Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autore: sahar_f

Beta-reader(s): Cdm98, Kaori28

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 9 capitoli

Pubblicato: 10-05-06

Ultimo aggiornamento: 22-01-07

 

Commenti: 38 reviews

» Scrivere una review

 

ActionRomance

 

Riassunto: L'amour est parfois imprévisible ! (je ne peux pas en dire plus, faut lire la fic ;0) )

 

Disclaimer: Les personnages de "" Enlève-moi, s'il te plaît ! "" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo. sauf les méchants et le copain de Sayuri.

 

Tricks & Tips

I've signed in, but I cannot get access to the management section.

 

Please check that your browser accepts cookies. Please contact me with the email address you signed up and give me your login, password, ISP and localisation. Thanks.

 

 

   Fanfiction :: " Enlève-moi, s'il te plaît ! "

 

Capitolo 9 :: FLASH BACK (5ème partie 2/2)

Pubblicato: 22-01-07 - Ultimo aggiornamento: 22-01-07

Commenti: snifff… ! pourquoi n'ai-je pas assez de reviews ? (T_T) … sniff ! bon ça ne sert à rien de pleurnicher comme ça… si on commence un travail, il faut le finir quoiqu'il advienne ! PS : merci à mes chères Nanou et Zaza pour leurs encouragements et gros poutou à mes betas adorés pour leurs précieuses aide. Bonne lecture à tous. bizzzz

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

Chapitre 9 :  

 

24 novembre  

02h15  

Chambre de Kaori  

 

 

-ça t'arrive souvent d'avoir ce genre de rêves ? Lança Kaori à l'intention de sa sœur. Cette dernière s'était à présent calmée et se tenait assise sur son lit, dos au mur.  

 

-oui, assez souvent je dois dire. Ça a commencé le jour de la mort de Mike.  

 

-c'est bizarre ! Pourtant, je n'ai rien remarqué tout au long de ton séjour chez nous !  

 

-c'est vrai. Je n'ai pas eu de cauchemar depuis que je suis sous votre toit. Il faut dire que je me sens plus ou moins en sécurité avec vous. Affirma Sayuri en affichant un léger sourire qui ne cachait en rien l'énorme tristesse habitant son âme.  

 

-pourtant tu viens d'en faire un… et c'est sûrement à cause des événements d'hier.  

 

-sans doute.  

 

 

Un long silence s'installa dans la pièce. La jeune journaliste avait ramené ses jambes contre elle et les avait entourées de ses bras, comme si elle cherchait à se protéger de quelque chose. Elle avait le regard vide, des images horribles lui revenant encore et encore à l'esprit. L'une d'elle en particulier la fit frissonner. Alors, toute tremblante, elle ferma prestement les yeux et ses mains se crispèrent encore plus. Kaori, quant à elle, observait depuis quelques instants les moindres réactions de sa sœur et voyait le changement dans l'expression de son visage. Elle remarqua néanmoins que la jeune journaliste portait une bague qu'elle n'avait encore jamais vue auparavant.  

 

-raconte-moi ton cauchemar ! Finit-elle par dire, ignorant pour l'instant les questions qu'elle s'était posée à propos du précieux bijou.  

 

-hein ? Fit Sayuri en clignant des yeux. Tu es sûre ?  

 

-oui. Tu verras, tu te sentiras beaucoup mieux après, la rassura la jeune nettoyeuse.  

 

-bon… d'accord… à vrai dire, il n'y a pas grande chose à raconter. Comme je te l'ai déjà dit, je… j'ai vu le cadavre juste après le meurtre… holà là… tout ce sang ! Quelle horreur ! Rien que d'y penser, ça me donne la nausée ! (Elle grimaça en se remémorant la scène mais elle se ressaisit)…justement, c'est ce qui se répète constamment dans tous mes rêves. Je revois encore et toujours les mêmes images : La poursuite dans ces ruelles sombres, le meurtre, les têtes de ces crapules riant autour du cadavre, le visage de Mike avant de mourir, et ce qu'il m'a dit avant de me forcer à me cacher dans cette poubelle. D'ailleurs j'ai trop souffert d'insomnie et j'ai passé de longues nuits blanches, après cet accident.  

 

-et qu'est-ce qu'il t'a dit exactement ?  

 

-…tu veux vraiment le savoir ? Interrogea la journaliste avec un sourire amer.  

