Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autori: stef50 , TOKRA

Beta-reader(s): Nodino

Status: Completa

Serie: City Hunter

 

Total: 6 capitoli

Pubblicato: 14-10-11

Ultimo aggiornamento: 14-01-12

 

Commenti: 24 reviews

» Scrivere una review

 

General

 

Riassunto: Ryo continue à draguer à tort et à travers. Kaori ne le supportant pas lui administre un sérum éloignant les femmes. Malheureusement rien ne se passe comme prévu. Suite d'attirance fatale.

 

Disclaimer: Les personnages de "Fatale attirance" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

I'm almost 18. Can I get access to the NC-17 section?

 

No. Legally, you are not major, before you are 18 years old. I don't care if it's in a day or a week. Make your request when you are actually 18.

 

 

   Fanfiction :: Fatale attirance

 

Capitolo 3 :: En route pour le restaurant !

Pubblicato: 11-11-11 - Ultimo aggiornamento: 11-11-11

Commenti: Bonsoir tout le monde ! Je remercie Indiana, Saoria, Ten, Kaori62 et mon Maître du thé et du saké pour leurs petites reviews.

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6


 

Kaori se sentait prise au piège. Elle regardait Ryo s’approcher de sa démarche féline et se sentit obligée de reculer.  

 

Sois forte ma fille !!! Ryo n’est pas dans son état normal et te le fera payer quand il aura repris ses esprits ! Il faut tenir bon ! Mais son regard est si pénétrant et son déhanché si sexy !  

 

Elle secoua la tête pour se retirer cette dernière pensée. Il fallait absolument qu’elle se contrôle, quitte à prendre le taureau par les cornes. Ryo voulait flirter, eh bien ils flirteraient.  

 

Forte de cette résolution, elle adopta une pose sexy et, plantant son regard dans celui de son partenaire, elle minauda :  

 

 

- Tu ne devais pas m’emmener dans un restaurant sympa avant ?  

 

- Il est préférable que nous reportions notre soirée à demain, mon ange. Vois-tu, j’ai un autre menu en tête pour l’instant et il se doit d'être dégusté dans l’intimité... D’ailleurs, nous pourrions commencer l’entrée dès maintenant. J’espère que tu n’es pas fatiguée car, je te préviens, cette entrée ne me suffira pas !  

 

Incroyable ! Elle, le travelo dépourvu de charmes, l’excitait au point qu’il se prive de nourriture terrestre ! Elle aurait pu en sauter de joie ! Malheureusement, l’état de Ryo était dû à une injection et elle n’avait aucune idée du produit qu’on lui avait administré. Elle devait tout faire pour retourner à la clinique avec ce Dom Juan et, surtout, réussir à ne pas succomber à ses avances... même si ce dernier point risquait d'être difficile !  

 

- Mais… je me faisais une telle joie… de sortir ! balbutia-t-elle lorsqu’elle sentit les mains de son partenaire caressant ses hanches tandis qu’il se collait à elle.  

 

- Ne t’inquiète pas, tu ne regretteras pas d’être restée ! Quand on passe une soirée mokkori avec l’étalon de Shinjuku, on oublie rapidement le reste ! répondit Ryo en déposant de multiples baisers dans le cou de sa dulcinée.  

 

- Je préfère manger avant, répliqua Kaori en réprimant un petit gémissement, sinon mon ventre risque de faire du bruit et je ne pourrai pas profiter de tes petites attentions comme il se doit !  

 

- Hummm !!! Tu as peut-être raison ! Mais je ne sais pas si je vais pouvoir tenir sans te toucher ni t’embrasser ! Oh, nous pourrions faire ça au clair de lune ? réfléchit Ryo, qui commençait à prendre un air de pervers. Allez, va mettre quelque chose de plus sexy et que je puisse enlever rapidement surtout, j’ai un peu de mal à me contrôler dans le feu de l’action ! souffla-t-il, tandis que de la bave dégoulinait de sa bouche et qu’il caressait avec insistance son postérieur.  

