Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prose

 

Auteur: Lauraw

Beta-reader(s): Cats, Maruku, Grifter

Status: Complète

Série: Cat's Eye

 

Total: 22 chapitres

Publiée: 26-05-06

Mise à jour: 29-04-09

 

Commentaires: 23 reviews

» Ecrire une review

 

ActionRomance

 

Résumé: J'ai essayer de prendre le concept du défi, en donnant des frères à Toshio (Quentin en vf, j'ai garder les noms japonais) un caractère plus ferme et j'espère que vous me lirez jusqu'au bout... merci à tous de m'avoir suivit jusqu'au bout jusqu'à la fin de cette aventure... On se reverra dans d'autre aventure... bonne lecture en attendant.

 

Disclaimer: Les personnages de "cat's eyes" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo. Excépter ceux de mon cru bien entendu.

 

Astuces & Conseils

Comment corriger une erreur de placement de chapitres?

 

Quand vous rajoutez des chapitres à une histoire et que vous avez plusieurs histoires en cours, il peut arriver que vous rajo ...

Pour en lire plus ...

 

 

   Fanfiction :: De bien étrange voleurs

 

Chapitre 1 :: chapitre 1 : Un Drôle d’imprévu

Publiée: 26-05-06 - Mise à jour: 16-02-09

Commentaires: Je commence par vous mettre dans l'ambiance, j'espère avoir des commentaires j'adore et ça m'aide.

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22


 

Ce matin là comme tous les matins, Kusanaguy, l’ainé des frères Utsumi ouvrait le café tout en préparant à son jeune frère Kenshin, dit « Ken » pour les amis, son petit-déjeuner. Ce dernier entrait 1ère S (scientifique) à l’âge de 15 ans, ce qui en faisait un vrai petit génie aux yeux de ses frères.  

 

Pourtant, ses cheveux noirs toujours en épi ainsi que ses yeux chocolat lui donnaient l’air d’un gamin comme les autres. Naguy était brun comme leur père et avait hérité des yeux de jais de leur mère.  

En plus d’avoir la charge de son jeune frère, il devait aussi s’occuper de son frère cadet et ce depuis la mort de leur père qui avait précédé de peu celle de leur oncle. Les garçons avaient hérité de ce café auquel ils n’avaient apporté qu’un seul changement : Le nom.  

 

Ce matin là donc, Naguy était occupé à rappeler à son écervelé de frère qu’il allait finir par être en retard à ses cours :  

 

- Ken, dépêche-toi un peu !  

Déjà habillé, le jeune homme vint prendre place au bar pour lacer ses baskets et répondit :  

- Lorsqu’on est aussi intelligent que moi, pourquoi faut-il continuer d’aller à l’école ?  

- Parce que pour te trouver un boulot, il te faut des diplômes tiens ! Tant que tu vivras sous mon toit, tu suivras ma ligne de conduite.  

-Ok, ok ! Marmonna Ken le nez dans son bol de café.  

 

A seulement 24 ans, Naguy avait déjà l’habitude des caprices d’adolescent de son frère, son frère cadet étant déjà passé par là. Celui-ci justement, bien qu’ayant 21 ans montrait le mauvais exemple en s’illustrant comme un séducteur invétéré. C’était un vrai Don Juan qui profitait au maximum des opportunités que sa profession de photographe lui offrait. Il était très séduisant et toutes les femmes qu’il abordait lui tombaient aisément dans les bras. Le voilà qui descendait justement, les cheveux bruns coiffés en arrière, vêtu de son habituel ensemble en jean qui lui allait à ravir, surtout ce polo beige qui moulait son torse musclé. Sans oublier ce jean serré sur ses cuisses toutes aussi musclées, il sauta sur un des tabourets devant le bar pour impressionné les quelque clientes déjà présent que le reste de son anatomie. Il adressa un sourire à son ainé puis lui demanda :  

 

-Salut, quand est prévue notre prochaine aventure ? C’est que je commence à m’ennuyer moi….  

-Salut, prends ton mal en patience mon vieux. Dès que j’ai des informations, je te fis signe.  

- D’a...  

Avant même d’avoir eut le loisir de formuler sa réponse, il plongea littéralement derrière le bar pour se cacher et implora :  

- Naguy je t’en prie, c’est Ruï ! Dis-lui que je suis absent, pitié !  

- Petit frère, si tu cessais de jouer au chat et à la souris avec ta copine, tu n’aurais pas d’ennui avec sa famille.  

- …Euh…  

 

Balbutia-t-il comme une séduisante jeune femme aux longs cheveux noirs et aux yeux violet, vêtue d’une robe courte mauve moulant à merveille ses courbes parfaites entra le regard sombre et marcha droit sur Naguy qui l’accueillit d’un sourire engageant.  