 

-ben… oui ! Si on veut résoudre cette affaire le plus vite possible, il ne faudrait laisser passer aucun indice !  

 

-tu as sûrement raison.  

 

-alors ? Il t'a révélé qu'il cachait d'autres documents concernant Hiboshi? Leur emplacement? Ou alors il les a confiés à quelqu'un d'autre? Dis-moi tout! L’interrogea Kaori toute excitée.  

 

-Non. Ça n'a rien à voir avec tout ça… Il m'a tout simplement dit qu'il m'aimait et puis il… il m'a embrassée, pour la première fois depuis qu'on se connaissait! Répondit calmement Sayuri.  

 

-QUOI ?!! Fit la jeune nettoyeuse, à la fois surprise et gênée par la réponse de sa sœur.  

 

-tu as très bien entendu.  

 

-…mais alors, vous étiez amoureux ? La taquina Kaori, trouvant l'opportunité pour changer de sujet et faire oublier un peu à sa sœur l'horrible scène du meurtre.  

 

-je ne sais pas. Lui, il l'était en tout cas. Mais moi…  

 

Elle marqua une pause. Son regard se fit plus nostalgique :  

 

-je ne peux pas dire que j'étais vraiment amoureuse de lui. Pour moi, Mike était et sera toujours un très bon ami, fidèle et sincère, un frère en quelque sorte. Certes il était très séduisant mais ce n'était pas du tout mon type d'homme! Tu sais bien que je préfère les bruns aux blonds, moi (NDA : moi aussi figure-toi !.. Non ! Je ne parlais pas de toi, Mick de mon cœuuuuur!! Allez! Arrête de faire cette tête d'enterrement !)... Je sais que Mike n'aurait pas apprécié s'il m'avait entendue dire ça! Ajouta-t-elle en souriant et en retirant la langue, ce qui fit un bien fou à sa sœur de la voir retrouver le sourire.  

(NDB 1: c’est quoi encore que ce « racisme envers les blonds ???? Je ne suis pas d’accord du tout !)  

 

Elle se tut un instant puis continua, retrouvant son air mélancolique :  

 

-tout ce que je peux dire, c'est que sa mort m'a beaucoup marquée et qu'il restera toujours dans mon cœur.  

 

Puis, relevant la main, elle montra à sa sœur la bague qui ornait son doigt.  

 

-Tiens, regarde. Mike me l'a offerte juste avant de mourir.  

 

-holà là ! Ne me dit pas que c'est… s'exclama Kaori en scrutant la magnifique pierre qui parait le bijou.  

 

-… un diamant, oui.  

 

-ben ça alors ! Il devait être drôlement amoureux celui-là !  

 

-sans doute. Il l'avait héritée de sa mère… Je me rappelle très bien ce qu'il m'avait dit alors : «Garde-la précieusement, elle représentera ton passé, et jouera sur ton avenir....et prends bien soin de toi surtout !», avant de me faire ses adieux… Je l'ai portée ce jour-là et puis, je l'ai retirée de mon doigt. Ce soir, je ne sais pas pourquoi je l'ai remise… peut-être cherchais-je des réponses à toutes ces questions qui me torturent sans cesse l'esprit ?  

 

Elle se tut un instant, ce qui permit à Kaori de prendre la parole :  

 

-tu n'es pas la seule à te poser des questions, tu sais… fit Kaori en se frottant le menton tout en réfléchissant, puis, sentant qu'elle était trop fatiguée pour tirer de bonnes conclusions, elle capitula :  

 

-bon ! Oublions ça pour l'instant, on en parlera au réveil avec Ryô. Mais d'abord dis-moi, tu te sens mieux maintenant ?  

 

-oui et c'est grâce à toi. Merci de m'avoir écoutée.  

 

-mais de rien voyons ! Fit Kaori, rougissante, en agitant énergiquement les mains. Elle se releva ensuite et s'adressa à sa sœur :  

 

-bon ben c'est pas tout, mais il est presque 3 heures du mat et il vaudrait mieux que nous allions nous coucher. Nous avons une longue journée qui nous attend.  

 

-je suis d'accord. Bonne nuit sœurette adorée ! Lui souhaita Sayuri, un doux sourire aux lèvres.  

