Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autori: ouititi , stef50 , TOKRA , ANGELIQUE , Tenshi , nodino , Yael , M.K. , phoenix2048

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 9 capitoli

Pubblicato: 13-03-10

Ultimo aggiornamento: 16-01-12

 

Commenti: 50 reviews

» Scrivere una review

 

Humour

 

Riassunto: Ryo et Kaori font un pari qui pourrait bien ne pas être sans conséquences ...

 

Disclaimer: Les personnages de "Magnum VS Chiffon" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

How can I become a Beta Reader?

 

Just log in and change your Beta reader's profile, by agreeing to become one. Fill in the form to give some pieces of informations, like your strengthes (eg: grammar, spelling,...) or weaknesses (eg: continuity,...). Indicate if you accept all kinds of fics or refuse some, like NC-17 fics. You can also put what languages you are confortable with (eg: French, English, ...)

 

 

   Fanfiction :: Magnum VS Chiffon

 

Capitolo 2 :: L'enfer de Kaori (M.K. )

Pubblicato: 20-03-10 - Ultimo aggiornamento: 20-03-10

Commenti: Coucou! Voici le 2ème chapitre de la RRS, ce n'est pas vraiment le premier texte que j'écris, mais c'est le premier que je maje sur HFC, j'espère qu'il vous plaira!! Bisous

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

Le lendemain matin, alors que cela faisait un moment que les rayons du soleil s'étaient percé un chemin à travers la pièce, Kaori attendait allongée dans son lit. Elle aurait voulu attendre sagement et patiemment que la journée démarre vraiment, mais la vérité était qu'elle était à la fois impatiente et anxieuse.  

 

Impatiente parce que son réveil affichait à présent 10:19, et qu'en temps normal, à cette heure là, cela faisait deux heures et dix-neuf minutes qu'elle était levée, qu'elle avait eu le temps de se laver, de commencer son petit ménage, faire les poussières, le repassage le cas échéant, mettre la soupe pour le petit déjeuner à chauffer, se prendre quelques tasses de café, tenter à plusieurs reprises d'aller réveiller Ryo.  

 

10:20. Arf, qu'est-ce qu'il faisait? S'il commençait la journée ainsi, il n'aurait jamais le temps de tout faire. Surtout qu'aujourd'hui il fallait qu'il passe au pressing récupérer les quelques affaires qu'elle avait donné à nettoyer. Et puis aujourd'hui c'était le jour de la lessive, et qui dit lessive dit étendre le linge. Cela prend du temps mine de rien. S'il commençait la journée au début de l'après midi, sûr qu'il n'allait jamais y arriver.  

 

Quelque part tant mieux, ainsi il serait obligé de reconnaître sa défaite. Elle aurait gagné aisément ce pari stupide.  

 

Cette pensée ne soulagea nullement son stress. Elle avait voulu se la jouer assurée, mais elle avait peur. Peur d'elle-même en grande partie, elle était tellement colérique, comment ne pas céder à la tentation de la massue? Pourtant, il fallait qu'elle tienne une semaine entière.  

 

10:21. Les yeux en mode fixation du réveil au cas où le temps s'arrêterait de s'écouler. C'est qu'elle en avait marre d'être allongée dans son lit à ne rien faire, à attendre que son idiot de partenaire vienne la réveiller, comme lui le faisait pratiquement tous les matins depuis six ans. Après tout, il y avait bien quelques rarissimes fois où il avait réussi à se lever sans qu'elle vienne le chercher, ce ne serait pas très grave si elle se levait. Mais si elle se levait et que le petit déjeuner n'était pas encore prêt, elle mourait de faim, et elle n'avait pas le droit de faire la cuisine pendant une semaine. Mais si elle se faisait du café et qu'elle mangeait du pain avec de la confiture, ce n'était pas vraiment «  faire la cuisine », non? Ben non, un gamin de six ans serait capable de le faire.  