 

Kaori était stupéfaite de l’attitude de son partenaire. Il se permettait beaucoup de choses depuis qu’ils étaient rentrés et cela la déstabilisait. Depuis tout à l’heure, elle avait l’impression d’être devenue une de leurs clientes ou, pire, d'avoir été transformée en l’une de ces bunnies qu’il affectionnait tant. Tout compte fait, changer de tenue était une excellente idée. Sans le vouloir, Ryo lui avait donné l’occasion de fuir l’étalon en rut qu’il était devenu. Une fois arrivée dans sa chambre, Kaori souffla de soulagement et chercha de quoi s’habiller.  

 

Pendant ce temps, Ryo essayait de ne pas succomber à son envie de la rejoindre et de la faire sienne sur le champ. Il devait s’occuper l’esprit ! Il était dans un tel état d’excitation ! Il se mit à imaginer le retour de son Sugar Boy : elle se dandinerait devant lui dans une tenue très affriolante et commencerait ensuite un strip-tease des plus attrayants. Imaginer cette nymphe se déshabillant avec grâce commençait à rendre son mokkori douloureux, mais son esprit n’en avait cure. La robe qui cacherait ce corps à son regard lubrique se retrouverait rapidement au sol, mettant à jour un trésor resplendissant. Son ange se tiendrait devant lui en sous-vêtements. Son délire était si réel que lorsque la Kaori de son fantasme ôta son soutien-gorge, pour le faire tournoyer autour de sa tête en dévoilant enfin sa poitrine généreuse, il se mit à saigner abondamment du nez. En constatant son état, Ryo se sourit à lui-même : quelle femme pouvait se vanter de faire de l’effet à l’étalon de Shinjuku à distance ? Après quelques minutes à se torturer l’esprit et à essayer de contrôler sa libido grandissante, il entendit sa belle descendre les escaliers. Enfin elle descendait ! Il allait pouvoir admirer la tenue sexy qu’elle avait choisie, mais ses pensées réveillèrent son mokkori qui ne demandait qu’à rentrer en scène. Il le réprimanda en lui faisant les gros yeux afin de ne pas faire fuir sa belle mais il n’arrivait plus à contrôler son corps. De grosses gouttes perlaient sur son front, son visage prit un air débile, ses doigts commencèrent à s’agiter et son mokkori pointa droit devant lui. Il se retourna doucement, comme pour faire durer le plaisir et, sans prendre la peine de la regarder, il amorça son saut en poussant son fameux « Mokkoriiii ! ». Kaori, qui connaissait très bien son partenaire, se déplaça sur le coté afin que ce pervers embrasse le mur.  

 

- Mais ça va pas ! Pourquoi tu as boug…  

 

Il posa enfin un regard sur elle et cela lui fit l’effet d’une douche froide. Il se frotta les yeux, comme pour effacer l’image qu’il voyait, mais rien à faire : aucune trace de robe épousant à la perfection le corps féminin qui se trouvait devant lui ni de jupe fendue dévoilant de longues jambes. Son mokkori en fut tellement frustré qu’il préféra se cacher. Ryo ne l’en blâmait pas : comment fantasmer sur une fille fagotée d’un vieux pantalon semblant sortir d’une poubelle et emmitouflée dans un pull à col roulé ? Décidément, sa partenaire n’avait pas la même définition que lui du mot sexy.  

 

- Euh ! J’avais pensé à quelque chose avec moins de tissu mon ange !  

 

- Il fait froid dehors, et je ne voudrais pas m’enrhumer ! dit Kaori en remontant son col pour cacher son nez.  

 

- Tu as peur d’avoir froid alors que je serai là pour te réchauffer ?! Enlève ce pull ! Je veux profiter de tes formes ! fit Ryo en s'avançant vers elle pour l’aider à retirer cette chose affreuse.  