 

-bonne nuit à toi aussi, ma chérie ! Déclara la jeune nettoyeuse en se dirigeant vers son lit, éteignant la lampe de chevet au passage.  

 

 

****  

 

 

24 novembre  

08h51  

appart' CH  

 

 

Le soleil était levé depuis longtemps déjà. Et comme d'habitude, c'était Sayuri qui était la première à se réveiller. La journée s'annonçait gaie avec le climat printanier. La jeune journaliste s'était tout de suite dirigée dans la salle de bain pour prendre une bonne douche, question de se remettre d'aplomb après le cauchemar de cette nuit. Heureusement pour elle, Ryô était encore dans son lit à serrer son oreiller et à l'embrasser (NDA : j'imagine le genre de rêve qu'il doit faire ! -_-'). Elle se rhabillait quand Kaori se réveilla à son tour. Celle-ci affichait une effroyable tête de zombie, par manque de sommeil :  

 

-oh non… il est déjà si tard ! Marmonna-t-elle, agacée, en regardant son réveil. Elle se frotta les yeux et se dirigea, vacillante, vers la salle de bain, quand sa sœur l'interpella :  

 

-Kaori !  

 

-oui. Répondit la jeune femme en se retournant, ses yeux étaient à moitié fermés.  

 

-en fait, je voulais te demander… as-tu pensé à la fête de ce soir ?  

 

-hein ? Quelle fête ?… ah oui le bal de ce soir !bof ! je… ne sais pas. Pour le moment, j'ai pas la tête à réfléchir à quoique ce soit… et puis, j'ai une faim de loup. On reparlera de tout ça plus tard. Va dans la cuisine si tu veux et je te rejoindrai dans quelques minutes, le temps que je prenne une douche. Ciao! Fit-elle en quittant la pièce, toute chancelante. Un corbeau passa derrière la tête de la jeune journaliste. Décidément, Kaori était mal au point ce matin. Elle lui cria alors, voyant qu'elle avait trébuché en dépassant l'entrée de la chambre :  

 

-attention !!  

 

La jeune nettoyeuse se rattrapa vite en s'agrippant à la poignée de la porte. Se redressant, elle adressa un sourire fatigué vers sa sœur :  

 

-décidément, c'est pas mon jour !… c'est toujours pareil quand je souffre d'insomnie !  

 

-si tu veux, je pourrais aller faire le petit déjeuner à ta place, et toi pendant ce temps retourne te coucher. Proposa gentiment Sayuri.  

 

-je ne voudrais pas te déranger…  

 

-mais non… ça ne me dérange absolument pas! Au contraire. Ça me fera le plus grand plaisir!  

 

-bon… Si tu le dis ! ahhh ! (elle bâilla en faisant demi-tour) merci Sayuri.  

 

****  

 

24 novembre  

10h30  

appart' CH  

 

-Aaaah !! J’ai dormi comme un loir ! S’étira Kaori en descendant les escaliers. Elle s'arrêta net en entendant les cris venant de la cuisine :  

 

-NON !  

 

-allez ! Juste un p'tit bisou ! Ça ne te fera pas de mal voyons !  

 

-J'AI DIT "NON" !!!  

 

 

Le dernier hurlement fut suivi par un grand vacarme (-_-') puis par un long silence. Kaori rejoignit la cuisine et ne fut nullement surprise de découvrir Ryô gisant au sol avec une fine collection de bosses sur le haut du crâne. Justement, celle-ci se séchait les mains dans une serviette tout en affichant un radieux sourire :  

 

-tu te sens mieux maintenant, sœurette ?  

 

-oh oui ! Beaucoup mieux ! Merci.  

 

 

Puis, sans se retourner, elle ajouta avec un clin d'œil complice, en désignant son crétin de partenaire du pouce :  

 

-félicitations ! Je vois que tu te débrouilles très bien sans moi, Sayuri !  

 

-hé oui ! Comme toujours ! Acquiesça chaleureusement la jeune journaliste.  

 

Le regard de sa sœur se porta sur le copieux petit déjeuner sur la table.  

 

-woaaah ! Tu t'es surpassée dis-moi !  

 

-allez ! Va vite t'asseoir ! Je t'ai préparé un petit déj' à l'italienne rien que pour toi ! Tu m'en diras des nouvelles !  

