Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autore: Ally Ashes

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 8 capitoli

Pubblicato: 20-04-15

Ultimo aggiornamento: 08-05-15

 

Commenti: 12 reviews

» Scrivere una review

 

ActionRomance

 

Riassunto: Kaori Makimura a l'habitude des situations dangereuses, mais cette fois le sort de quelqu'un dépend d'elle… Il ne s'agit plus de faire ses preuves: réussir est une question de vie ou de mort.

 

Disclaimer: The characters of "Title to change" belong exclusively to Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

I've signed in, but I cannot get access to the management section.

 

Please check that your browser accepts cookies. Please contact me with the email address you signed up and give me your login, password, ISP and localisation. Thanks.

 

 

   Fanfiction :: De feu et de glace

 

Capitolo 1 :: Le mauvais endroit au mauvais moment

Pubblicato: 20-04-15 - Ultimo aggiornamento: 20-04-15

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8


 

A force de côtoyer des personnalités hors normes, Kaori Makimura avait compris deux choses essentielles. L’une : le pire est toujours à prévoir et peut survenir n’importe où. Y compris au beau milieu d’une des rues les plus calmes de Shinjuku par un matin de printemps. L’autre : il faut toujours écouter son instinct. Et l’impression de malaise qui s’installait progressivement en elle était précisément cet instinct qui lui hurlait qu’il allait se passer quelque chose.  

 

D’un regard circulaire, la jeune femme chercha ce qui avait bien pu l’alerter. En dehors d’un groupe de jeunes particulièrement bruyants qui sortaient de la station de métro Tochomae, rien ne semblait particulièrement anormal : quelques couples qui se dirigeait vers Central Park pour profiter du soleil, hommes d’affaires marchant vers le Tokyo Metropolitan avec le téléphone vissé à l’oreille, des femmes qui promenaient leur enfant ou, comme elle, faisaient quelques courses avant d’aller préparer le repas du midi… chacun semblait dans son monde, et elle ne croisa pas un regard. Personne ne semblait faire attention à elle.  

 

Tout en ralentissant le pas, elle rajusta son sac sur son épaule et l’ouvrit discrètement. Un spray lacrymogène était disposé sur le dessus, prêt à être utilisé. Le revolver était juste à côté, mais compte tenu de la fréquentation de la rue il ne serait à utiliser qu’en dernier recours si elle ne voulait pas faire les gros titres.  

 

Une vingtaine de mètres avant le passage piéton, elle ralentit encore son allure et s’adossa contre les grilles du Sumitomo en faisant semblant de chercher quelque chose dans son sac, laissant passer plusieurs personnes pour avoir une vue d’ensemble sur la rue. Et en instant tout se mit brutalement en place. La voiture qui passait devant elle roulait beaucoup trop lentement, presque au pas. C’était ce bruit d’un moteur au ralenti qui l’avait alertée. Mais le danger n’était pas pour elle : la voiture l’avait dépassée.  

 

Kaori se mit à courir, la main sur son arme. Une dizaine de personnes attendaient de pouvoir traverser. L’une d’elle était la cible.  

 

Au même instant, la voiture fit une embardée et mordit sur le trottoir, à un mètre d’une femme qui tenait une petite fille par la main. La portière arrière s’ouvrit avant même que la voiture ne s’arrête, manquant la femme de peu. Un homme masqué en jaillit et repoussa la femme, tout en attrapant la fillette. Kaori se glissa entre lui et la voiture, profitant de son élan pour le frapper d’un coup de pied à l’arrière du genou. Elle parvint à le déséquilibrer, mais l’homme ne lâcha pas son otage qui s’était mise à hurler.  

 

Il lui était impossible de tirer sans risquer de toucher l’enfant. Kaori opta pour un coup de genou bien placé, qui eut l’effet escompté : l’homme desserra sa prise. Mais au moment où elle prit la petite fille dans ses bras, elle sentit un contact dur et froid dans son dos. Elle ne connaissait que trop bien ce que c’était. Un canon.  

 

- Ça suffit !  

 

Le conducteur. Elle l’avait oublié. Lâcher l’enfant et désarmer l’homme derrière elle ? Ou courir ? Kaori eut un instant d’hésitation, un instant de trop. Celui qui lui faisait face lui asséna un coup de poing au visage qui la projeta en arrière, vers la portière ouverte. Une paire de mains l’attrapa par la taille et la tira à l’intérieur. Son dernier réflexe, avant que son adversaire ne rentre à son tour dans la voiture en la poussant, fut de lâcher son arme sur le trottoir.  

 

Ce ne fut qu’après que la voiture eut démarré en trombe que les passants réagirent enfin. Mais il était trop tard.  

