origine, sous le signe de renouveau dans sa vie.  

 

- « Je suis de retour » murmura cet homme aux cheveux aussi noir que l’ébène, cachant ses yeux derrière des lunettes de soleil afin qu’il reste anonyme. Le soleil du début de mois de mai l’aidait dans ce sens de discrétion. Regardant subtilement autour de lui, afin de s’assurer que personne ne l’ait reconnu, il pouvait voir des voyageurs, des hommes d’affaires ravis de sortir de l’avion pour se dégourdir les jambes.  

 

Son cœur se mis à battre en tout rompre en ressentant cette atmosphère qui lui avait tant manqué en tant que Japonais, à la sortie de l’aéroport. ….Tout les êtres qu’il aimait était ici… sur cette terre sacrée accueillant en premier les rayons du soleil…tous l’attendait?  

 

« Peut être » se dit-il à lui-même en souriant discrètement, mais espérant de tout son for intérieur d’avoir raison d’espérer.  

 

 

 

********
 

 

Après avoir discuté assez longuement sur le travail qui l’attendait, Kaori regretta déjà un peu de s’être proposé. Loin de ne pas vouloir aider son amie, le fait de devoir se transformer en maîtresse de cérémonie ne l’enchantait guère. Gauche et timide, elle se sentait plus empotée et prude que maîtrisant à la perfection tout les codes nécessaire pour mener à bien une cérémonie du thé et ceci sans faillir.  

 

Soupirant devant sa maigre estime qu’elle avait d’elle-même tout en enlevant sa veste, elle se dirigea à l’étage pour se changer et prendre une douche qui lui permettrait de se détendre du moins essayer, tant que ses membres étaient tendus. Après s’être dévêtue rapidement, elle rentra vite dans la cabine de douche pour enfin avoir quelques minutes de relaxation. Sous le jet brûlant, elle essaya de se concentrer sur la cérémonie en elle-même. Elle se mit à repenser à son savoir qu’elle avait appris au lycée. Ce fut une petite période parmi tant d’autre. Au début, ce stage lui plaisait moyennement. C’était plus pour tuer le temps, à ses heures perdues, lorsque son frère était sur des affaires assez corsées qui lui prenaient beaucoup de temps.  

 

 

« Hide… »
 

 

 

 

 

Son frère…celui qui l’a éduqué, choyé, qui l’a entouré d’amour durant toute sa jeunesse, remplaçant les parents qu’elle n’avait pas eu… Jouant son confident à ses heures, il avait été un homme doux, gentil, affectueux ! Bref l’homme que toute femme aimerait avoir à ses côtés…  

« Quel gâchis » se dit-elle. « Il est parti trop tôt, c’était injuste ! »    

 

 

De cette conclusion, l’amertume la saisit malgré elle. Kaori se sécha après cette douche qui ne lui fit du bien qu’ à moitié. Elle descendit et se dirigea vers la cuisine pour préparer le repas. Vue l’heure, Ryo ne devrait pas tarder à rentrer. Elle prépara une salade de riz parfumé ...Pas très orignal, mais la motivation n’y était pas du tout.  Étrangement, elle se sentait fatiguée bien que la journée fut calme. Elle savait pertinemment que c’était lié à cette histoire de repas et de cérémonie. La nettoyeuse regarda rapidement l’heure et se dit qu’elle devrait appeler Eriko pour la tenir au courant du repas …Et pourquoi ne pas lui demander, si elle voulait l’accompagner afin de l’aider pour rapporter tout le nécessaire  

 

Aussitôt dit, aussitôt fait, elle se saisit du téléphone et composa le numéro. La créatrice décrocha, ravie d’avoir son amie au bout du fil. Kaori lui informa qu’elle avait été mise au courant de la demande expresse de son mentor dont d’ailleurs elle avait ignoré son existence. La femme d’affaire en fût soulagée ! C’était un client assez « carré » et les règles de savoir-vivre lui étaient chères. La nettoyeuse était sur le point de lui demander si elle pouvait l’accompagner à récupérer ses affaires, quand son amie l’informa qu’elle était assez fatiguée ces derniers temps et que sa semaine était chargée avant l’arrivée de ce monsieur qui semblait bien important à ses yeux.  Kaori se ravisa et se tut. Elle ne lui demanda pas ce service. Elle savait qu’elle allait accepter mais qu’elle allait aussi se mettre en porte-à-faux avec son travail et préféra y renoncer. Elle se résigna…Elle irait seule...À moins que…Et si elle demandait à Ryo de l’accompagner ? Au diable ces remparts inutiles ! Elle pouvait quand même lui demander çà !  