 

- Non Ryo !!! Je garde mon pull ! Et puis j’aimerais que tu me fasses la cour. Depuis tout à l’heure, j’ai l’impression que tu es en manque de sexe et que tu te consoles avec la première chose qui te tombe sous la main !!! répliqua-t-elle en le maintenant à distance avec ses bras.  

 

- Tu n’es pas « la première chose qui me tombe sous la main », réfuta Ryo, donc je te ferai la cour si c'est ce que tu souhaites, mais j’ai mes limites... Je te ferai la cour et après, à la casserole !!! AH AH AH !!!!  

 

Une nuée de corbeaux gesticula derrière la malheureuse Kaori en brandissant des panneaux : « Idiot ! » « Crétin ! »  

 

Avant même qu'elle n'ait commencé, Ryo avait déjà hâte que cette sortie se termine. Depuis des années, sa partenaire était devenue la reine de ses fantasmes les plus torrides, et cette nuit était celle où ses rêves allaient enfin devenir réalité. Mais il était au bord de l’explosion. Il fallait qu’ils sortent rapidement. Notre séducteur attrapa donc la main de son ange, et en moins de temps qu’il n’en faut pour dire Mokkori ils se retrouvèrent dehors et prenaient la direction de Kabukicho.  

Au bout d’un moment, Kaori en eut assez de se faire tirer le bras. De plus, Ryo arborait un air lubrique et la bave commençait à lui couler au coin de la bouche. Une discussion lui retirerait peut-être cet air de débile...  

 

 

- Tu m’emmènes où ?  

 

- Euh !!!  

 

En fait, il n’en avait aucune idée. Il y avait quelques semaines, un love-hotel avait ouvert ses portes dans le quartier et, quand il avait lu le slogan «Le plaisir du bout du monde ! », il avait tout de suite su que son mokkori avait trouvé LE palais de la luxure ! Il avait un vague souvenir d’un restaurant, ce qui était parfait, surtout parce qu’il n’aurait pas à faire des kilomètres pour « recharger ses batteries », mais pas moyen de se rappeler ni le nom ni le type de nourriture servi dans ce resto.  

 

- Je préfère te faire la surprise Sugar Boy !  

 

A vrai dire, Kaori s’en fichait un peu de savoir le nom du restaurant, d'autant plus qu'elle venait enfin de trouver un plan qui les conduirait immanquablement jusqu'à la clinique du Doc.  

 

De son côté, Ryo prit cette question pour une tentative de rapprochement. Depuis qu’ils avaient quitté l’appartement, il l’avait traînée par le bras sans lui adresser la parole. .. Il voulait se faire pardonner. Il ralentit donc son pas pour se mettre à la hauteur de sa compagne et tenta de lui faire comprendre à sa façon la tendresse qu’il éprouvait pour elle. Mais la vraie nature de Ryo, combinée au puissant excitant du Doc, eut raison de lui. Alors c’est tout naturellement qu’il passa sa main sur le postérieur de son ange pour lui prodiguer de savantes caresses dont il avait le secret. Malheureusement pour lui, elle n’était pas dans les mêmes dispositions et le lui fit savoir en le pinçant violemment. Il retira sa main mais il n’avait pas dit son dernier mot pour autant. Il attendit un peu, puis revint à la charge. Cette fois, il passa son bras autour de sa taille et faufila ses doigts sous l’épaisse masse de laine pour pouvoir toucher cette peau tant convoitée. Kaori, qui était passée au rouge depuis la première attaque, commençait à perdre patience. Elle tourna la tête vers Ryo et lui toucha la joue pour qu’il la regarde. Et… Bang ! Il se prit un poteau en pleine figure. Voilà qui le calmerait pendant quelques instants !  

 

- Je t’ai demandé de me faire la cour Ryo ! Pas de me tripoter !  

 

Mais, pour lui, un contact physique avec sa partenaire était vital, alors il lui proposa son bras, tout en lui murmurant quelques excuses. Le reste du chemin se passa dans un silence religieux jusqu'à ce que Ryo s’arrête et déclare d'un ton peu convaincu :  

 

- Et voilà ! N’est-ce pas charmant ?  

