Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prose

 

Auteur: Shan In XYZ

Beta-reader(s): Chibiusa

Status: En cours

Série: Angel Heart

 

Total: 11 chapitres

Publiée: 03-06-06

Mise à jour: 14-03-10

 

Commentaires: 35 reviews

» Ecrire une review

 

DrameAction

 

Résumé: Et si ce n'était pas Kaori qui était morte dans l'accident mais Ryô...

 

Disclaimer: Les personnages de "Angel Heart" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Astuces & Conseils

Le lien prévu pour les demandes d'accès NC-17 envoie un email avec la mauvaise adresse.

 

Normal. Vous n'avez pas dû configurer Outlook. Il utilise l'adresse email par défaut. Dans ce cas, envoyez-moi un email avec la bonne adresse et en titre "NC17-ID:" + votre ID. Et respectez-le reste des consignes.

 

 

   Fanfiction :: Les anges de Kaori

 

Chapitre 2 :: Chapitre 2

Publiée: 25-06-06 - Mise à jour: 25-06-06

Commentaires: Voilà la suite de ma fic, j'espère que ça vous plaira... En tout cas, n'hésitez pas à me donner votre avis ;) Bonne lecture ;)

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

Kaori avait quitté le Cat’s Eyes quelques heures auparavant et se dirigeait à présent vers la clinique du Doc. Depuis le décès de Ryô, elle avait repris ses activités d’infirmière tout en faisant des petits extras en tant que City Hunter, dans la limite de ses moyens.  

 

De toute façon, le tableau à message n’existait plus, la plupart des personnes à qui elle venait en aide, elle les croisait en général à la clinique ou par hasard dans la rue. Quant au travail c’était généralement du travail de recherche de preuves ou d’aider des personnes à disparaître de la circulation. C’était dans ses cordes et puis personne n’allait s’imaginer que la moitié de City Hunter exerçait toujours.  

 

Elle pouvait donc mener un semblant de vie tranquille puisque de toute façon, une fois Ryô mort et enterré, les malfrats n’avait pas imaginé avoir à craindre quoique ce soit de sa part car c’était tout juste s’ils connaissaient son existence.  

 

Mais ce jour-là, sur le chemin du travail, elle croisa la route de petits loubards, sans envergure, qui n’avait, sans doute, jamais entendu parler de City Hunter, mais qui par contre se seraient bien amusés avec elle. Elle leur déconseilla de la toucher mais ces crétins n’en avait cure et celui qui lui avait attrapé le poignet, se retrouva avec un coup de pied bien placé dans les bijoux de famille, qui permit à Kaori de filer. Ce qu’elle n’avait pas prévu c’est qu’au coin de la rue, ils avaient des copains à eux et face au nombre croissant, elle commençait à se demander comment elle allait faire pour se débrouiller.  

 

Ils s’approchaient lentement d’elle tandis qu’elle cherchait vainement une échappatoire, quand soudain une voix étrange retentit, on aurait dit un adolescent, d’ailleurs quand Kaori le regarda, elle constata que c’était bien le cas. Mais dans sa voix, retentissait une sorte d’assurance qui le faisait paraître beaucoup plus mature et sûr de lui. Et quand il leur dit de se tirer avant de se prendre une balle dans la tête, elle eut comme une impression de déjà vu.  

 

La bande rigola mais quand il sortit son arme et qu’il tira plusieurs coups de feu, ça ne fut plus la même chose. Ils commencèrent par sursauter de frayeur mais constatant qu’aucun d’entre eux n’était touché, ils rigolèrent de plus belle avant de se rendre compte que leurs pantalons tombaient sur leurs chevilles.  

 

Devant cet exploit, ils étaient tous sidérés et ils ne remarquèrent même pas que le gamin avait attrapé Kaori par la main et l’entraînait loin de là.  