 

BLAM  

 

«  Mais qu'est ce que c'est ? » se demanda Kaori qui sursauta dans son lit, à peine le temps de regarder en direction de l'origine du bruit, c'est à dire la porte, que Ryo, debout à côté de la dite porte qu'il avait explosée contre le mur se mit à hurler:  

 

« _ IL EST DEJA 10H PASSEES, FEIGNASSE, DEBOUT!!  

_ Hein? »  

 

Sans plus attendre, il s'avança jusqu'au lit, saisit d'une main la couverture et le drap et tira le tout d'un coup sec de façon à découvrir Kaori, qui heureusement pour elle, était en pyjama, comme elle l'était depuis toujours à chaque nuit.  

 

« _ Mais qu'est-ce qui te prend, t'es malade!  

_ Allez, allez, j'ai pas le temps moi, le p'ti déj est prêt, après faut que je file au tableau avant d'aller au pressing. »  

 

Puis se prenant le visage entre les deux mains comme s'il était en plein stress et n'en pouvait déjà plus.  

 

« _ Mais c'est que j'ai une journée chargée moi aujourd'hui, oh là là! »  

 

On aurait vraiment pu croire qu'il pensait ce qu'il disait tellement il y avait de conviction dans sa voix, mais les yeux rieurs et le large sourire qu'il arborait ne trompaient pas la jeune femme.  

 

« _ Ouais ben c'est pas une raison pour rentrer comme ça dans ma chambre.  

_ Ben le pari consiste bien à inverser les rôles non? Je ne fais que ce que tu me fais tous les matins. Et encore, te plains pas, j'ai pas de massue moi. »  

 

Il fila dans le couloir sans plus attendre, tout en cachant difficilement le ricanement qui faisait tressauter ses épaules.  

 

« _ Mais il se fout de ma gueule ma parole. »  

 

Vexée au plus haut point, Kaori resta assise dans son lit à ruminer contre son idiot partenaire. Cela ne dura que quelques secondes, mais ce fut apparemment de trop pour Ryo qui de sa voix pas vraiment douce l'interpela depuis la cuisine.  

 

« _ Dis-donc, va falloir que je vienne et que je te traine comme un sac à patates pour que tu radines tes grosses fesses par ici? Grouille! »  

 

Alors là, il exagérait, et immédiatement, un énorme massue apparut dans les mains de la nettoyeuse qui fulminait et rêvait déjà de voir Ryo encastré dans un mur.  

 

« _ Ah, tu vas voir ce qu'il te dit, le sac à patates aux grosses fesses! »  

 

Elle s'apprêta à sortir de la chambre quand elle vit son reflet dans le miroir. Elle s'arrêta net, horrifiée par la vision qui s'offrait à elle. Qu'avait-elle dans les mains, que s'apprêtait-elle à faire?  

 

« _ Kaaaaaaaaooooooooooriiiiiiiiiiiiiii »  

 

Rouge de confusion, elle rangea immédiatement l'objet du délit. Elle se retourna vers sa table de chevet pour regarder l'heure: 10:26. Il était si tôt, et déjà elle avait failli craquer. Il fallait absolument qu'elle trouve un moyen de contenir son trop plein d'énergie, sinon elle craquerait avant ce soir, surtout avec Ryo qui s'était mis à chanter à tue-tête.  

 

« _ Kaaaaaaaaooooooooooriiiiiiiiiiiiiii »  

 

Oh qu'il l'énervait!! Non mais sérieux, elle se comportait pas comme ça avec lui. Elle en était sûre, il en faisait exprès pour mettre ses nerfs à l'épreuve. Mais elle se mettrait au yoga, ou bien elle se mettrait au sport, mais foi de Kaori Makimura, elle ne se laisserait pas faire comme ça.  

 

« _ Ouais, c'est bon, arrête de gueuler comme ça. Je vais prendre une douche avant.  

