Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autori: stef50 , TOKRA

Beta-reader(s): Nodino

Status: Completa

Serie: City Hunter

 

Total: 6 capitoli

Pubblicato: 14-10-11

Ultimo aggiornamento: 14-01-12

 

Commenti: 24 reviews

» Scrivere una review

 

General

 

Riassunto: Ryo continue à draguer à tort et à travers. Kaori ne le supportant pas lui administre un sérum éloignant les femmes. Malheureusement rien ne se passe comme prévu. Suite d'attirance fatale.

 

Disclaimer: Les personnages de "Fatale attirance" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

My activation link doesn't work.

 

Please forward me the activation email you received. Then, contact me using the email address you put in your profile or one that you want to use instead, and give me your pseudo and password.

 

 

   Fanfiction :: Fatale attirance

 

Capitolo 4 :: Au love motel...

Pubblicato: 02-12-11 - Ultimo aggiornamento: 02-12-11

Commenti: Hello ! Nouveau chapitre de cette fic. Merci à Saori, Patatra, Sugar Boy, Kaori62 et Indiana d'avoir laissé une review. Merci à City pour ses corrections et sa patience ! Bonne lecture à tous ! Tokra

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6


 

Blottie dans les bras de son partenaire qui se dirigeait résolument vers le love-motel, Kaori se demandait comment le faire changer d’avis. Comment allait-elle se sortir de cette situation alors que Ryo ne semblait définitivement pas dans son état normal ?  

 

Mais ce n’était pas chose facile de réfléchir. Comment pouvait-elle se concentrer alors que sa tête reposait sur un torse puissant et musclé ? Elle sentait le cœur de son partenaire battre à un rythme effréné et, l’espace d’un instant, elle se laissa aller à penser que cette arythmie était due... Son propre cœur s’affola à l'idée que Ryo pouvait réellement être sensible à sa présence contre lui.  

 

Et que dire des mains qui l’enlaçaient ? Celle sous ses genoux était plutôt sage, mais celle qui soutenait son dos avait trouvé le moyen de se faufiler sous le pull et se trouvait en contact direct avec sa peau. Kaori pouvait sentir la chaleur de cette paume si large et cela la rendait toute chose. Mais ce n’était rien en comparaison de ces doigts qui lui caressaient le dos, la faisant frissonner malgré elle.  

 

Ryo se méprit sur les raisons de ce frémissement et lui dit, inquiet :  

 

- Ne t’en fais pas, tu vas pouvoir te réchauffer dans la chambre. Et si ce n’est pas suffisant, je te réchaufferai de mon corps. Rien de tel que deux corps nus pour prodiguer de la chaleur. Ne t’en fais pas mon ange, je vais prendre soin de toi.  

 

Kaori sentit soudain qu'un troisième bras lui soutenait les fesses et elle rougit brusquement. Elle n’était pas bête et avait bien compris de quelle manière Ryo comptait la réchauffer. Même si elle ne voulait pas se l’avouer, cela faisait plusieurs années qu’elle rêvait de ce moment avec lui, sauf qu'elle ne désirait pas que cela se passe comme ça. Elle ne voulait pas abuser de lui, d’abord parce qu’elle craignait sa réaction quand il redeviendrait lui-même, mais également parce qu’elle voulait que sa première fois avec Ryo, si elle avait lieu un jour, soit un moment mémorable pour eux deux.  

 

Lorsqu’ils arrivèrent dans le couloir de l’hôtel, Kaori fut surprise de n’y croiser ni client ni personnel. Il n’y avait qu’un tableau où se trouvaient affichées des dizaines de chambres. A son grand soulagement. Ryo la posa au sol pour mettre des billets dans un boîtier accolé au tableau... Sûrement une machine pour choisir la chambre. Au moment où ses pieds touchèrent terre, elle regarda la porte, prête à s'esquiver dès qu'il la lâcherait. Mais, malheureusement, il l’enlaça aussitôt, l’empêchant de prendre la fuite.  

 

- Alors dis-moi princesse… Tu as une préférence pour la chambre ? Celle-ci me parait pas mal… T’en penses quoi ?  

 

Mais Kaori ne songeait qu’à une chose : partir le plus loin possible de cet endroit qu’elle considérait comme un lieu de débauche.  

 

Elle voulut profiter du fait que Ryo ait le nez collé sur les photos des chambres pour s’éloigner, mais il lui tenait encore le bras, suffisamment fermement pour ne pas se laisser surprendre, et elle trébucha. Dans son élan, elle posa malencontreusement la main sur un bouton et une clé se libéra, que Ryo s'empressa de récupérer.  

 

- C’est cette chambre-là que tu veux ? Bien, dans ce cas, en route mon Sugar Boy. Mais tu sais que tu me surprends… Je ne te savais pas si sauvage… Grrrr cette nuit va être chaude ma tigresse ! lança-t-il en l’entraînant à sa suite.  

