Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prose

 

Auteur: Shan In XYZ

Beta-reader(s): Chibiusa

Status: En cours

Série: Angel Heart

 

Total: 11 chapitres

Publiée: 03-06-06

Mise à jour: 14-03-10

 

Commentaires: 35 reviews

» Ecrire une review

 

DrameAction

 

Résumé: Et si ce n'était pas Kaori qui était morte dans l'accident mais Ryô...

 

Disclaimer: Les personnages de "Angel Heart" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Astuces & Conseils

J'ai oublié mon mot de passe

 

Il suffit de m'écrire en me donnant votre pseudo. Veillez à utiliser l'adresse email que vous avez fourni lors de votre inscription.

 

 

   Fanfiction :: Les anges de Kaori

 

Chapitre 7 :: Chapitre 7

Publiée: 19-01-07 - Mise à jour: 19-01-07

Commentaires: Salut tout le monde ;) Me revoilà enfin avec la suite de ma fic, je sais, j'ai mis le temps lol Donc on continue d'explorer ma version d'Angel Heart sans Ryô, enfin presque... J'espère que ça vous plaira, en tout cas n'hésitez pas à me laisser votre avis, vous savez comment faire ;) Un grand merci à Chibi, ma bêta ;) A bientôt ;)

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

Quelques mois avaient passés depuis la grande rencontre sur le toit de l’immeuble…  

 

Kaori avait pris sous son aile les deux adolescents confiés par Monsieur Li. Elle avait réaménagé l’appartement et avait attribué les chambres d’amis de l’étage à Xin Hong et Xiang Ying. Elle les avait également inscrit au lycée afin qu’ils commencent une vie, disons, presque normale.  

 

Cette étape ne fut pas une mince affaire car il fallait parvenir à faire comprendre au deux ados qu’ils n’étaient pas obligés de se balader avec tout un arsenal de combat sur eux.  

 

Enfin, c’est surtout avec Xiang Ying que ça avait été le plus dur puisque Xin Hong était plus modéré. Ryô avait d’ailleurs dit par son intermédiaire que A-Xiang était pire qu’elle. Il faisait référence aux massues et Kaori avait viré au rouge instantanément.  

 

Bref, après plusieurs discussions sérieuses, A-Xiang avait fini par capituler et comprendre qu’après tout elle pouvait très bien, si cela s’avérait nécessaire, se défendre sans toutes ses armes. Effectivement, elle pouvait tuer à mains nues, alors pourquoi s’embarrasser d’armes pour aller au lycée. Devant la logique de l’adolescente, Kaori et Falcon, qui avait essayé de l’aider à convaincre A-Xiang, étaient tombés à la renverse sous le regard amusé de Xin Hong.  

 

L’entrée dans cette vie nouvelle n’avait donc pas été simple. De plus, A-Xiang était toujours affublée de pantalons style armée, elle trouvait ça plus pratique en cas d’attaque. On peut dire qu’au lycée, elle se faisait plutôt remarquer au milieu des uniformes scolaires réglementaires mais après quelques discussions le problème de l’uniforme s’était finalement réglé. Non sans mal, car A-Xiang ne s’était pas gênée pour lancer un « ça va pas la tête » en voyant l’uniforme réservé aux filles, pour elle, il était hors de question de se retrouver en jupe.  

 

Finalement, elle avait fini par trouver un compromis, même si le directeur du lycée avait failli piquer une crise de nerfs en la voyant arriver dans un uniforme pour garçon. Elle avait rétorqué que même si l’uniforme était obligatoire, il n’était précisé nul part qu’elle n’avait pas le droit de choisir celui qu’elle voulait et que s’il l’avait voulu son ami Xin-Hong pouvait très bien choisir de mettre celui des filles. Xin-Hong en était tombé à la renverse et devant cette réplique, le directeur avait laissé tomber.  

 

C’était vrai, qu’A-Xiang était loin des jeunes filles de son âge, cela devait être dû à son conditionnement et pas moyen de lui faire comprendre qu’il y avait peu de chance qu’on s’en prenne à elle. Elle voulait toujours être prête au cas où, donc son esprit était accaparé par bien d’autre chose que la mode et tout ce qui aurait dû l’intéresser. Kaori pensait que si cette gamine ne pensait qu’au combat, elle ne vivrait jamais une vie normale, il fallait absolument qu’elle découvre la vie d’une adolescente.  