_ Surtout prends bien tout ton temps, j'ai vraiment que ça à foutre de ma journée d'attendre après toi hein! »  

 

Elle inspira profondément pour calmer ses nerfs qui étaient en pelote, puis une fois un peu plus détendue, elle se dirigea vers la salle de bain avec ses vêtements de la journée. En entrant dans la pièce d'eau, elle put constater que la machine à laver était en train de tourner. Tant mieux qu'il y ait pensé, il faisait beau en ce moment et Kaori avait envie de mettre son petit top blanc que Miki lui avait offert mais elle le mettait tellement qu'il était plus souvent dans le panier à linge sale que dans son placard.  

 

La sensation de l'eau chaude sur son corps lui fit le plus grand bien et la dénoua totalement. Elle s'enivrait du parfum de son gel douche, et ne pensait qu'à des choses agréables. Elle avait l'impression d'être comme dans une bulle, et n'avait pas envie d'en sortir. Pourtant, une fois sa toilette finie, il fallait bien de nouveau affronter le monstre. Elle soupira.  

 

Arrivée quelques minutes après dans la cuisine, elle fut de nouveau agréablement surprise de voir la table joliment mise et jonchée de plats qui avaient tous l'air aussi succulents les uns que les autres.  

 

« _ Ah bah enfin, j'ai cru que tu étais morte dans la baignoire. On a failli manger froid...  

_ Oui moi aussi j'ai bien dormi » ronchonna-t-elle pendant qu'elle prenait place à table.  

 

Le repas se passa dans un silence inhabituel, il était vrai qu'en temps normal, c'était Ryo qui se chargeait de « l'animation », mais avec le pari, on aurait bien dit qu'il avait décidé d'être sage. C'était reposant, mais étrange aussi à la fois. Toutefois, une idée vint à l'esprit de la jeune femme.  

 

Le repas était excellent, elle ignorait que Ryo était un aussi bon cuisinier, lui qui d'ordinaire ne faisait jamais la cuisine, et préférait dépenser de l'argent chez un traiteur plutôt que de se mettre devant les fourneaux quand Kaori n'était pas disponible. Elle n'en laissa pas une miette, puis, son déjeuner fini, elle reposa doucement ses baguettes, s'essuya précieusement la bouche et avec dans le regard une lueur de défi, jeta:  

 

« _ Oh, vite un café, que je fasse vite passer ce mauvais goût. Franchement mon petit Ryo, tu as des gros progrès à faire, j'ai rarement mangé quelque chose d'aussi dégoûtant. Mais bon, comme j'avais faim... »  

 

Interloqué, Ryo leva la tête d'au dessus de son bol de riz.  

 

« _ Non mais tu plaisantes j'espère, c'est largement meilleur que ce que tu m'imposes depuis des années, empoisonneuse!  

_ Alors là, je ne suis pas d'accord, je sais même pas si un chien en voudrait s'il n'était pas sur le point de mourir de faim. Dire que je vais devoir supporter ça pendant une semaine.  

_ Ouais, ben profites-en bien de ta semaine où tu vas être obligée de manger de la bouffe pour chien, parce qu'après ça, tu n'es pas prête de me revoir en train de faire la cuisine pour toi.  

_ Oh merci de m'épargner ça! », lui répondit-elle avec un sourire moqueur.  

 

Elle ne comprit pas ce que Ryo marmonna dans sa moustache, mais elle devait avouer que la situation l'amusait beaucoup. Tout d'un coup il se leva comme un diable qui sort de sa boîte.  

 

« _ Bon bah puisque tu as fini, zou au pressing, j'espère que je ne vais pas être en retard à cause de toi. »  

 

En un clin d'œil il ramassa toutes les assiettes vides avant de les poser négligemment au fond de l'évier. Kaori tiqua alors qu'il était sur le point de quitter la pièce.  

 

« _ Euh, tu ne fais pas la vaisselle?  