 

En se redressant, Kaori n’avait pas eu le temps de regarder sur quelle chambre s'était porté son « choix », mais l’enthousiasme de Ryo ne lui disait rien qui vaille.  

 

Elle aurait bien fui mais la poigne de Ryo était solide. Ils marchaient en direction des ascenseurs quand, soudain, il stoppa net devant un distributeur.  

 

- Tu veux prendre quelque chose ?  

 

Kaori sourit. Décidément, son partenaire était un estomac sur pattes. Il venait à peine de sortir de table qu'il pensait déjà à manger et boire. Pensant que c’était un moyen de plus de reculer l’échéance, Kaori décida de prendre son temps pour faire son choix. Un sourire sur les lèvres, elle se rapprocha de la machine et se décomposa en voyant ce qu’elle proposait. Il ne s’agissait pas de chips, sodas, bonbons ou autres friandises, mais de gadgets des plus érotiques.  

 

- Qu’est-ce qui te ferait plaisir ? demanda le nettoyeur en lui caressant tendrement les fesses.  

 

- Partir loin d’ici... marmonna la jeune femme en louchant de panique devant les « joujoux » proposés par le distributeur.  

 

- Qu’est-ce que tu as dit ?  

 

- On n'a besoin de rien, tu me suffis ! dit Kaori, en sortant la première chose qui lui passait par la tête.  

 

- Toi aussi tu me suffis mon ange ! susurra l’homme. Attends, je vais prendre quelques trucs à grignoter.  

 

Ryo s’éloigna alors en direction d'un distributeur plus traditionnel, lâchant Kaori, qui en profita pour prendre la fuite. Courant comme si sa vie en dépendait, elle fixait la porte d'entrée, obstinément. Elle y était presque, plus que quelques mètres et elle serait en sécurité dehors, loin de ce love-hôtel et de ces gadgets ! 30m... 20m... 15m... Tout à sa hâte de se retrouver à l'air libre, elle ne vit pas la pancarte indiquant la boutique de lingerie sexy et buta dessus. Prise par son élan, elle chuta lourdement et sa tête heurta violemment le sol. « Je suis vraiment maudite » fut sa dernière pensée avant de perdre connaissance, « les choses ne peuvent être pires... ».  

 

 

 

Quand elle reprit conscience, Kaori porta la main à sa tête. Elle avait un mal de crâne pas possible, à tel point qu'elle avait l'impression qu'on y jouait du tam-tam. Elle avait beau se boucher les oreilles elle l’entendait toujours aussi fortement. Mais était-ce vraiment dans sa tête ?  

 

Quand elle ouvrit les yeux, elle fut prise de frayeur. Mais que s’était-il passé ? Où était-elle ? Elle semblait se trouver en pleine jungle. Aux tam-tams s’ajoutaient un bruit de cascade et des cris d’animaux. Elle baissa le regard et constata qu’elle était allongée sur un lit gigantesque, aux draps imprimés léopard. Une couverture en forme de fourrure de lion reposait à ses pieds. Kaori avait l’impression que la bête la regardait dans les yeux.  

 

C’est alors qu’elle se rappela le début de la soirée et comment elle en était arrivée là… Oh, elle était dans de beaux draps là, au propre comme au figuré !  

 

- Oooooooooooooooh eh oh eh oh eh oh eh oooooooooooooooooh !!  

 

Sursautant de surprise et le cœur battant à tout rompre, Kaori se dit qu’elle avait déjà entendu ce genre de hurlement… C’était le cri de…  

 

Elle ouvrit alors de grands yeux effarés lorsqu'apparut dans son champ de vision un homme vêtu uniquement d’un pagne. Un homme qu’elle connaissait parfaitement… Tout simplement parce qu’il s’agissait de son partenaire... Cet imbécile s'était déguisé pour se fondre dans le décor. Mais il fallait bien reconnaître que, dans cette lumière, il était tout bonnement magnifique. Kaori ne pouvait défaire son regard de son torse puissant et musclé. C’était fou ce que Ryo pouvait être sexy dans n’importe quelle tenue, même les plus ridicules.  

 

Ryo était content de son petit effet. Il n’aurait jamais pensé que le fantasme de Kaori serait de faire l’amour dans un décor digne de la jungle, mais il avait tellement envie d’elle que n’importe quelle chambre aurait fait l’affaire.  

