Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prose

 

Auteur: Shan In XYZ

Beta-reader(s): Chibiusa

Status: En cours

Série: Angel Heart

 

Total: 11 chapitres

Publiée: 03-06-06

Mise à jour: 14-03-10

 

Commentaires: 35 reviews

» Ecrire une review

 

DrameAction

 

Résumé: Et si ce n'était pas Kaori qui était morte dans l'accident mais Ryô...

 

Disclaimer: Les personnages de "Angel Heart" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Astuces & Conseils

Qu'est-ce que je peux faire sur ce site?

 

Le but de HFC est de donner autant de pouvoir que possible aux créateurs, c'est-à-dire que les auteurs peuvent mettre en ligne leurs fanfictions, modifier le texte et ajouter des chapitres eux-mêmes, sans passer par la webmistress. De même, les artistes peuvent mettre en ligne leurs fanarts qui sont affichés automatiquement. Pour cela, il suffit de s'inscrire et de se connecter pour gérer son ...

Pour en lire plus ...

 

 

   Fanfiction :: Les anges de Kaori

 

Chapitre 8 :: Chapitre 8

Publiée: 28-03-07 - Mise à jour: 28-03-07

Commentaires: Et voilà la suite de ma version d'Angel Heart, j'espère que ç a vous plaira, en tout cas n'hésitez pas à me donner votre avis ;) A bientôt ;)

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

Pendant toute la semaine, les deux ados s’étaient relayés alternativement dans leur travail de surveillance auprès des deux femmes. Ils avaient décidé de ne pas s’attribuer une personne en particulier à surveiller car ils pensaient que ça brouillerait les pistes au cas où, l’une des deux se rendrait compte d’être suivie. A-Xiang et Xin-Hong se proposaient donc à tour de rôle pour aller aider Kaori à faire des courses ou l’accompagner à la gare, sous le prétexte de voir comment elle négociait avec des clients potentiels, tandis que l’autre suivait discrètement l’inspectrice de choc.  

 

Leur plan était bien ficelé, ils ne pouvaient rien rater, si quelqu’un faisait son apparition, ils seraient là. Mais bizarrement, rien ne se passait. Pourtant ce Toyama avait bien donné de ses nouvelles à Saeko, Xin Hong s’était débrouillé pour récupérer la lettre et d’après les documents qu’ils avaient trouvés avec, l’inspectrice avait de suite demandé une expertise pour être sûre qu’il s’agissait bien de l’assassin d’Hideyuki Makimura.  

 

Les semaines passaient et toujours rien, enfin de la part de Toyama. Car du côté des ados, Kaori commençait à les trouver suspects à toujours avoir quelque chose à faire avec elle. Saeko quant à elle, était quasiment sûre qu’elle avait senti des présences différentes la suivre, deux, plus exactement, comme si elles se relayaient. Ca sentait le roussi, toujours pas de mouvement de la part de l’assassin et les deux femmes allaient bientôt comprendre à quoi les deux gamins jouaient et ça risquait de barder pour leur matricule.  

 

A-Xiang était au café avec Falcon, car elle avait fini les cours plus tôt, elle avait été dispensée de gym car à chaque cours, elle cassait quelque chose à ses camarades de classe. Elle réfléchissait donc à ce Toyama. Pourquoi envoyer un courrier et puis plus rien, c’était tout de même bizarre. Sans compter que Kaori les trouvait louches et que Saeko avait failli les coincer pas plus tard qu’hier soir.  

 

Elle en était là de ses réflexions quand Xin Hong entra en trombe dans le café, il était essoufflé, apparemment il avait dû rentrer du lycée en courant aussi vite qu’il pouvait. Il attrapa sa complice par le bras pour l’entraîner dans l’arrière salle tout en ignorant totalement la remarque de Falcon, lui disant qu’il n’était pas exempté de dire « bonjour ».  

 

A-Xiang allait ouvrir la bouche pour lui demander ce qu’il se passait quand il lui fit signe de se taire, ici les murs avaient des oreilles, il savait bien qu’Umibozu avait l’ouie fine, d’ailleurs ce n’était pas pour rien que Ryô l’avait surnommé « grandes oreilles », bien sûr, il avait fait sortir le sobriquet à Xin Hong et ce dernier s’était retrouvé collé au mur.  