 

- Bonjour Ruï, cela fait longtemps qu’on ne t’avait pas vu.  

- Bonjour, je me passerais bien de venir si Toshio cessait de jouer les imbéciles.  

- C’est dans sa nature malheureusement, que s’est-il encore passé ?  

- Lui et Hitomi se sont de nouveau disputés pour je ne sais quelle raison idiote et devine sur qui ma sœur passe ses nerfs à présent ? Tout le monde au commissariat la trouve d’une humeur massacrante ces jours-ci.  

- Le Commissaire ne doit pas beaucoup apprécier, je me trompe ?  

- Tout juste, alors tâche de calmer ton don juan de frère où il se pourrait bien que je lui fasse passer la nuit en prison, juste histoire de refroidir ses ardeurs, ce qui pourrait nuire à sa charmante réputation de photographe à laquelle il tient tant.  

- Je ferai de mon mieux, promis.  

- Bien merci…Je dois y aller.  

- Repasse quand tu veux, tu sais que tu es toujours la bienvenue au « CAT’S EYES ».  

 

Elle hocha simplement la tête et partit toujours aussi troublée en son fort par le charme magnétique que cet homme exerçait sur elle.  

 

- Toshio, tu me feras toujours mourir de rire…Tu te planques comme un gosse pris en faute. Un de ces jours…Je ne serai pas là pour te sauver la mise.  

- J’y vais, à plus tard les gars ! Dit Ken en sortant.  

Toshio quant à lui se releva et s’exclama :  

- Dis donc, elle y va un peu fort ! J’y peux rien moi si Hitomi se met toujours en colère pour un rien.  

- Si j’étais toi, j’éviterais juste de l’énerver en usant de ton charme sur tout ce qui porte un jupon petit frère. Ce serait un bon début. Je t’avais pourtant prévenu que tu jouais avec le feu en sortant avec un flic.  

- Ouais, ouais, bon, je file aussi, à plus tard !  

- Bonne journée tout de même, rétorqua Kusanaguy à son frère qui s’éclipsait.  

 

Sitôt Toshio parti, les clients commencèrent à arriver. La journée se déroula sans problème et lorsque Toshio revint le soir aux environs de 19 heures Ken était derrière le comptoir, occupé à essuyer des verres. Toshio jeta ses affaires sur le canapé au salon et vint le rejoindre juste après.  

 

- Où est Naguy ?  

- Devant le visiophone.  

- Je suis tombée sur une adorable célibataire aujourd’hui, timide de prime abord mais elle a fini par succomber à mon charme légendaire, fanfaronna le séducteur.  

- Sans moi, tu n’arriverais à rien frangin.  

- Petit prétentieux, sache que je suis irrésistible et aussi…  

- Un idiot, l’interrompit Ken.  

 

Les deux frères s’emparèrent aussitôt d’une cuillère en bois qu’ils utilisèrent comme deux épées pour offrir aux clients un petit spectacle. Ces derniers riaient aux éclats lorsque Naguy arriva. Les deux combattants s’inclinèrent pour remercier leur public comme ceux-ci applaudissaient, ce qui fit sourire Naguy.  

 

- Cela vous va bien de faire les pitres tous les deux !  

- C’est de famille grand frère, répliquèrent-ils en chœur, faisant sourire Naguy.  

Il remarqua soudain une ombre dans le regard de Toshio et l’interrogea :  

- Un problème ?  

- Non rien.  

- Je parie qu’il s’agit encore des sœurs Kisugi, je me trompe ?  

- Ce n’est rien je te dis, je gère, répondit son grand frère évasivement.  

- Ce n’est pas le moment de s’encombrer d’une histoire de cœur, nous avons une nouvelle mission, poursuivit-il à voix basse.  

 

L’intérêt de son frère éveillé, il fut convenu d’attendre la fermeture du café pour parler de tout cela au clame. A 22 heures, les trois frères se rejoignirent au salon. Ken ouvrit son ordinateur portable, laissant le soin à Naguy de leur fournir des explications sur le contenu de la fameuse mission.  

 

- Nous devons récupérer « ELDORADO » au musée d’ENSOR. Pour cela nous disposons de 24 heures à peine avant son départ pour un autre musée auquel il est exceptionnellement prêté.  

- Demain, je me charge du système d’alarme.  

- Et moi, Je ferai des repérages avec mes modèles dans la journée.  

- Bien, donc nous pourrons donc agir demain soir, c’est parfait !  

 

Ils acquiescèrent d’un hochement de tête et chacun organisa sa journée du lendemain.  