 

 

 

*******
 

 

 

Devant l’immeuble plongé dans la pénombre se tenait le nettoyeur, celui qui était le plus craint du japon. Il regardait fixement son immeuble…Enfin non…leur immeuble, à lui et à sa partenaire. Son « Sugar Boy »qui mettait la vie, la joie et la chaleur dans cet appartement et dans son cœur.  Il fut soulagé de voir que la lumière était allumée, preuve que Kaori était bien rentrée. C’était une crainte inavouée : il craignait qu’un jour, lorsqu’il rentrerait, tout serait éteint, car Kaori serait partie car il aurait été trop loin dans son comportement plus que abjecte qu’il pouvait avoir à son encontre.  

 

Malgré les remarques blessantes qu’il lui avait faites aujourd’hui, elle était encore là. Il éprouvait des remords et de la culpabilité. Pourquoi ? Pourquoi la retenir ? Pourquoi lui faire du mal alors que qu’imaginer une seule seconde la voir partir lui était tout bonnement insupportable. Hé pourtant, il la poussait continuellement dans ce sens.  

 

Perturbé par ses questions sans réponse et de l’ambivalence dans ses propres sentiments à l’égard de sa partenaire,Ryo regarda le ciel...en espérant y trouver une réponse. Il  ne put s’empêcher de penser à Hide …Son ami . Que penserai t-il de tout çà ? A la pensée, qu’il pouvait les observer de là haut, il eut un frisson, et décida de rentrer pour en finir avec ses réflexions idiotes.  

 

 

La chaleur qu’il ressentit en entrant dans le salon lui fit du bien et le détendit immédiatement…Comme à son habitude. Il lança négligemment sa veste sur une chaise et se dirigea vers la cuisine.  Il y trouva Kaori, plongée dans la lecture d’un livre. Elle était tellement absorbée par sa lecture qu’elle ne l’entendit pas rentrer dans la pièce. Ryo l’observa avec attention en repensant aux remarques de Mick. Bien sûr qu’il avait remarqué qu’elle changeait : Elle mûrissait, il n’y avait aucun doute.  Ce n’était pas étonnant quelque part, son «sugarboy »grandissait. Savait-elle tout cela ? Non sûrement que non, puisqu’il ne passait que son temps à la dénigrer ou faire en sorte qu’elle reste sous son aile protecteur.  

 

La nettoyeuse sortit de sa lecture et vit le nettoyeur planté au milieu de la cuisine en train de l’observer. Elle lui dit  :  

 

- « Ryo qu’est qui t’arrive ? Qu’est que tu fais là planté au beau milieu de la cuisine ? »    

 

Ryo sorti à son tour de sa réflexion, se sentit bête, et comme prit en faute, prit un faux-fuyant :  

 

- «ton air stupide en lisant me laisse toujours sans réaction. »lançà t-il regrettant déjà sa prise de parole. Il commença à rire afin d’évacuer le stress qu’il venait de recevoir.  

 

Face à cette réflexion, Kaori soupira et ferma son livre tout en haussant les épaules. Elle lui répondit simplement :  

 

- « J’étais en train de revoir certaines choses pour la cérémonie. »  

 

Et coupant court à une éventuelle remarque, elle ajouta :  

 

- «  Le repas est prêt on peut passer à table. »    

 

C’est dans une atmosphère électrique qu’ils prirent leur repas.  Curieux malgré son attitude peu concernée et désagréable, Ryo voulut rompre ce silence pesant:  

 

- «  Kaori, dis moi… ?»  