 

Bref, il ouvrit son sac et lui tendit un objet. La jeune femme découvrit un jeu vidéo et regarda son acolyte avec incompréhension. Il tapota sur la boîte du jeu et lui fit voir le nom du créateur, il s’agissait de Kazuma Toyama. Elle faillit s’étouffer et Xin Hong lui montra la date de sortie de ce jeu. Il datait de quelques semaines seulement et c’était la nouvelle édition de luxe avec bonus d’un jeu créé à l’époque de la mort de Makimura. Il tourna ensuite le boîtier pour lui faire voir les images du jeu et il y avait le portrait d’une femme qui ressemblait à s’y méprendre à Saeko.  

 

A-Xiang le tira à l’extérieur du café.  

 

- Où as-tu trouvé ça ?  

- Un camarade de classe qui jouait avec. Quand j’ai vu Saeko sur l’écran ça m’a fait bizarre. En plus, d’après le gars qui me l’a prêté, il y a des nouveaux personnages depuis la dernière édition. Et ces personnages ressemblent étrangement à Kaori, Falcon et je te le donne en mille, nous.  

- Tu veux dire que ce malade nous a mis dans un jeu vidéo ?  

- Oui, et apparemment, ils sont plutôt proches de la réalité à part pour nous, on passe notre temps à faire la vaisselle…  

- Ce qui indiquerait qu’il observe Saeko et son entourage depuis un bon moment déjà.  

- Exactement et j’aime vraiment pas ça, mais alors pas du tout.  

- Faudrait en parler à Ryô  

- Pourquoi faire ?  

- Il connaît l’homme, il sait ce qu’il est capable de faire, nous on sait rien de l’affaire.  

- Et tu veux que je fasse quoi, une incantation, genre « esprit es-tu là ? »  

- Concentre toi, pense à Kaori et au danger que représente Toyama.  

- C’est ça tu veux que je me ridiculise avec ton histoire d’ouverture d’esprit.  

- Mais non, fais un effort, bon sang, c’est pour Kaori  

- D’accord, j’essaie mais je garantie rien… Eh oh, Ryô, tu serais pas par là par hasard, fit le gamin en fermant les yeux.  

- T’es chiant, j’étais en train de draguer un ange sacrément roulé, moi !!!!  

- RYO !? fit A-Xiang, c’est toi ?  

- Bien sûr que c’est moi, qui veux-tu que ce soit ?  

- Bien sûr que c’est lui, qui d’autre parlerait de draguer un ange ? enchaîna aussitôt la voix de Xin Hong  

- Tiens, tu dors pas, toi ? fit Ryô. Bizarre d’habitude, tu tombes tout le temps dans les choux.  

- Eh bien, habitue-toi, c’est fini ce temps là, hors de question que tu prennes possession de mon corps sans mon autorisation désormais.  

- Ah ben quand même, t’as mis le temps, je commençais à me demander si t’étais un mec ou une chochotte.  

- Une quoi !!!!! Tu vas retourner d’où tu viens et fissa, si j’avais su j’aurais jamais écouté A-Xiang, espèce de dépravé.  

- Oh arrête, sale mioche, je te signale que je suis dans ton cœur, et que je sais pour qui il bat !  

- Tais toi !  

- Et si je le disais à tout le monde, qu’est ce que t’en dis ?  

- J’en dis que vous êtes le pire fléau que la terre ait porté et que j’ai eu la malchance de survivre grâce à vous.  

- Ingrat !  

- CA SUFFIT !!! hurla soudain une voix féminine dont ils avaient oublié la présence.  

- Oups, fit Ryô en rigolant.  

- Désolé, fit Xin Hong.  

- De vrais gamins, je pensais que si Xin Hong ouvrait son esprit ça améliorerait les choses mais apparemment c’est encore pire. J’en ai deux qui se disputent dans le même corps et c’est pas ça qui va nous aider !  