 

 

 

________________________________________  

 

 

Assis par terre dans la cuisine, le visage grave, Ryô était en proie à une hésitation colossale. Satisfaire son appétit et endurer le courroux de sa partenaire, ou attendre sagement et endurer le courroux de son estomac.  

 

- La barbe ! Elle n’avait qu’à rentrer à l’heure !  

 

Il ouvrit le frigo et sortit, à même le sol, tout ce qu’il pouvait trouver. Armé d’une paire de baguettes, il commença à se bâfrer gaiement, avalant le plus vite possible ce qui passait sous sa main, l’oreille aux aguets. Kaori serait furieuse, mais une séance d’entraînement assez poussée l’avait laissé affamé.  

 

Vingt minutes tard, repu et le ventre gonflé, il s’affala sur le canapé, l’air béat. Il ne lui manquait plus qu’une petite virée en ville pour avoir une journée parfaite, et si sa mémoire était bonne Mick était libre comme l’air cet après-midi. Il pouvait déjà imaginer le programme… Oh oui, un merveilleux programme fait de jolies passantes légèrement vêtues…  

Partir maintenant lui éviterait de se prendre une massue en pleine tête… Enfin lui éviterait de se la prendre maintenant, il en serait quitte pour une plus grosse ce soir. Il laisserait juste un message, pour éviter qu’elle ne s’inquiète. Et vu l’heure, elle n’allait pas tarder. Ryô se dressa, un poing en l’air, jambes écartées, personnalisation du conquérant.  

 

- Mise en exécution du plan « Petites Pépées » !  

 

Ryô mit rapidement sa veste, mais au moment où sa main se posait sur la poignée de la porte son téléphone sonna… En voyant qu’il s’agissait de Saeko il hésita un instant : tout appel de sa part marquait immanquablement le début des ennuis. De doubles ennuis d’ailleurs, en général, avec une bonne dose de massues… Avec un soupir, il décrocha quand même et pris sa voix la plus libidineuse pour la saluer.  

 

- Ma douce Saeko, dis-moi que tu m’appelles pour une proposition indécente, et je serai à tes pieds en moins de…  

- Ta partenaire s’est encore trouvée au mauvais endroit au mauvais moment.  

 

Ryô se figea un instant, puis sortit rapidement de l’appartement en direction du garage.  

 

- Explique ?  

- Il y a un peu moins d’une heure, Yoko Tachika, la fille de Aiki Tachika, a été enlevée en pleine rue. Des témoins ont mentionné une femme armée qui s’est interposée mais a été enlevée avec la gamine. Elle a laissé tomber son arme, un des agents a fini par avoir l’idée de faire une recherche. Le numéro de série a fait sonner toutes les alertes quand il est sorti au nom d’un ancien flic.  

- Hideyuki…  

- Félicitations… J’ai été prévenue immédiatement quand son nom est apparu. Dis-moi que tu peux la localiser : les parents de la gamine ont déjà reçu une demande de rançon et impossible de les raisonner. Tu sais comment sont les millionnaires…  

- Ils veulent payer ?  

- Gagné une nouvelle fois.  

 

Ryô grinça des dents en s’asseyant dans la voiture. Payer avant d’être certain de pouvoir récupérer l’otage équivalait à un gros risque : celui de retrouver un cadavre. Ou deux, en l’occurrence.  

Il alluma le système de géolocalisation situé dans la boîte à gants et en quelques manipulations un point clignotant apparut.  

 

- Je l’ai.  

- Désolée du retard : l’imbécile en charge de l’affaire a perdu un temps fou à interroger les témoins et la nounou. Tout ce que je sais pour le moment c’est… Attends deux secondes…  

 

Il entendit Saeko discuter avec quelqu’un. Au ton de sa voix, il y avait un problème. Coinçant le téléphone entre son oreille et son épaule, Ryô démarra : le plus vite il serait sur place, le plus vite il pourrait reprendre son programme initial. Saké et jolies filles allaient devoir attendre, finalement.  

 

- Ryô ? Le père a déjà fait le virement.  

 

Saeko n’entendit aucune réponse.  

 

- Et pourtant il sait que je déteste me faire raccrocher au nez… Le crétin, il aurait au moins pu me dire où elles sont…  

 

Heureusement, elle savait sur qui passer ses nerfs : elle avait un informaticien à mettre sous pression pour remonter la trace de la rançon, et connaître l’identité des ravisseurs. Et quand elle en aurait fini, elle allait connaître jusqu’au nom de leur première peluche, et les mettre en prison jusqu’à la fin de leurs jours. En tout cas ceux qui seraient encore en état après le passage de City Hunter…  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de