Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: keitaro

Beta-reader(s): Lifetree

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 5 capitoli

Pubblicato: 10-05-04

Ultimo aggiornamento: 03-06-04

 

Commenti: 27 reviews

» Scrivere una review

 

General

 

Riassunto: Une rumeur est parvenue aux Yakusas.Que vas t-il ce passer? Que vont-ils faire?

 

Disclaimer: Les personnages de "L'arme étoilè, larme de vie" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

I've signed in, but I cannot get access to the management section.

 

Please check that your browser accepts cookies. Please contact me with the email address you signed up and give me your login, password, ISP and localisation. Thanks.

 

 

   Fanfiction :: L'arme étoilè, larme de vie

 

Capitolo 2 :: Chapitre 2

Pubblicato: 15-05-04 - Ultimo aggiornamento: 15-05-04

Commenti: Je dedie ce chapitre a Life mon Sensei et a Sekhmet .Je remercie tous(tes) ceux ou celles qui on lut mon premier chapitre et que se deuxième plaira autant. Un attentat viens de ce produire à Shinjuku Gyo.Pourquoi?qui en est le responsable tant de question qui trouveront rèponse dans la suite de la fics

 


Capitolo: 1 2 3 4 5


 

Chapitre 2  

 

 

Une semaine s’était écoulée depuis la disparition tragique de Ryo Saeba.  

 

Dans le quartier chic de Ginza les enlèvements, demandes de rançons et viols étaient devenus monnaie courante. De crainte, les habitants avec leurs enfants restaient enfermés chez eux. Dans la partie Ouest de la ville, où les plus grandes entreprises étaient installées, les braquages et cambriolages (s’étendaient de plus en plus) devenaient de plus en plus fréquents. Tandis qu’à Shinjuku certains bars et autres établissements lucratifs étaient récupérés par les Yakusa, un groupe de commerçants tentait de freiner tant bien que mal la montée de la violence dans leur quartier.  

 

Dans le parc de Shinjuku Gyo, les cerisiers en fleurs mettaient un peu de soleil dans le cœur des habitants et les oiseaux sifflaient de bon cœur à l’arrivée de l’été. Dans les allées, de jeunes amoureux se promenaient main dans la main alors que d’autres, installés sur des bancs, lisaient le journal du jour ou consultaient leurs PC portables. Sur les plaines de jeux Des enfants jouaient dans les bacs à sable et sur les toboggans tout en se chamaillant sous l’œil attentif de leurs mères. Un peu plus loin, Les marchands ambulants vendaient des confiseries ainsi que des glaces de différents parfums. Ce qui réjouissaient les plus petits qui, en quête d’une pièce de cent yens, allaient acheter ce qu’ils aimaient ! Malheureusement une explosion soudaine vint troubler et mettre fin à ce tableau utopique.  

 

Elle fût si puissante, que le sol en trembla. Les arbres et les fleurs étaient en feu, des corps inertes gisaient partout sur le sol alors que les quelques rescapés courraient pour essayer d’échapper à cet enfer. Des enfants pleuraient et cherchaient en criant dans cette fumée épaisse leurs mères. D’autres, blessés et couvert de sang, criaient leurs noms pour signaler leur présence. Dans ce chaos infernal où tout n’était qu’enfer, les pompiers suivi par les ambulances et les policiers arrivèrent sur place. Les secours constatèrent avec effroi l’étendue du drame. D’autres Ici et là des personnes se penchaient afin de secouer leurs parents, amis ou collègues pour qu’ils ne s’évanouissent pas. Difficile de croire qu’une minute auparavant certains d’entre eux se tenaient par la main et que maintenant leur corps est allongé là, sans vie. (Dire que certains étaient là allongés sans vie alors qu’une minute auparavant ils se tenaient encore la main). Les ambulances faisaient des va-et-vient constants alors que les pompiers combattaient le feu avec vigueur. Le commissaire arriva sur le lieu quelques minutes après le drame.  

 

- Bouclez-moi le secteur ! Que personne n’entre dans le périmètre de sécurité ! Fouillez les moindres recoins à la recherche d’indices et plus vite que ça !  