 

- Tu te fiches de moi ! Depuis quand un fast-food est charmant pour un rendez-vous galant ?!  

 

- Voyons mon ange, il est 4 h du mat’ ! Tu ne pensais pas manger dans un grand restaurant à cette heure-ci quand même ?  

 

- Franchement, c’est débile de me proposer un resto si c’est pour manger un hamburger !  

 

- Mais ils font les meilleurs hamburgers de Tokyo !!! répliqua Ryo fièrement, puis il pensa : « Et le love-hotel à côté propose de nouvelles activités pour pimenter le dessert ! Heureusement que je n’ai pas oublié les capotes ! ».  

 

- Ryo, pourquoi tu rigoles bêtement ? s'inquiéta sa compagne.  

 

- Je me suis souvenu qu’ils proposaient de la chantilly pour les desserts !  

 

Elle n’était pas dupe et pria pour que son plan se déroule sans accroc. Elle ne voulait pas devenir le dessert qui serait enrobé de chantilly... enfin pas avec un Ryo sous l’emprise d’un médicament. Après, il pourrait user de chantilly autant qu'il le voudrait, mais seulement sur elle... Mon dieu ! L’esprit mal placé de Ryo l’influençait plus qu’elle ne l’aurait pensé !  

 

Une fois à l’intérieur, notre héros se comporta en parfait gentleman. Il ouvrit la porte à sa partenaire, l’aida à s’asseoir, puis partit commander les menus après lui avoir demandé ce qu’elle voulait. Pendant le repas, il se comporta comme un homme amoureux dînant avec la femme la plus extraordinaire qui soit. Kaori était sous le charme de ce Ryo-là mais, elle en avait conscience, tout avait une fin. Le moment de mettre à exécution son plan était enfin arrivé et dès qu’elle eut terminé son repas, elle se recroquevilla sur elle-même en grimaçant.  

 

- Qu’est-ce qu’il y a mon ange ? Tu ne te sens pas bien ?  

 

- J’ai un mal de ventre atroce ! Ryo, pourrais-tu m’emmener à la clinique du Doc ? Je crois que je vais faire un malaise !  

 

Je suis maudit !! pensa Ryo. Kaori était en pleine forme il n’y a même pas cinq minutes. Pourquoi faut-il qu’elle tombe malade maintenant ? Soudain, la lumière se fit dans sa petite tête d’obsédé enrichie au viagra : tout à l’heure, quand ils étaient à la clinique, elle n’avait pas eu l’air contre l'idée de jouer au docteur avec lui... Il savait qu’elle était timide, c’était peut-être sa façon de lui dire qu’elle voulait reprendre leur jeu là où ils l’avaient laissé. Kaori voulait donc faire l'amour avec lui ! Heureux de sa conclusion, il lui susurra d'un ton rendu rauque par le désir :  

 

- La clinique du doc est loin d’ici, je vais t’emmener dans un endroit plus près pour que tu puisses te reposer.  

 

- Je préfère aller chez Doc ! Kazue doit sûrement y être encore, elle me donnera un médicament pour me remettre en forme ! s’écria-t-elle affolée.  

 

- Il vaut mieux que nous restions dans le coin. Imagine que ton état empire pendant le trajet !  

 

- Ne t’inquiète pas ! Mon état ira mieux à la clinique ! Et puis Kazue est une professionnelle donc si je vais au plus mal quand nous arriverons, elle saura quoi faire !  

 

 

- Ne t’inquiète pas ! Je me charge de tout ! Je vais trouver un téléphone et toi tu te reposeras sur un lit bien confortable !  

 

- Sur un lit ? Mais où m’emmènes-tu ?  

 

Ryo ne répondit pas. Il prit sa partenaire dans ses bras pour lui éviter de souffrir et se dirigea vers le love-hotel.  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de