 

Aussitôt Saeko avait proposé son aide pour la relooker en jeune fille mais Kaori y avait mis son veto en expliquant clairement à l’inspectrice qu’elle pouvait parfaitement s’occuper d’A-Xiang et que son but n’était pas qu’elle devienne une bombe sexuelle prête à faire tomber tous les hommes dans ses filets comme la séductrice officiant pour la police. Saeko avait un peu pris la mouche, mais Kaori n’en avait cure, elle ne lui avait pas totalement pardonné ses mensonges concernant Ryô…  

 

Ensuite, il fallut régler le problème du tableau à la gare, car malgré la demande de Kaori, elle avait découvert avec stupeur un panneau géant avec néons clignotants et surtout une flèche géante, clignotant elle aussi juste au-dessus du dit tableau d’affichage. Elle avait failli faire une syncope, pour la discrétion c’était raté mais le problème fut vite résolu quand se présenta à elle, le Chambellan Chen, fidèle bras droit de Monsieur Li, à qui elle exposa sa façon de penser concernant le tableau quand celui-ci vint voir s’il lui plaisait.  

 

Dans la soirée, il y avait un panneau normal, tout simple et c’était bien suffisant pour la nouvelle équipe de nettoyeurs qui régnait désormais sur Shinjuku.  

 

Et oui, les deux gamins n’avaient pas attendu qu’on leur mette un tableau à la gare pour commencer à mettre leur grain de sel dans des affaires où l’on pouvait avoir besoin de leur aide.  

 

Ca avait commencé avec une enquête de Saeko, qui en avait machinalement parlé à Falcon, sans savoir que les deux ados écoutaient attentivement. Pourtant, elle aurait dû se douter qu’ils étaient dans le coin, vu que Kaori avait demandé à Falcon de les prendre au café pour lui filer un coup de main, comme ça elle savait où ils étaient pendant qu’elle était à la clinique du Doc.  

 

D’ailleurs, maintenant qu’elle y repensait, elle se demandait si justement, Saeko n’avait pas fait exprès d’expliquer son enquête au café tout en sachant qu’il y avait de grande chance pour que Xin Hong et A-Xiang traînent dans le coin.  

 

Bref, c’était un gros trafic de drogue et Saeko ne savait plus comment faire pour coincer ces types qui diffusaient une nouvelle drogue dans le quartier. Et le lendemain, elle avait les gars en question, ficelés comme des saucissons avec leur marchandise, devant son bureau.  

 

City Angels venait de frapper pour la première fois et ce n’était pas la dernière, loin de là. Les trafiquants, les meurtriers, les voleurs, etc…, tous n’avaient qu’à bien se tenir et attention les dégâts car nos deux anges gardiens ne faisaient pas dans la dentelle. Donc par peur qu’on ne finisse par leur mettre la main dessus, Kaori décida de chapoter tout ça et elle redevint « celle » qui décidait des affaires, d’où l’utilité du tableau à message et elle veillait à ce que ses protégés fassent non seulement plus attention mais soient plus discret.  

 

Kaori était au Cat’s Eye en train de discuter avec Umibozu de la nouvelle vie de ses protégés, quand Saeko pénétra dans le café avec un air inquiet.  

 

- Bonjour, fit cette dernière qui contrairement à son habitude était peu sûre d’elle.  

- Que nous vaut le plaisir, fit Falcon d’un ton bourru.  

- J’ai reçu un courrier bizarre ce matin, répondit-elle mal à l’aise.  

- Ce n’est sans doute pas la première fois, répondit Kaori, nonchalamment.  

- Non, certes pas, mais jamais aucun, ne venait de Toyama, lâcha-t-elle d’une traite.  

 

Kaori lâcha sa tasse de café, qui s’écrasa sur le sol en milles morceaux. Alertés par le bruit, Xin Hong et A-Xiang débouchèrent de l’arrière salle avec chacun un torchon dans les mains.  

 

- Que se passe-t-il ? demanda aussitôt A-Xiang.  

- Ben, alors, vous lâchez le morceau ? fit Xin Hong devant le silence de tout le monde.  

- Rien qui vous concerne les enfants, fit Umibozu d’un ton ferme, retournez faire ce que je vous ai confié.  