 

Kaori ne se fit pas prier. Elle s'installa à table et entama son repas. Elle ne fit même pas attention à son coéquipier qui s'était relevé en marmonnant dans sa barbe puis s'était installé juste en face d'elle dans un état pitoyable, pour déguster lui aussi les petits plats préparés avec soin par Sayuri. Celle-ci se servit une deuxième tasse de café et s'assit sur un tabouret non loin de la table des City Hunter.  

 

-mmm… c'est très bon ! fit Kaori, la bouche pleine.  

 

-oui ! Je me régale ! Enfin quelque chose de mangeable ! Tu devrais songer à prendre des cours de cuisine ma p'tite Kaori ! Parce que, avec la bouffe que tu me fais tous les jours, je ne tiendrai pas plus longtemps ! ha…ha…ha…(rire débile).  

 

 

Boom!! (Petite massue de 30 tonnes s'écrasant sur le crâne de l'étalon)  

 

 

-toi, t'as encore manqué une occasion de taire !! Lança la nettoyeuse, en continuant son repas comme si de rien n'était.  

 

Dix bonnes minutes passèrent dans le silence le plus total, jusqu'à ce que Sayuri prenne la parole :  

 

 

-tu penses toujours que le mieux serait d'assister à cette fête ?  

 

-oui, si nous voulons éclaircir cette affaire. Répondit calmement Ryô en sirotant son café.  

 

-et si ça se passe mal ? Et s'il arrivait quelque chose de grave à l'un de nous ?  

 

-arrête de te poser ce genre de questions, Sayuri. Tout se passera pour le mieux, tu verras … "du moins, je l'espère !"  

 

Il prit soin de ne pas prononcer ces derniers mots à haute voix. Mais sa partenaire fut tout de même capable de percevoir une certaine angoisse dans ces prunelles obscures. Elle baissa les yeux et, après un court silence :  

 

 

-je… je ne sais pas… mais j'ai comme un mauvais pressentiment. Répliqua Kaori, le regard perdu au fond de sa tasse à présent vide.  

 

Sans qu'elle ne s'en aperçoive, cet aveu eut beaucoup d'effet sur le nettoyeur qui, par expérience, avait tendance à faire confiance à l'intuition féminine, et en particulier celle de sa partenaire. Quant à Sayuri, elle grimaça. Elle n'appréciait guère la tournure de la conversation. Elle observa à tour de rôle Ryô puis Kaori :  

 

 

-dites ! Vous me faites peur avec la tête que vous tirez tous les deux !… Changeons de sujet d'accord ?  

 

-si tu veux.  

 

-bien. Qu'avez-vous prévu de porter ?  

 

-pardon ? Firent en chœur les City Hunter un peu déboussolés par la question.  

 

-ben oui ! Qu’est-ce que vous allez mettre pour ce soir ? N’oubliez pas que c'est un bal. Il vous faut donc des costumes de bal !  

 

-il ne faut pas que tu t'inquiètes pour ça ma douce Sayuri ! Un étalon comme moi a toujours ce qu'il lui faut pour ce genre d'occasion ! Annonça fièrement Ryô. Ainsi j'aurai toutes les jolies filles à moi tout seul ! Finit-il avec un rictus baveux.  

 

(Corbeau qui danse la samba derrière les deux jeunes femmes…)  

 

-ça ne m'étonne pas de toi ! Grimaça la jeune journaliste… et toi sœurette ?  

 

-ben… euh… je sait pas trop… répondit Kaori, hésitante.  

 

-ne t'en fais surtout pas pour ça ! Je vais t'aider. Des robes de soirée, j'en ai des tonnes ! Et puis on fait presque la même taille, alors… crois-moi, tu vas faire un malheur dans cette fête ! fit la jeune femme toute excitée.  

 

-oups ! Tu me fais peur là ! Se moqua Ryô, mais il fit vite de fermer la bouche, avec le regard assassin que lui lancèrent les deux sœurs…  

 

 

**----------------**----------------**----------------**  

 

 

24 novembre  

20h10  

appart' CH  

 

 

-regarde un peu celle-là ! Je crois qu'elle t'ira très bien !  

 

-oui mais… elle n'est pas du tout pratique. Fit remarquer la jeune nettoyeuse.  

 

-pratique pour quoi ? L’interrogea Sayuri.  

 

-réfléchis un peu : si jamais on nous attaquait et que….  