_ Pas le temps, tout à l'heure. »  

 

Ce fut tout ce qu'elle obtint comme réponse avant de le voir s'engouffrer dans le couloir où il se hâta de sortir. Toujours assise sur le banc de la table, elle ne pouvait s'empêcher de fixer l'évier où elle savait qu'une pile d'assiettes sales ainsi que d'autres ustensiles de cuisine se trouvaient. Après avoir passé de longues minutes à essayer de contrôler son envie irrépressible de se jeter sur la bouteille de produit vaisselle, elle prit une sage décision: quitter cet enfer. S'il ne faisait pas la vaisselle au fur et à mesure, cela ne la regardait pas, c'était pas son problème maintenant, et il gérait son truc comme il l'entendait. Voilà!  

 

A présent dans la salon, elle s'assit nonchalamment sur le canapé, et souffla en voyant l'heure qu'il était. Elle n'avait rien à faire de sa journée, parce que Ryo ne faisait jamais rien de ses journées à part trainer et se manger des râteaux. Seulement, elle se voyait mal faire de même. Comment allait-elle occuper sa journée? Elle alluma la télévision, et zappa entre les différentes chaines, pour en arriver à la conclusion qu'il n'y avait vraiment rien à cette heure-ci. Elle commença à se laisser tomber sur le canapé quand son regard fut attiré par quelque chose. Pour d'autres, cela aurait été un détail insignifiant, mais elle, elle le vit, et maintenant qu'elle l'avait vu, elle avait l'impression de ne plus voir que ça, comme les assiettes dans l'évier quelques instants auparavant. Il n'avait pas passé l'aspirateur, et un mouton de poussière qui trainait sous le meuble télé semblait la narguer.  

 

Elle inspira de nouveau pour essayer de décompresser, mais dès que ses yeux se posaient sur cet ennemi, c'en était fini de ses bonnes intentions.  

 

« _ Il faut que je sorte d'ici » s'exclama-t-elle alors qu'elle savait pertinemment être seule dans l'appartement.  

 

D'un pas décidé, elle se dirigea vers le seul lieu qui faisait office de refuge en dehors de son chez-soi: le Cat's Eye.  

 

« _ Bonjour Kaori. Alors, ce début de première journée... ?  

_ Bonjour... arf, ça va être long! »  

 

Et Kaori de raconter tout ce qui s'était passé en cette matinée: le réveil en fanfare, la massue qui s'était on ne sait comment retrouvée entre ses mains, les piques pendant le repas, les assiettes sales, le mouton de poussière.  

 

« _ Pour le réveil, je suis sûre moi aussi qu'il en a fait exprès pour te tester, mais pour le reste, il est peut être tout simplement négligent, les hommes ne sont pas aussi regardant que nous sur la propreté que nous en général, d'ailleurs les appartements d'hommes célibataires sont souvent très moyennement entretenus... Mais tu sais, si vraiment c'est trop dur, ton amie Miki peut toujours t'aider. Et il n'y a pas de triche si on ne se fait pas prendre » ajouta-t-elle d'un air malicieux.  

 

« _ Je te remercie, mais non, vraiment, c'est aussi une question d'amour propre. Si jamais je gagne ce pari, je veux pouvoir me dire que c'est par la seule force de ma volonté, que j'ai réussi à me contrôler...  

_ Comme tu voudras... »  

 

L'heure du repas approchant, Kaori prit congé de son amie et rentra immédiatement chez elle. Elle fut surprise par la bonne odeur de cuisine qui y régnait, alors elle se dirigea vers la cuisine. La première chose qu'elle vit fut l'évier plein à craquer. Elle détourna le regard et essaya de se concentrer sur la casserole que Ryo tenait.  

 

« _ Ah, tu tombes bien, fit-il, j'ai une question à te poser... suis-moi dans la salle de bain. »  

 

Il ralentit le feu et délaissa sa casserole pour se diriger vers le lieu indiqué, suivi par une Kaori intriguée. Il s'arrêta devant la machine à laver, ou plus exactement, devant un panier rempli de linge. Il se pencha et prit le premier vêtement qui était à sa portée, puis tout en l'étendant devant les yeux horrifiés de la jeune femme, demanda niaisement:  

 

« _ Comment ça se fait que tous les vêtements étaient comme ça quand je les ai sortis de la machine? »  

 

Devant Kaori, une chemise, ou plutôt ce qui avait dû être une chemise mais qui ressemblait davantage à un bout de chiffon délavé, mi jaune mi grise. Elle se pencha à son tour et ramassa un t-shirt noir.  