 

Pendant qu’une centaine de gendarmes étaient occupés à chercher le moindre objet suspect, une autre voiture arriva et se gara près du commissaire.  

 

-Saeko ! Que se passe t-il ici ?  

 

Elle fit volte face pour voir son interlocuteur et un léger sourire se dessina sur son visage à la vu du nouveau venu.  

 

- C’est grave, très grave. Une explosion vient de se produire et a détruit la moitié du parc alors que beaucoup de gens s’y trouvaient. Pour le moment impossible de chiffrer le nombre de victimes. (De ce fait, on cherche le moindre indice qui pourrait nous mettre sur la voie). On est également à la recherche d’indices qui nous indiqueraient la cause de cette explosion. Mais toi ? Que viens-tu faire par ici ? Je pensais que tu allais voir ta sœur.  

 

- Je m’étais en route quand j’ai entendu parler de l’attentat à Shinjuku Gyo à la radio. Comme je sais qu’a cette heure-ci tu y vas régulièrement, j’ai été pris de panique en espérant que tu n’avais pas été blessée.  

 

Hideyuki regarda avec tristesse le spectacle, mais fût soulagé de savoir que sa femme ne s’y trouvait pas. Cette pensée le dégoûta quelque peu. Il était avant tout commissaire principal et sa vie privée devait passer après celle des citoyens.  

 

- Commissaire ! Commissaire !  

 

Un jeune policier courrait dans leur direction tout en sueur.  

 

- Que se passe t-il ?  

 

- Nous avons trouvé l’objet qui a produit l’explosion.  

 

-Bien, montrez-nous où se trouve l’engin.  

 

Saeko et Hideyuki s’approchèrent d’un pas vif  

 

- Alors lieutenant, qu’avez-vous trouvé de beau ?  

 

Un technicien de laboratoire d’une trentaine d’années se redressa et récupéra un PC portable qui jonchait sur le sol.  

 

- Voici ce qui a causé l’explosion. Le PC était muni d’ un nouveau système de micro-bombe presque aussi puissant que du C4. C’est une puce installée dans la partie de la souris intégrée à la machine qui se déclenche dès qu’une personne mais le doigt dessus.  

 

- A qui appartenait ce portable ? Demanda Hideyuki tandis que Saeko ramassait quelque chose qui brillait au sol.  

 

- Si je ne me trompe pas, je peux dire qu’il appartenait à un homme d’affaire, mais je dois encore vérifier deux ou trois points au labo.  

 

- Ok vous pouvez disposer, vous rendrez votre rapport au Commissaire Nogami dès demain.  

 

Tandis que l’officier s’éloignait, Hideyuki se retourna vers Saeko :  

 

- Qu’as-tu trouvé d’intéressant ?  

 

- Regarde, dit elle en tendant une carte de visite faite d’une tablette de cuivre qu’elle avait ramassé par terre. La stupéfaction était clairement visible sur son visage.  

 

- Bizarre !! Quoi ?  

 

Hideyuki ne put pas s’empêcher de crier de stupeur en retournant la carte. Trois lettres étaient gravées sur le versant.  

 

- XYZ !?!  

 

Le jeune homme marqua son étonnement. Que faisait cette carte ici et surtout avec ce code ?!?  

 

Après un long moment, ils partirent ensemble voir Kaori, en espérant que celle-ci soit en forme, afin de lui montrer l’objet. Ils comptaient lui expliquer ce qui venait de se passer. En chemin, plusieurs questions leurs trottaient dans la tête. Tandis qu’Hideyuki écrivait sur son bloc note, Saeko conduisait tout en écoutant les nouveaux singles de Megumi Hayashibara et de Luna Sea .  

 

-En même temps je crois que nous irons voir Reika et Falcon. On ne sait jamais, ils ont peut-être des informations à nous fournir.  

 

- N’y compte pas trop Saeko. Ils ne travaillent plus dans l’ombre depuis que Ryo n’est plus là.  

 

- Ils vont nous aider, je te l’assure.  

 

- Je te connais fort bien ma chérie, tu as un caractère des plus, comment dire… Volcanique ?  

 

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de