 

-Bon, bon ! Ça va ! Pas la peine de me refaire le même discours à chaque fois !… tiens, celle-là fera l'affaire j'espère !  

 

-tu… ne crois pas qu'elle est un peu trop… affriolante ?  

 

-ah !! Tu vas finir par m'énerver toi ! Fit Sayuri, exaspérée en relâchant une bonne dizaine de tenues qu'elle tenait dans ses bras et que sa sœur avait refusé de porter.  

 

-attends. Il y a aussi celle-ci. Lança la jeune nettoyeuse en retirant de son placard un paquet cacheté qu'elle ouvrit aussitôt.  

 

-woaah !!! Fut la première réaction de Sayuri en apercevant la magnifique robe bordeaux que sa sœur tenait.  

 

-c'est celle que Miki m'a offerte l'autre jour.  

 

-alors là, chapeau ! J’avoue que ton amie a très bon goût ! En plus j'ai les accessoires qui vont avec !  

 

-… en fait, je ne suis pas sûre que serai à l'aise dedans… avec ce décolleté et ces fentes qui arrivent jusqu'à mi-cuisse…  

 

-ah non !! Ne recommence pas !! S’énerva Sayuri. A ce rythme-là, nous n'irons jamais à cette fête !  

 

-…  

 

 

Kaori avait les yeux ronds de surprise à la vue de la réaction de sa sœur.  

 

 

-alors tu vas me faire le plaisir d'aller l'enfiler et en vitesse !! Continua la jeune journaliste avec le ton de la grande sœur en fureur… ensuite, je t'aiderai à te maquiller !  

 

-d'accord ! OK ! Ne te fâche pas surtout ! fit Kaori en agitant nerveusement les mains.  

 

 

Puis elle prit la robe et se précipita vers la salle de bain pour se changer…  

 

 

 

****  

 

 

 

40 minutes plus tard,  

 

 

Ryô était monté sur le toit. Attendant impatiemment que les deux sœurs aient fini de se préparer. Il était accoudé à la rambarde et fixait la ville sans vraiment la voir. Ses pensées étaient ailleurs, dirigées vers une certaine époque de sa vie, vers une personne qu'il connaissait presque par cœur, et qui, par l'ironie du sort, s'était retournée contre lui, malheureusement. Une énorme tristesse vint lui briser le cœur à l'évocation de ce triste souvenir. Pourquoi le destin s'acharnait-il toujours contre lui ? Etait-ce sa faute si cette maudite balle avait choisi de se planter dans ce cœur si pur et si innocent ?…  

 

Il poussa un soupir d'agacement.  

 

-"si seulement on pouvait changer le passé !" songea-t-il avec amertume.  

 

Il voulut s'allumer une cigarette, mais il y renonça bien vite, se rappelant que sa partenaire n'apprécierait guère de le voir fumer.  

 

-Ryô.  

 

Ses pensées furent coupées par la voix calme de Sayuri, qui s'avança jusqu'à atteindre son niveau. Elle avait mis un manteau noir sur ses épaules afin de se protéger du froid.  

 

-ça y est ? Vous avez fini de vous préparer ?  

 

-oui. Kaori nous attend en bas.  

 

-tu sais, cette robe blanche te va à merveille ! Fit-il avec un sourire charmeur. (NDA : tiens ! il n'essaye même pas de sauter sur Sayuri ?!!! bizarre, bizarre !!)  

 

-merci. Toi aussi tu es très chic dans ce costume blanc. Répliqua calmement Sayuri, ne se laissant pas impressionner par le charme dévastateur de Ryô (NDA : «dévastateur» ! c'est le moins qu'on puisse dire !!)  

 

-merci. Allons-y alors ! Déclara-t-il en commençant à se diriger vers la porte du toit.  

 

-non attends ! L’interpella la jeune femme.  

 

-qu'est-ce qu'il y a ? L’interrogea-t-il en se retournant pour croiser son regard.  

 

-Ryô... Je voudrais te demander quelque chose.  

 

-vas-y.  

 

-Ryô fais-moi plaisir, tâches d'être gentil et de ne pas faire l'imbécile ce soir. Je voudrais voir Kaori heureuse l'espace d'une soirée… s'il te plaît, écoute pour une fois ce que te dicte ton cœur ! Finit-elle calmement en le dépassant pour rejoindre sa sœur dans le salon.  