- Eh oh, nous prends pas pour des imbéciles, il se passe quelque chose et je voudrais bien savoir quoi ? fit Xin Hong d’un ton plus autoritaire.  

- Une vieille histoire qui concerne uniquement Saeko et moi ! Donc je vous demanderais de bien vouloir m’écouter pour une fois et de ne pas vous en mêler fit Kaori d’un ton sec en serrant les poings.  

 

A-Xiang la regarda d’un regard incertain, c’était la première fois qu’elle voyait Kaori dans cet état. Elle d’habitude, si douce et si gentille, il devait se passer quelque chose mais quoi. De plus, elle leur avait ordonné de ne pas s’en mêler, c’était la première fois, qu’elle se montrait aussi autoritaire avec eux. La maman de substitution, qu’elle était pour eux jusqu’à présent, avait cédé la place à une femme qu’elle ne connaissait pas.  

 

 

Xin Hong attira son amie dans l’autre pièce et lui fit signe de se taire quand elle s’offusqua de le voir coller son oreille à la porte.  

 

- Quoi ? On le fait tout le temps, pourquoi pas aujourd’hui, fit-il avec un clin d’œil.  

- Mais, Kaori a dit que…  

- Depuis quand tu suis à la lettre tout ce qu’on te dit de faire ?  

 

Elle sortit une mini-massue et lui balança sur le crâne, elle trouvait amusant d’utiliser ces objets, « made in Kaori » dans des situations telle que celle-là et apparemment même s’il en faisait toujours les frais Xin Hong donnait l’impression de se faire à ces engins et cela semblait en plus le faire rire.  

 

- Alors, qu’est ce qu’ils disent ? demanda A-Xiang.  

- C’est bien ce que je pensais, il est de retour, fit il avec la voix que A-Xiang reconnaissait à chaque fois.  

- Salut Ryô ! fit-elle en souriant.  

- Salut gamine, fit-il avec un clin d’œil.  

- Alors c’est quoi le problème, on fait quoi ?  

- Vous ne faites rien du tout, comme on vous l’a dit, fit-il en l’entraînant loin de la porte pour qu’on ne les écoute pas.  

- Oh, sois pas aussi rabat-joie, tu te pointes toujours quand il y a de gros soucis.  

- En général, c’est pour réparer vos bêtises !!  

- Et tu vas me dire que ça ne te fais pas plaisir, à toi, le grand City Hunter de t’amuser un peu comme au bon vieux temps ?  

- Arrête de m’embrouiller, je ne suis là que pour être près de Kaori et la protéger pour toujours.  

- Donc, si tu es là c’est qu’elle est en danger ?  

- Tu ne m’auras pas comme ça. Cette histoire ne concerne que Kaori et Saeko.  

- Oui, mais il y a du danger sinon tu n’aurais pas repris possession de ce pauvre Xin Hong, il va être content c’est fou ! fit-elle avec une moue explicite.  

- C’est une vieille histoire qui ne vous concerne pas !  

- Et tu vas rester pour t’en occuper, je suis pas sûre que Xin Hong soit d’accord, alors tu ferais mieux de nous mettre au parfum et on fera ce que tu nous indiqueras.  

- C’est dangereux et Kaori ne veut pas que vous vous en mêliez !  

- Et Mam… Kaori, elle ne sera pas en danger ?  

- Pourquoi tu ne le dis pas ?  

- Dire quoi ? fit la jeune fille d’un air gêné.  

- Le mot « maman », c’est clair que depuis que Kaori vous a pris sous son aile tu découvres une autre vie, que tu as une famille et il est normal que pour toi Kaori ait pris une place aussi importante qu’une mère.  

- Mais je ne peux pas, je ne sais pas…  

- T’inquiètes pas, je comprends, tu ne sais pas montrer tes sentiments, c’est normal avec la vie que tu as menée avant mais tu sais j’étais comme toi, même pire… Et c’est grâce à elle que j’ai changé, fit-il avec un air nostalgique.  

- C’est dur pour toi, de ne plus être là, enfin véritablement ?  

- Tu sais, au début c’était dur, je la voyais vivre mais elle avait changé, elle n’était qu’une pâle copie de la Kaori que je connaissais et puis elle est revenue, son amour de la vie et des autres, ses colères inoubliables et ça c’est grâce à vous deux, dit-il en souriant.  

- Bon, alors tu me dis ce qui se passe ?  