 

Quelques rues plus loin, ils s’arrêtèrent pour reprendre leur respiration. Kaori tout en essayant de reprendre son souffle, remercia son sauveur et le félicita pour son habileté. Il répondit spontanément « Et encore, j’avais pas mon python » et quand elle se retourna surprise par cette phrase, elle constata que le jeune homme brun s’était évanoui sur le trottoir. Elle l’examina et décida de l’amener à la clinique. Il n’était pas bien vieux, un ado d’une quinzaine d’années et plutôt maigrichon en plus. Elle n’eut donc aucun mal à le porter jusque chez le Doc. Elle allait le déposer sur un des fauteuils de la salle d’attente quand il murmura « Kaori, tu es mon ange gardien ». En entendant cela, Kaori faillit le lâcher à côté du fauteuil.  

 

Finalement, le Doc arriva et lui demanda, quelle brebis égarée, elle lui avait encore ramené. Ce à quoi, elle rétorqua qu’elle n’en savait trop rien, mais qu’elle avait l’impression d’être en présence d’un fantôme. Elle lui fit voir l’arme et lui expliqua les faits. Le Doc se frotta le menton, puis il dit à Kaori de l’attendre là pendant qu’il emmenait le gamin dans la salle de consultation.  

 

Elle attendit un long moment avant de le voir réapparaître. Il lui expliqua qu’il se portait bien, son malaise était sans doute dû au fait qu’il n’avait rien avalé depuis un certain temps. Enfin, il ajouta que son cœur se portait bien. Devant le regard d’incompréhension de Kaori, il lui expliqua que le jeune homme avait subi une transplantation cardiaque, que cela devait dater d’un an et qu’il allait bien.  

 

Kaori ne comprenait toujours rien, le Doc essayait apparemment de lui faire comprendre quelque chose mais elle ne voyait pas quoi. Elle finit par lui demander franchement où il voulait en venir et il lui répondit qu’elle devrait peut-être d’abord en parler avec la personne qui venait d’arriver.  

 

Saeko se tenait dans l’embrasure de la porte, blanche comme un cachet d’aspirine. Quand elle avait reçu l’appel du Doc, elle avait eu du mal à croire ce qu’il racontait. Il lui avait dit : « Ca y est, il est de retour, il a retrouvé Kaori ! » puis il lui avait demandé de venir rapidement à la clinique, car désormais, il n’était plus le temps de faire des cachotteries.  

 

Kaori regardait Saeko étonnée et cette dernière ne savait pas trop comment lui expliquer sa volontaire omission de certains faits concernant Ryô.  

 

- Vous allez finir par m’expliquer à la fin ! fit Kaori d’un ton sec en se levant de son siège.  

- Eh bien, c’est à propos de Ryô, finit par lâcher Saeko.  

- Comment ça Ryô ?  

- Je ne t’ai pas tout dit, avoua Saeko en baissant la tête.  

- Quoi ! De quoi tu parles ?  

- Eh bien, quand son corps était à l’hôpital, on lui a volé quelque chose.  

- Je ne comprends rien, soit plus claire, bon sang !  

- On a volé son cœur…  

- On a quoi ? Tu es en train de me dire que quelqu’un s’est amusé à charcuter le corps de Ryô dans le but d’avoir un trophée ou un truc dans le genre !  

- Non, Kaori, ce n’est pas ce qu’elle essaie de t’expliquer, intervint le Doc.  

- Alors quoi ? fit Kaori au bord de la crise de nerfs.  

- On pense que c’était pour une transplantation.  

- Et tu me l’as caché volontairement, fit Kaori en hurlant en direction de l’inspectrice.  

- Kaori… Je ne voulais pas te…  

- Tu ne voulais pas quoi ?  

- Tu souffrais tellement, j’ai pensé que c’était inutile d’en rajouter.  

- Si tu le dis, rétorqua Kaori furieuse. Mais je ne comprends toujours pas, pourquoi vous m’en parler maintenant, vous auriez pu me le cacher le restant de ma vie, après tout.  

- Effectivement, intervint le Doc, mais apparemment Ryô en a décidé autrement.  

- De quoi parlez-vous ?  

- Je te parle du jeune homme que tu as ramené avec toi, il a subi une transplantation du cœur.  

- Vous n’allez quand même pas me dire que ce gamin c’est Ryô !  

