Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autore: Kairi

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 1 capitolo

Pubblicato: 09-01-05

Ultimo aggiornamento: 09-01-05

 

Commenti: 17 reviews

» Scrivere una review

 

CrossoverHumour

 

Riassunto: Ryô, Kaori et un cochon... le tout agrémenté de la présence de... Pour savoir il faudra lire ^^

 

Disclaimer: Les personnages de "City Hunter files : un cochon nommé désir" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo et de Chris Carter.

 

Tricks & Tips

How can I change the colour/format of my fanfiction?

 

Usually, all fanfictions are automatically formatted to a standard format, but if you need special colours or forms, you can use the following tags. - <b>Text in bold</b> - <i>Text in italic</i> -

<div align="center">Centered text</div>
- <font face="Courier New, Courier, mono">

Read more ...

 

 

   Fanfiction :: City Hunter files : un cochon nommé désir

 

Capitolo 1 :: Rencontre avec le troisième type

Pubblicato: 09-01-05 - Ultimo aggiornamento: 09-01-05

Commenti: Coucou tout le monde ^^ ... Je suppose que beaucoup d'entre vous vont s'étonner de me voir relever un tel défi mais j'avoue qu'il m'a beaucoup inspiré ( merci les filles pour nos discussions à ce sujet ^^ ). Cette fic sera essentiellement tournée vers l'humour, l'absurde, la parodie même ( sans oublier la romance bien sûr héhé ), tout en restant crédible. Je compte sur vous pour me dire ce que vous en pensez alors bonne lecture et à très vite ^^

 


Capitolo: 1


 

Immeuble de Ryô Saeba,  

Lundi 10 Janvier, 13h50,  

 

Le cri résonna avec une violence non contenue, se muant progressivement en un grognement vif et dur. Le regard apeuré et le corps tremblant, la créature essaya tant bien que mal de se cacher derrière l’unique caisse qui se trouvait près de la porte afin d’échapper à son bourreau et à son funeste destin.  

 

- Petit... petit, petit !!! Sois gentil et viens voir tonton...  

 

La voix était étrangement calme et contrastait étonnamment avec l’attitude nerveuse de cet homme qui, un couteau dissimulé derrière son dos, s’approchait avidement de sa future victime. Le dos courbé, il marchait d’un petit rire hystérique sur la pointe des pieds comme si cette attitude ridicule avait le pouvoir de masquer ses intentions impardonnables aux yeux de sa proie.  

 

- Petit... Petit...  

 

Un cri déchirant retentit encore et encore, couvrant le ricanement malsain de l’homme au poignard.  

 

- Petit... Petit... tu n’as pas à avoir pas peur !!!  

 

Le regard vérifiant à chaque pas entrepris que la porte ne risquait pas de s’ouvrir, le prédateur gagnait inexorablement du terrain sur sa prise, la plongeant ainsi dans une panique effroyable. Coups contre le mur. Affolement des sens. Panique ingérable. Un nouveau pas et la plainte reprit de plus belle, obligeant ainsi le tueur à se boucher les oreilles dans un pur réflexe de d’autoprotection.  

 

- Non laisse le Ryô !! Je t’interdit de toucher à ma Charlotte !!!  

 

La porte s’ouvrit dans un fracas assourdissant. Cet appel qui venait, à n’en pas douter, du coeur généreux de Kaori, stoppa net Ryô Saeba dans son élan meurtrier. Abasourdi par la ferveur avec laquelle sa partenaire venait de hurler ces mots, le tueur se figea sur place et, les yeux grands ouverts, fixa de son air stupide le petit animal rose dont les quatre pattes roses recommençaient à trembloter frénétiquement.  

 

- Mais enfin Kaori ?!!!  

 

Décontenancé par l’attitude la jeune femme, Ryô prononça machinalement ce prénom, laissant tombé le long couteau de cuisine sur le sol bétonné. Quelques secondes passèrent sans que personne n’ouvre la bouge. Puis voyant sa partenaire se planter devant son futur déjeuner, Ryô retrouva aussitôt ses esprits et, le bruit de son estomac le rappelant à l’ordre, décida qu’il était temps de repartir à la chasse.  

 

- héééé bouge de là Kaori et laisse-moi transformer cet adorable cochon en un délicieux festin... c’est bien pour ça que tu l’as ramené à la maison, non ?... haaaaaa j’en ai déjà l’eau à la bouche... Cochon... Petit cochon... viens voir tonton Ryô !  

 

La bave aux lèvres, Ryô s’agenouilla prestement afin de récupérer l‘arme du crime qui gisait non loin de là. Mais il déchanta aussi vite lorsque Kaori, d’un rapide coup de pieds, fit glisser l’objet tranchant hors de portée de sa main.  