 

-attends ! Et qu'est-ce que j'y gagnerai moi ?!  

 

 

Sayuri fit mine de n'avoir rien entendu et continua son chemin. Comme quoi elle fut surprise de découvrir Kaori qui s'apprêtait à monter les escaliers pour les rejoindre, vérifiant une dernière fois le contenu de son sac.  

 

 

-alors ? T’as trouvé ce que tu cherchais ? Lui demanda sa sœur.  

 

-oui. Presque tout. Répondit la jeune femme en fermant son sac et en levant son regard vers les escaliers. C'est ainsi qu'elle s'aperçut de la présence de son partenaire juste derrière. Elle fut d'abord bluffée par tant de virilité et d'élégance, mais elle se crispa aussitôt. A la voir ainsi vêtue, il allait sûrement la ridiculiser. Elle se prépara mentalement à recevoir une de ses plus virulentes moqueries… Mais à sa grande surprise, rien ne vint.  

 

Quant à Ryô, il était ébloui par l'image féerique qui se dessinait devant ses yeux. Sa chère et tendre partenaire avait un charme fou dans cette tenue qui épousait parfaitement les courbes de son corps. La couleur de la robe mettait en valeur l'éclat de ses grands yeux marron et la teinte rouge sur ses lèvres les rendait encore plus attirantes que jamais.  

 

De plus elle avait accroché une rose bordeaux dans ses cheveux (exactement comme sa sœur qui en avait une blanche). Son ange était tout simplement sublime ce soir.  

 

 

-"elle veut ma mort ou quoi ?!" hurla-t-il intérieurement, déglutissant difficilement.  

 

 

Il la contempla pendant un long moment, guettant la moindre réaction de la part de la jeune femme. Et quand il la vit virer au rouge écarlate en baissant le regard, il comprit instantanément qu'il devait agir vite (car comme d'habitude, son regard le trahissait malgré lui). Mais il ne voulait surtout pas gâcher la soirée avec ses éternelles pitreries :  

 

-Kaori ! L’interpella-t-il.  

 

-euh… oui ?  

 

-tu peux me dire ce que tu faisais dans l'armurerie ?  

 

-eh bien… je…  

 

-qu'as-tu emporté avec toi ?  

 

-… un bazooka, trois pistolets, deux revolvers, deux automatiques, vingt grenades dont cinq sont lacrymogènes, des cartouches…  

 

-ça, ça devrait suffire !  

 

-attends un peu, j'ai pas fini : il y aussi trois couteaux, une arbalète, quatre mitraillettes… et puis il y a aussi : trois lances rocket, dans la voiture et 17 autres grenades, sans oublier une bonne dizaine de massues de toutes les tailles. (NDB 1 : c’est bien l’esprit manga… elle cache tout ça dans le soutif, parce que le sac à main est un un peu juste non ???????)  

 

Sayuri était complètement ébahie par la scène qui se jouait devant elle, d'autant plus que sa sœur sortait à chaque fois une arme différente de son sac, à fur et à mesure qu'elle prononçait son nom. Elle se demandait encore et encore comment Kaori avait réussi à faire glisser tout ça dans un espace aussi minuscule (NDA : nous aussi d'ailleurs ! NDB 1 : ça me rappelle ma mère… j’ai toujours cru qu’un jour elle sortirait un vélo de son sac à main !!!!)  

 

-Sugar boy. Nous allons à un bal et non pas au Viêt-nam ! La gronda gentiment Ryô.  

 

-je sais. Mais on ne sait jamais ! Lui sourit-elle tendrement. Cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas appelée par ce nom qu'elle chérissait particulièrement.  

 

-bon allons-y alors ! Conclut Ryô en se dirigeant vers la porte de sortie.  

 

 

Quittant l'appartement, les trois acolytes ne s'aperçurent pas de la balle qui avait traversé la fenêtre de la chambre de Kaori, brisant le carreau au passage. Cette balle fut suivie d'un autre projectile en verre qui heurta le mur de la pièce et finit sa course au sol, en mille morceaux.  

 

 

****  

 

 

 

(NDA : je coupe ici. J'espère que ce chapitre vous a plu. Je compte sur vous pour me laisser vos avis et pourquoi pas des idées pour les chap à venir… je vous adore ! @+)  

 

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de