- Certainement pas, mais il a apparemment été guidé jusqu’à Shinjuku et c’est auprès de toi qu’il s’est rendu.  

- C’est une coïncidence ! Bredouilla Kaori.  

- Kaori, tu m’as toi-même parlé de fantôme. De plus, il a fait allusion à « son » python et il connaît ton prénom !  

- Mais c’est impossible c’est un adolescent !  

- Oui, c’est un ado, avec sûrement sa propre personnalité mais il a le cœur de Ryô en lui et ce dernier l’a guidé vers toi.  

- Je ne vous crois pas, c’est impossible, ce n’est pas Ryô, fit Kaori en larmes.  

- Kaori, il faut que je t’explique une chose, ce garçon n’est pas Ryô, il porte seulement son cœur en lui et ce cœur a comme une sorte de mémoire.  

- Une mémoire ?  

- Oui, c’est pas très scientifique mais il paraît que les receveurs de dons d’organes, ont souvent des réminiscences de la vie de leur donneur et cela encore plus souvent quand il s’agit d’un organe important comme le cœur.  

- Donc, ce n’est pas un clone de Ryô, mais juste un gamin qui a des souvenirs de Ryô en lui ?  

- Exactement ! S’il est venu ici et s’il t’a trouvée c’est parce que Ryô l’a amené jusqu’ici. Tu le connais, il t’aimait trop pour te laisser seule et en plus il voulait te protéger, donc il est revenu vers toi avec le gosse, fit-il en indiquant la salle de consultation où se trouvait le jeune ado.  

 

Dans l’autre pièce, le jeune homme émergeait, il ne savait pas où il était et ne savait pas trop comment il était arrivé là. Il se souvenait vaguement qu’il était allé faire un tour à la gare pour y chercher quelque chose qu’il n’avait pas trouvé et après, il était resté longtemps assis sur un banc qui se trouvait sous des escaliers pour regarder sous les jupes des femmes qui passaient par là.  

 

Un corbeau passa devant son nez, car ce n’était pas du tout son comportement habituel, pourquoi avait-il fait ça ? Il ne se souvenait plus de ce qu’il faisait normalement mais il était sûr que son occupation préférée n’était pas de contempler les sous-vêtements de belles jeunes femmes.  

 

Il en était là de ses réflexions quand il ressentit quelque chose de bizarre, il se redressa sur le lit et se rendit compte que son entrejambe s’était soudain manifesté de façon inopinée. En effet, il avait devant lui, comme la cime d’un chapiteau de cirque qui s’était dressée sous les draps. Il souleva le tissu et fut drôlement impressionné tout en se disant : « c’est à moi, ça !!! ».  

 

Décidemment, il ne comprenait rien. Où était-il et pourquoi ? La dernière chose dont il se souvenait avant d’arriver dans cette ville, c’était un meurtre…  

 

Oui, on l’avait chargé d’un meurtre mais ça ne s’était pas passé comme prévu, sa cible était armée et malgré le fait qu’il ne ratait jamais son coup, ce jour-là, le destin lui avait joué un mauvais tour.  

 

Il avait tiré mais la personne qu’il devait éliminer était un pro et l’avait repéré, si bien que quand sa balle l’avait atteint en pleine tête, ce dernier avait déjà eu le temps de tirer et il avait soudain sentit un choc au niveau de sa poitrine et plus rien.  

 

Après, il s’était réveillé dans une sorte d’hôpital mais s’était échappé car il se sentait en danger. Que s’était-il passé ? Il aurait dû être mort ? A quoi avait joué l’organisation pour laquelle il travaillait ?  

 

Tant de questions qui se bousculaient dans sa tête mais pour l’instant il fallait qu’il se sauve d’ici. Il se leva pour s’habiller et c’est à ce moment là, qu’il entendit des voix dans l’autre pièce. Aux aguets, il prit la première chose qui lui vint sous la main. Un scalpel et attendit près à agir. Il avait l’habitude, il pouvait tuer en une fraction de secondes car c’était ce qu’il était, une machine à tuer.  

 

C’est à ce moment là que la porte s’ouvrit…  

 

 

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de