 

« _ Non mais je rêve, tu n'as pas fait le tri?  

_ Le tri?, répéta-t-il incrédule  

_ Oui, entre les vêtements clairs et les autres, faut pas les mélanger, sinon... ça! » lui asséna-t-elle alors que la colère recommençait à ourdir en elle.  

 

«  _ Ah bah je savais pas... je saurai pour la prochaine fois. » Il se mit à rire bêtement, ce qui ne fut pas du tout au goût de la jeune femme qui lui jeta un regard noir. Kaori n'ayant de toute évidence pas le même sens de l'humour que lui, il s'arrêta de rire et déclara reprendre la cuisine. Kaori resta avec le panier de linge qu'elle regarda d'un air dégoûté.  

 

« _ Regardez-moi ça, c'est un vrai massacre! »  

 

Elle s'agenouilla et fouilla dans le tas pour constater de visu l'ampleur du désastre. Elle reconnut son top blanc, celui qu'elle espérait lavé et repassé pour les jours prochains et qu'elle aimait tant. Le blanc tenait plus du gris non uniforme à présent. Elle eut également l'impression qu'il avait rétréci, pourtant elle l'avait déjà lavé. Alors, instinctivement elle regarda les commandes de la machine: le programme choisi était le 2.  

 

Le front contre la paroi métallique de la machine, elle ne savait plus si elle devait en rire ou en pleurer. C'est vrai que quitte à foutre en l'air des vêtements, autant bien les bousiller dans les règles de l'art.  

 

« _ Je sais ce que je vais faire cet après-midi, espèce de gros nase. », lança-t-elle à l'intention de Ryo qui était toujours occupé avec sa tambouille. «  Je vais t'écrire une notice d'utilisation de la machine à laver. Le programme 2 c'est le lavage à 90° andouille...  

_ Qu'est-ce que j'en sais moi, y a rien d'écrit à part des numéros, alors j'ai appuyé sur tous les boutons jusqu'à ce qu'elle se mette en route...  

_ Imbécile...  

_ Oh c'est bon, te fâche pas pour si peu, je te prêterai mes fringues si tu en as besoin, elles devraient très bien t'aller. »  

 

Sur ce, elle se leva sans un mot et se dirigea d'un air faussement tranquille dans sa chambre, où elle prit un coussin qu'elle pressa contre son visage avant de se mettre à hurler, en espérant suffisamment étouffer les sons qui sortaient de sa bouche pour ne pas éveiller les soupçons de l'homme.  

 

« _ Je vais le tuer avant la fin de la semaine, je vais le tuer, je vais le tuer.... »  

 

Une fois sa haine hurlée, elle ressortit la poupée Ryo de son placard, et lui fit subir les pires tortures qu'elle connaissait afin d'être parfaitement sûre de garder un semblant de calme devant le vrai Ryo pendant le repas.  

 

Plusieurs minutes plus tard, après un déjeuner qui s'était déroulé dans un silence de mort, entre le nettoyeur qui avait décidé d'être sage et Kaori qui ne décolérait pas et gardait sa mâchoire crispée, le japonais débarrassa la table de la même manière qu'il l'avait fait le matin, et de manière tout aussi identique, déposa les assiettes sales dans l'évier avant de se retourner. La jeune femme faisait des yeux ronds comme des soucoupes en voyant la scène se jouer devant ses yeux, et interloquée, lui demanda:  

 

« _ Mais tu fais pas la vaisselle?  

_ Ah non, j'ai pas le temps, je verrai ça ce soir...  

_ Ah … euh, tu vas passer l'aspirateur dans le salon?  

_ Qu'est ce que tu racontes? Je l'ai déjà passé ce matin pendant que tu étais en train de dormir. Non là je vais faire une sieste, parce que je suis fatigué... » 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de