- Tu as raison, firent en cœur les deux coupables.  

- Bon, j’aime mieux ça, fit A-Xiang en souriant devant la synchronisation soudaine des deux zigotos.  

- Qu’est-ce que je peux faire pour vous les enfants, fit Ryô.  

- Des infos sur Toyama.  

- Pourquoi, je vous ai dit de surveiller Saeko et Kaori, il va se manifester.  

- C’est le cas, mais pas comme on le croyait, fit la jeune femme en lui tendant le jeu vidéo. Résultat, on sait plus trop comment faire !  

- Je le crois pas, il a mis Falcon dans son jeu, fit-il en éclatant de rire.  

- Ryô, c’est pas le moment de rigoler !  

- Elle a raison, même si c’est une idée amusante fit Xin Hong en souriant.  

- Ok, j’ai compris, c’est le début.  

- Le début de quoi, firent les deux ados.  

- C’est comme ça qu’on l’a coincé la première fois, enfin coincé, qu’on a trouvé qui il était.  

- Dis nous en plus, on en a besoin !  

- Il avait fait un jeu, Saeko en était l’héroïne, sous un autre nom, bien sûr, et dans l’histoire, elle était tiraillée entre l’amour de deux hommes. Dans la réalité, Toyama tuait tous les hommes qui s’approchaient de Saeko, pour lui, il devait être le seul dans son cœur. Quand on est tombé sur le jeu on a compris qui il était. C’était un môme le fameux tueur en série et tout ça parce qu’il s’était amouraché de notre inspectrice préférée et qu’il la voulait pour lui tout seul.  

- Et alors, continue !  

- Eh bien, quand il a vu qu’on l’avait percé à jour il a donné rendez vous à Saeko, lui promettant de se rendre mais en arrivant, tout ce qu’elle a trouvé c’est le corps de Makimura, il avait compris que c’était lui son seul vrai rival… Après on a plus jamais entendu parlé de lui, jusqu’à maintenant.  

- Si on enquêtait auprès de la boîte qui distribue ce jeu, dit Xin Hong  

- Bonne idée, mais dépêchez-vous les mômes, si ça se trouve Saeko va y penser aussi.  

 

 

Pendant ce temps là, Kaori était à la gare, elle venait de découvrir un message sur le tableau, on lui donnait rendez-vous au Cat’s Eye. Apparemment, il s’agissait de l’écriture d’un homme. Mais ce n’était pas grave puisque Ryô n’avait plus son mot à dire même s’il le faisait quand même via le pauvre Xin Hong. A cette pensée, elle sourit et nota l’heure du rendez-vous, c’était dans une heure, ça lui donnait le temps de faire quelques courses.  

 

De leur côté, les deux ados avaient trouvé le siège de l’entreprise qui fabriquait le jeu vidéo, ils pénétrèrent à l’intérieur et demandèrent à parler à un responsable. On les regarda bizarrement mais comme on pouvait les considérer comme des clients potentiels, on leur indiqua une personne à rencontrer. C’était le directeur commercial, il se demandait ce que ces deux jeunes pouvaient bien lui vouloir quand ils l’interrogèrent aussitôt sur la provenance de leur tout dernier jeu créé par Toyama.  

 

L’homme avala sa salive péniblement, tout en se rappelant que quelques années auparavant, il avait eu affaire à la police à cause de ce gamin.  

 

- Eh bien, il a travaillé pour nous il y a quelques années et son jeu était un véritable succès, jusqu’à ce que…  

- Que vous découvriez que c’était un assassin, continua A-Xiang.  

- Exactement.  

- Et alors, pourquoi, un nouveau jeu ?  

- Il nous l’a envoyé, ça fait un mois, sans rien demander en échange, on ne sait même pas d’où il provient.  

- Mais vous l’avez tout de même mis en vente, l’appât du gain était trop fort, fit Xin Hong.  

- J’ai averti la police, ils m’ont rigolé au nez, fit-il offensé.  

- La police, qui avez-vous eu à la police.  

- Le standard…  

- Mais il fallait demander la personne chargée de l’enquête, fit A-Xiang d’un ton sec.  