 

- Je t’interdis de le toucher, tu m’entends Ryô ?  

 

Ryô releva la tête et se retrouva nez à nez avec la jeune femme. Le détermination qu’il put lire dans ses yeux l’étonna grandement, lui faisant même un peu peur. Pourquoi Kaori se mettait-elle dans un tel état pour un simple cochon ? Ce n’était qu’un goret. Un animal dont l’existence propre se résumait à finir dans l’assiette pour contenter l’appétit des hommes et des femmes.  

 

- J’ai faim Kaori !!... Figure-toi que je crève la dalle depuis deux jours !! Alors épargne-moi tes lamentations à la Brigitte Bardot et laisse-moi m’occuper de ce porc pour que nous puissions enfin faire un repas digne de ce nom !!!  

 

Dans une attitude pleine de défi, Ryô fit un premier pas en avant, ne lâchant pas du regard sa partenaire. Au même moment, le petit cochon émit un geignement peureux avant de se cacher une nouvelle fois derrière la caisse pour ne laisser qu’entrevoir qu’un bout de sa queue.  

 

- Cochon... petit cochon...  

 

La voix de Ryô monta d’un cran et reflétait toute la frustration qu’il éprouvait à cet instant précis. Il avait faim et ce n’était pertinemment pas une simple bonne femme, et même si cette femme en question était Kaori, sa propre partenaire, qui allait l’empêcher de calmer l’ardeur de sa panse.  

 

- Si tu le touches Ryô, je te jure que tu le regretteras amèrement !  

 

La jeune articula ces mots avec toute la détermination et la fougue d’une jeune femme adhérente au mouvement de protection de la nature WWF. Les bras tendus, bien campée sur ses jambes, elle semblait prête à offrir son propre corps comme bouclier à la fringale assassine de City Hunter.  

 

Ryô leva les yeux au ciel et pouffa méchamment contre tant de bêtises.  

 

Alors pour tout réponse, Kaori, lui adressa un sourire carnassier.  

 

Le silence se prolongea encore quelques minutes, brisé de temps en temps par les grognements indécents de l’estomac de Ryô. Les deux partenaires continuaient à se dévisager longuement, attendant impatiemment que l’autre daigne lâcher prise. Le petit goret pointa alors son groin, curieux de connaître les raisons de ce calme apparent.  

 

- Comment peux-tu être aussi insensible à la souffrance qui me ronge ?... Ne me dis pas que tu préfères un cochon à de ton propre partenaire ? A un homme aussi exceptionnel et indispensable que moi ?  

 

Face à tant orgueil mal placé, Kaori baissa la tête dans un soupir agacé puis, ses yeux s’allumant d’une petite flamme moqueuse, s’amusa à répondre :  

 

- Tu préfères bien tes jolies lapines de cabaret à une femme aussi adorable que moi ?... Alors arrête un peu de pleurnicher et savoure ces quelques jours de diète qui ne peuvent que faire du bien à un goinfre comme toi !  

 

Ryô ne releva pas la remarque, bien trop préoccupé par ses soudaines crampes d’estomac. Sous la douleur, il se plia en quatre, jurant violemment contre le caractère de cochon de sa partenaire. Dieu qu’ il avait faim ! Trop faim ! Il pourrait manger un éléphant tellement son ventre était vide !  

 

- arggggggggggg j’ai faim moi !!! Je veux manger !!!!  

 

Le grognement du cochon fit malheureusement écho aux lamentations du nettoyeur. Alors littéralement submergé par l’appel de son estomac, Ryô perdit quelques instants sa raison, et dégainant prestement son arme, se retourna vers l’animal rose et visa aussitôt sa tête.  

 

- Ryô ?!!!!!!!!!!  

 

Heureusement pour Mister Pig, Kaori réagit tout aussi vite. Avec toute la force d’une Buffy Summers se battant contre un démon, elle saisit violemment Ryô par le col de son tee-shirt et le força à se relever en même temps qu’elle.  

 

- Ecoute-moi, bien Ryô... Si tu oses toucher à un poil de ma Charlotte, je te jure qu’il n’y aura pas que sa queue qui aura la forme d’un tir-bouchon...  

 

Le regard de la jeune femme s’était dangereusement assombri. Ryô déglutit péniblement. La menace était bel et bien réel et, rien qu’en croisant les yeux méprisant de sa partenaire, il comprit tout de suite qu’elle était loin de plaisanter. Alors grimaçant comme un petit enfant qui venait d’échapper à une lourde punition, il hocha nerveusement la tête dans un signe d’approbation et regagna ainsi sa liberté.  

 

- Arfff t‘as gagné, je ne toucherai pas à TA Charlotte... Charlotte ? !!!! - Ryô fit un bon de trois mètres en arrière - Ahhhhh mais ne me dit pas que tu as donné un nom à cette horreur ?  