 

Il avait eu très peur quand elle s’était écroulée au sol. Il l’avait prise dans ses bras et l’avait déposée délicatement sur le lit de la chambre qu'elle avait choisie. Puis il l’avait examinée et avait constaté avec soulagement qu’elle n’était pas blessée. Elle était si magnifique sur ces draps qu'il avait préféré s'éloigner pour lui laisser le temps de reprendre ses esprits en toute tranquillité. Il avait filé à la salle de bain pour prendre une douche rapide et, en découvrant les tenues, il n’avait pas hésité et avait enfilé la sienne. Tant qu’à faire, il allait jouer son fantasme jusqu'au bout. Il était sûr qu’elle serait ravie de le voir dedans. Puis il était retourné dans la chambre, patientant dans un fauteuil qu’elle se réveille enfin.  

 

Maintenant qu’elle était réveillée il allait passer à l’action. Les deux pieds ancrés dans le sol, il s'avança tel un homme de la jungle pour se rapprocher de la jeune femme.  

 

- Moi Tarzan ! Toi Jane ! dit-il en se frappant le torse de ses poings.  

 

Kaori sursauta. Il n’avait quand même pas osé… Elle baissa son regard et constata avec soulagement qu’il ne l’avait pas déshabillée et qu’elle portait toujours sa tenue difforme.  

 

- Tarzan vouloir Jane ! s’exclama Ryo en sautant à pied joins sur le lit.  

 

Kaori se mit à rire nerveusement et répondit :  

 

- Mais Tarzan a oublié quelque chose…  

 

Ryo eut un petit sourire et sortit de son pagne une pochette métallique, que Kaori reconnut tout de suite.  

 

- Tarzan a tout prévu !  

 

Kaori se mit à paniquer. Il fallait qu’elle trouve une solution pour s'échapper. Elle remarqua un téléphone sur la table de chevet en imitation peau de zèbre. C’était LA solution.  

 

- Je ne parlais pas de ça. Je voudrais bien que tu ailles chercher un de ces gadgets que tu m’as montrés tout à l’heure, murmura-t-elle en rougissant.  

 

Elle ne savait pas comment elle avait pu dire une chose pareille, mais elle avait besoin d’être seule pour pouvoir appeler, et c’était la première idée qui lui était venue à l’esprit.  

 

-OK... Tarzan revient ! s'écria Ryo en bondissant hors du lit.  

 

Il disparut dans la salle de bain et réapparut avec quelques billets, poussant un petit rugissement en direction de sa partenaire, toujours immobile sur le lit. Quand il eut enfin quitté la chambre, Kaori se précipita sur le téléphone. Elle pria pour que Kazue soit non loin du sien car elle savait que son partenaire ne serait pas long à revenir.  

 

Une chance pour elle, dès la première sonnerie, la jeune femme décrocha.  

 

- Kazue c’est Kaori !  

 

- Kaori ? Où es-tu ? Je n’ai pas arrêté d’appeler chez toi !  

 

- Ryo m’a emmenée au love-hôtel et…  

 

- Au love-hôtel ! Mais…  

 

Mais Kaori n’avait pas de temps à perdre en explications. Ryo pouvait revenir d’un instant à l’autre, elle devait faire vite et le fit comprendre à Kazue :  

 

- Je n’ai pas le temps de t’expliquer ! Dis-moi plutôt ce que tu as donné à Ryo ! Je ne sais plus quoi faire avec lui !  

 

Kazue, à l’autre bout du fil, parut un peu gênée et lui répondit :  

 

- D’après ce que j’ai lu, il semblerait que ce savant fou de Doc ait créé une sorte de filtre d’amour…  

 

Kaori ne savait pas si elle devait être déçue ou non de comprendre pourquoi son partenaire lui sautait comme cela dessus. Mais au fond d’elle, elle savait qu’elle avait toujours su ce qui avait été injecté à Ryo. Il ne lui restait plus qu’une chose à demander :  

 

- Et combien de temps durent les effets de cette potion ?  

 

Au bout du fil, Kazue pensait qu’elle tenait là une occasion en or de faire avancer les choses entre les deux partenaires. Posant la main sur le combiné, elle étouffa un petit rire avant de reprendre rapidement son sérieux. Puis d’une voix calme elle lui répondit :  

 

- Eh bien… Ce n’est pas une question de temps… Il n’y a qu’un seul antidote…  

 

Kaori attendit en vain que son amie termine sa phrase. Elle avait peur de comprendre de quoi il s’agissait.  

 

- Quel est cet antidote ? demanda la nettoyeuse d’une voix angoissée.  

 

- Eh bien… Comment dire… La seule façon de faire cesser les effets de cette potion… C’est… Enfin…  

 

- Mais parle Kazue ! hurla la jeune femme dans le combiné.  

 

- Si tu veux que les effets de ce filtre cessent, il faut que tu fasses l’amour avec lui…  

 

Dans un silence de mort Kaori lâcha le combiné, qui tomba sur le sol au moment même où son partenaire franchissait le seuil de la porte, un gigantesque sourire sur les lèvres.  

 

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de