- Je ne me souvenais plus de son nom et je pensais qu’on m’orienterait vers elle mais on m’a envoyé balader. Du coup, j’ai lancé la finalisation de la programmation par mes experts et on l’a mis sur le marché.  

- Quelle finalisation ?  

- Il manquait quelques petites choses, on l’a peaufiné, on pouvait pas le balancer tel quel.  

- Parce qu’un génie en informatique comme Toyama vous a envoyé un jeu pas totalement terminé ? fit A-Xiang étonnée.  

- Oui, cela m’a étonné aussi, mais bon tout le monde fait des erreurs.  

- Si vous le dites, vous avez gardé le paquet dans lequel le jeu est arrivé ?  

- Oui, je me suis dit que si jamais la police changeait d’avis ça pourrait leur servir, tenez !  

- Dis donc, vous deux, je peux savoir à quoi vous jouez, fit soudain une voix derrière eux  

- Saaa eko, fit Xin Hong en avalant difficilement sa salive.  

- Dehors, tous les deux et tout de suite, j’ai deux mots à vous dire.  

 

A-Xiang s’empara du paquet et suivit Saeko et Xin Hong. L’inspectrice les entraîna jusqu’au petit parc qui se situait non loin du bâtiment. Elle commença à les sermonner car elle avait très bien compris qu’une fois de plus, ils ne se mêlaient pas de leurs affaires. Elle leur dit qu’ils en reparleraient plus tard qu’elle voulait parler elle-même aux personnes de cette entreprise et se dirigea vers le bâtiment.  

 

Xin Hong et A-Xiang faisaient triste mine, ils s’étaient fait choper par Saeko et quand Kaori serait aussi au courant ça allait chauffer. Ils décidèrent d’attendre Saeko et A-Xiang tripotait ce paquet quand elle regarda à l’intérieur, il y avait un mot, sans doute adressé au directeur commercial. Il était écrit « Un petit cadeau pour vous qui avez cru en mon potentiel, je peux vous garantir que dans un mois, ça fera exploser toutes vos ventes et même plus ».  

 

- Oh non, fit A-Xiang en laissant tomber les documents au sol et en courant vers le bâtiment où Saeko s’apprêtait à entrer à nouveau. Saeko, attends !  

- Quoi, fit l’inspectrice de son ton autoritaire.  

- N’entre pas là dedans !  

- Et pourquoi donc ?  

- Je pense qu’il a piégé le bâtiment !  

- Tu es folle ou quoi ?  

- Non, il leur a envoyé son jeu avec des erreurs à corriger, bizarre pour un génie et dans le mot joint il leur dit que ça va tout faire exploser !  

- Mais comment ?  

- Je ne sais pas mais fait sécuriser le périmètre, je suis sûre qu’il va y avoir un gros problème sous peu.  

- D’accord, soyons, prudents, mais franchement je n’y crois pas trop à tes histoires, jeune fille.  

- Tant mieux si je me trompe et j’espère que c’est le cas.  

 

Saeko prit son téléphone et demanda l’intervention d’une brigade de déminage quand soudain elles entendirent une première explosion dans les plus hauts étages du bâtiment. A-Xiang attrapa l’inspectrice par la main et l’entraîna le plus loin possible. Quand elles furent près de Xin Hong un second étage vola en éclat sous les yeux médusés de tous les passants.  

 

Quelques heures plus tard, la police avait fait les premiers constats, les étages ayant explosés correspondaient aux bureaux de l’entreprise qui vendait le jeu vidéo de Toyama. Saeko ne savait pas quoi en dire. Elle ramena les deux adolescents au Cat’s Eye, elle ne savait plus si elle devait leur en vouloir ou les remercier.  

Quand ils pénétrèrent dans le café, Saeko vit soudain un homme volant lui sauter dessus. Elle lui balança un coup de pied tandis que Kaori lui balançait une massue, apparemment ce n’était pas la première vu l’état de l’individu.  

 

Xin Hong le regarda attentivement et soudain il s’écria : « C’est pas vrai, pas lui, il pouvait pas rester chez lui ! ».  

 

 

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de