 

Pour tout réponse, Kaori haussa des épaules et se rapprocha de son nouvel animal de compagnie. Tout sourire, elle se mit à caresser tendrement la tête de Charlotte afin de le rassurer sans remarquer le rictus de dégoût qui s‘était formé sur les lèvres de son partenaire. C’est alors que la jeune femme mit en évidence le collier et le petit pendentif en forme de cœur qui ornaient discrètement le cou du goret. Ryô fit des yeux ronds et, les bras ballants, tenta de résumer la situation.  

 

- Le frigo est vide... nous n’avons plus d’argent... je suis interdit de cabaret et ma partenaire a définitivement perdu la tête en adoptant un cochon transsexuel nommé Charlotte !!!...  

 

Comme s’il avait compris le sens des paroles de Ryô, le cochon se mit à grogner méchamment, tapant frénétiquement des sabots sur le sol bétonné. Il geignit encore quelques minutes avant de se cacher dans les bras de Kaori, dans une dernière plainte.  

 

Le visage stupéfait, Ryô tenta de répliquer mais aucun son ne sortit da sa bouche. Le ridicule de la situation lui coupa même tout envie de râler. La seule chose qui lui effleura l’esprit, c’était qu’il était peut-être tout simplement en train de rêver !  

 

- Abruti ! Espèce de crétin !! - Entre deux mots de consolation pour Charlotte, Kaori prit le temps d’envoyer une massue “ défense de l’honneur porcin” tout droit sur Ryô - Réfléchis un peu avant de dire de telles insanités !! Ce cochon est un vrai mâle et je te signale que le prénom Charlotte est un prénom très prisé chez les suidés et ce depuis la sortie de ce superbe ouvrage !!... tintin !!!  

 

Fièrement, Kaori sortit son livre de nulle part et le tendit dans un grand sourire à un Ryô de plus en plus dépassé par les évènements. Machinalement, l’ex-égorgeur de cochon le saisit et manqua de tomber une nouvelle fois à la renverse quand il en découvrit la couverture. “ Ranma 1/2 - Tome 3 - L’épreuve de force ”. Bref, tout un programme.  

 

- Tu comprends maintenant d’où vient le prénom de cet animal ? Alors je te demanderai, désormais, d’être un peu plus respectueux avec LUI.  

 

Charlotte grogna en signe d’accord avec la jeune femme qui lui fit un clin d‘oeil en retour. Complètement perdu, Ryô contempla penaud le tome 3 de Ranma et pensa simplement que cette famine temporaire dont il était la victime jouait vicieusement avec ses neurones et lui faisait perdre la tête. Il ouvrit la bouche, parlant plus par réflexe que par envie.  

 

- Kaori, ne me dis pas que tu lis encore des mangas à ton âge ?  

 

A ces mots, Kaori lui lança un regard agacé. Que sous entendait-il ? Qu’elle n’était encore qu’une gamine qui ne lisait que des mangas ? Vexée, le jeune femme délaissa son nouvel ami et se planta une nouvelle fois devant son partenaire. L’air énervé, elle arracha le livre de ses mains et prit un plaisir évident à articuler chacun de ses mots :  

 

- Toi, tu lis bien des revues pornographiques... hum... Je croyais que ce genre de magazine étaient avant tout destinés aux jeunes hommes novices en matière de sexe ?  

 

La réplique était cinglante et Ryô la prit de plein fouet. Que sous entendait-elle ? Qu’il n’était pas capable de trouver une fille avec qui il pourrait partager des moments de plaisir ? Qu’il en était réduit à baver sur des photos de pin-up pour satisfaire sa libido comme un gamin de 15 ans ? Ni une ni deux, l’orgueil de Ryô refit surface avec une arrogance incroyable. Il pouvait tout supporter sauf que l’on remette en cause ses capacités d’amant. Il était l’étalon de Shinjuku, le seul et l’unique, et personne dans ce bas monde n’avait le droit de douter de ce titre honorifique.  

 

- Tu dis ça parce que tu n’as jamais goûter à mes talents d’étalon !!! Je me ferai un plaisir de te les faire découvrir quand tu veux !!!... oups !!!  

 

Se rendant compte de ce qu’il venait de dire, Ryô resta la bouche ouverte devant une Kaori tout aussi surprise que lui. Les joues cramoisies, troublée par la portée de ces paroles, la jeune femme se retrouva incapable d’alignée deux idées cohérentes tellement son esprit était focalisé sur la proposition quelque peu indécente mais tellement tentante de son partenaire. Alors machinalement, elle ferma les yeux, tentant de calmer les battements affolés de son cœur.  

 

- Kaori...  

 

A suivre dans : Discussion autour d’un cochon  

 

 


Capitolo: 1


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de