 

Le lendemain sous couvert de faire des photos, Toshio obtint l’autorisation de prendre des clichés de ses modèles au musée. Il en profita évidemment pour repérer les lieux.  

Le soir venu, les trois frères se rendirent au musée et mirent leur plan à exécution.  

 

Ken resta à l’extérieur de la voiture pour se charger de neutraliser le système de sécurité à distance, tandis que ses frères pénétraient dans l’immeuble en passant par celui d'en face, passant de l'un à l'autre grâce à une corde. La lucarne fut facilement ouverte, au signal Ken n’aurait plus qu’à se charger de diffuser en boucle la même image sur les caméras, offrant à ses frères le temps de vaquer à leur occupation tranquillement, avant que la sécurité ne vienne faire sa ronde.  

Dès qu’ils furent sur le toit du musée, ils prévinrent Ken.  

 

- Nous sommes en place.  

- Je pilote déjà le système, trop facile !  

- Nous entrons par la lucarne située à l’Est alors débranche les faisceaux du tableau dès qu’on te le fera signe.  

- A vos ordres !  

 

Naguy resta sur le toit pour surveiller Toshio qui descendait en rappel vers le tableau, tandis que Ken débranchait les faisceaux en leur annonçant :  

 

- Vous avez 5 minutes avant que je ne sois obligé de tout rebrancher.  

- Ok !  

 

Parvenu au sol, Toshio se détacha pour aller jusqu’au tableau et le remonter avant de grimper à son tour puis tous deux rejoignirent leur voiture au volant de laquelle Toshio prit place. Naguy s’écria soudain :  

 

- C’est un faux !  

- Quoi ? S’écrièrent ses frères simultanément.  

- C’est un style semblable au sien mais elle n’a pas peint ce tableau-ci...  

- Chiotte ! Maugréa Toshio. On a fait tout ça pour rien !  

- Crois-tu que l’original soit ailleurs bien ou qu’il n’en a jamais eu ?  

- Le musé possède un coffre-fort mais je penche plutôt pour le propriétaire. Il a du l’installer chez lui pour s’assurer de sa protection.  

- On sait où il vit ?  

Il ne fallut que quelques secondes de pianotage à Ken pour le localiser sur son écran.  

- Je l’ai ! Il réside dans une grande propriété à deux rues d’ici semble-t-il et d’après le satellite, elle a l’air vachement bien surveillée. Mais ce n’est pas ce qui va nous faire peur, pas vrai ? Je peux m’occuper de l’alarme et vous pourrez rentrer sans problème.  

- Espérons que ce sera aussi facile que tu le dis, marmonna Naguy.  

 

Peu après, ils se garaient non loin de la propriété. Ken se mit à l’ouvrage sur son ordinateur dans un silence pesant. Au bout de plusieurs minutes, Toshio s’impatienta et grommela :  

- Alors petit Génie ? Tu es entré ?  

- Du calme, j’y suis presque… Ce système est très ingénieux !  

- On ne te demande pas de tomber en pamoison mais de nous faire entrer et ressortir bien sur.  

- Rendez-vous au mur sud. Attention aux caméras dissimulées dans les arbres les gars !  

-On fera gaffe ! Rétorquèrent les deux frères en se hissant au-dessus de la grille une fois le feu vert donné.  

Soudain le jeune garçon eut une intuition et leur cria de décamper au plus vite. Il hurla dans son micro :  

- Sortez vite, c’est un piège !  

 

Les deux frères entendirent des aboiements de chiens se rapprochant de leur position et prirent aussitôt la fuite. Ils eurent à peine le temps de s’engouffrer à bord de leur véhicule que Ken avait déjà démarré en trombe. Le conducteur attendit d’être suffisamment éloigné de la propriété pour expliquer aux malheureux à bout de souffle :  

 

- J’ai pu entrer dans le système uniquement parce qu’il m’a « ouvert » la porte. Heureusement pour vous, mon sixième sens fonctionne à merveille !  

Les trois frères demeurèrent silencieux jusque chez eux où ils s’écroulèrent sur un fauteuil.  

- Demain, je ferai des recherches approfondies sur ce Monsieur si bien protégé.  

- Laisse-moi m’en charger, j’obtiendrais les infos en un temps record, proposa Ken.  

- Cette histoire ne me plaît pas du tout… Bon, c’est pas tout ca les gars mais je dois me lever tôt demain alors bonne nuit.  

- Tu as raison. De toute façon, on n’apprendra rien de plus ce soir alors autant se coucher. En plus, je dois faire l’ouverture demain. Allez, tout le monde au lit !  

 

Chacun plongé dans ses pensés regagna sa chambre. 

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de