 

La jeune femme le fixa, un peu inquiète.  

 

Sentant que sa partenaire attendait la suite de question, il continua :  

 

- «  Honnêtement, Kaori j’ai été surpris tout à l’heure ; lorsque tu as dit que tu savais mener une cérémonie de thé. Pourquoi as-tu appris ce rituel ? ce n’est pas banal. »  

 

 

Ryo lui parlait tellement gentiment et avec un sourire à faire fondre, qu’elle ne put réprimer de la joie.  Elle se décida à lui expliquer :  

 

- «  Hé bien… comme je l’ai dit, je l’ai appris quand j’étais au lycée. Il s’agissait en quelque sorte d’une option. Je l’ai prise car je m’ennuyais. Hide était très  souvent absent et me retrouver seule à la maison ne me plaisait guère. A cette dernière phrase Kaori sourit, elle repensait à son frère, qui lui faisait de longs discours sur l’importance de la respectabilité d’une personne. Ryo qui écoutait attentivement sa partenaire ne put s’empêcher lui aussi de sourire.  

Profitant de l’occasion, Kaori lui demanda de but en blanc :  

 

- «  Ryo, pourrais tu m’accompagner à mon ancien appartement ? »  

 

A cette demande si soudaine, Ryo stoppa de manger. Il la fixa, rempli d’interrogation dans son regard :  

 

- «  Pourquoi faire ? » lui demanda t-il, encore sous le choc de cette demande  

 

Kaori, très surprise par sa propre franchise, continua dans sa lancée :  

 

- « Quand mon frère est mort,  tu te souviens....j’ai laissé de nombreuses affaires personnelles là-bas ; le gardien s’était gentiment proposé de les mettre au sous-sol. Je dois récupérer tout le matériel et des livres pour la cérémonie du thé. Pour être franche, cela ne m’emballe pas d’y aller seule… » La voix de Kaori s’affaiblissait au fur et à mesure de ses explications.  

 

 

 

- « Je ne sais pas » répliqua t’il.  

 

Ce fut la seule phrase qu’il lui put lui donner en réfléchissant à la réponse qu’il devait donner. Depuis ce matin, il n’était pas à son aise face à Kaori. Et malgré sa bonne volonté à vouloir se montrer beaucoup plus agréable avec elle, il ne pouvait s’empêcher d’être inquiet de son ’indifférence et commettait d’innombrables maladresses. Fallait-il qu’il soit plus gentil pour pouvoir la « garder » mais sans devoir la faire espérer quant à un avancement dans leur relation ? ou continuer à la faire tourner en bourrique pour continuer à entretenir leur lien étrange. Toutes ces questions le perturbaient et le rendait gauche. Sans s’en rendre compte, il lâcha un  

- « non je suis très occupé en ce moment »  

 

Elle accueillit cette réponse comme un katana en plein cœur. Il refusait de l’aider une nouvelle fois. Malgré la douleur infligée et la déception de son refus, elle tenta de rien laisser paraitre en hochant seulement de la tête. Fixant son assiette encore remplie, elle accusa le coup avec difficulté.  

 

Regrettant déjà son refus, il continua  

 

- Demande à Mick, il sera ravi de t’accompagner conclut-il en reprenant ses baguettes pour finir son repas afin de ne plus apercevoir l’air déçu de Kaori  

 

 

- Je n’y manquerai pas se contenta t’elle de dire.  

 

 

Cette journée se termina  dans une atmosphère assez lourde…Fréquent pour la saison.  

Contemplant la voie lactée, le nettoyeur japonais regrettait amèrement son comportement  et son refus. Torturé par leur situation plus que compliquée, il savait en tout état de cause et qu’il faudrait un jour ou l’autre clarifier leur histoire sans nom.  

 

Savait il qu’un homme aux traits physiques quelque peu semblable aux siens, était lui aussi en train de regarder ce ciel en réfléchissant à son devenir …Lui l’homme au double visage.  

Un frisson lui parcourra la nuque l’obligeant à y poser la main  

 

- Bon présage murmura t-il. 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de