- Très bien, mais votre rôle ne sera que celui d’observateur, quand il faudra intervenir, je serais là, compris !  

- Pas de problèmes, explique !  

- Apparemment, Toyama est de retour.  

- Et c’est qui celui là ?  

- C’est l’assassin de Makimura.  

- Le frère de Maman ?  

- Oui, et j’ai bien peur qu’elle veuille se venger et je ne veux en aucun cas qu’elle ait du sang sur les mains.  

- Alors, quel est le plan ?  

- Vous suivez discrètement, Saeko, Kaori la suivra certainement pour parvenir à ses fins, donc faites gaffe à ne pas vous faire repérer d’elle.  

- Pourquoi Saeko ?  

- Car Toyama était amoureux d’elle et c’est pour ça qu’il a tué Hideyuki Makimura.  

- Donc, elles ont toutes les deux des raisons de se venger ?  

- Oui, mais je vais leur épargner cette tâche, quand il faudra agir, je serais là, en attendant, vous veillez sur elles, fit-il avec un clin d’œil.  

 

Puis le corps de Xin Hong tomba sur le sol, évanoui.  

 

Il se réveilla deux secondes plus tard, énervé comme jamais, à tempêter après ce foutu Saeba, qui lui pourrissait la vie…. Il voulait avoir une vie normale, pour l’instant il était jeune mais plus tard quand il aurait des petites amies, si l’autre s’en mêlait ça promettait, déjà qu’il lui avait refilé ce truc pas très pratique, qui se manifestait dès qu’il voyait une jolie fille… Et s’il voulait se marier un jour et que l’autre se pointe le jour du mariage et dise « non » à sa place alors que lui voulait dire « oui » et pire, la nuit de noces, ça se passerait comment si cet obsédé prenait sa place au moment fatidique. Il ruminait ses pensées bizarres quand A-Xiang lui tapa sur l’épaule.  

 

- Eh oh, tu rêves ou quoi ?  

- Hum, non, j’essaie de me remettre les idées en place suite au passage de l’enquiquineur !  

- Oh arrête, il ne se manifeste pas aussi souvent que ça, juste quand il y a un gros souci !  

- Eh alors c’est quoi ce coup-ci ?  

- On a le meurtrier d’Hideyuki Makimura qui traîne dans le coin.  

- Il manquait plus que ça ! Et alors quelle est la mission confié par l’en…  

- Arrête de l’appeler comme ça, il vient toujours pour de bonnes raisons !  

- Ne me dis pas que tu l’aimes bien ?  

- Ben si, il est sympa, on voit bien que tu ne discutes pas avec lui, d’ailleurs ce serait peut-être pas un mal que tu ressentes ce qu’il ressent.  

- Quoi ? Mais t’es folle ou quoi ?  

- Ecoute, tu refuses tellement sa présence qu’il est obligé de prendre possession de ton corps à chaque fois, alors que si tu te montrais plus ouvert, il ne serait pas obligé de prendre de telles initiatives, vous pourriez peut-être communiquer ensemble sans que l’un ou l’autre prenne le dessus.  

- Et ça changerait quoi ?  

- Déjà et d’une, tu tomberais pas dans les pommes à chaque fois.  

- Très drôle  

- Et en plus ça m’éviterait de tout t’expliquer après. Je suis sûre que c’est possible, travailles un peu ton ouverture d’esprit !  

- Mon ouverture d’esprit, ce qu’il faut pas entendre, fit-il en levant les yeux au ciel.  

- Bon, pour l’instant, on doit veiller sur Kaori et Saeko, mais discrètement, elles nous ont interdit de s’en mêler, fit A-Xiang avec un clin d’œil.  

- Ok, ça marche, répondit Xin Hong. Dis, t’es sérieuse pour l’ouverture d’esprit ou tu me fais marcher ?  

 

Sur cette réplique, A-Xiang éclata de rire et fila dans la salle du café où il ne restait plus que Falcon, Saeko était rentré au commissariat et Kaori était allée voir le tableau à messages. Umibozu, lui demanda ce qui la faisait rire à ce point et elle eut un petit sourire malicieux.  

 

City Angels avait une affaire sérieuse sur les bras mais le géant ne saurait rien de la part de l’énigmatique jeune fille, même s’il sentait qu’elle lui cachait quelque chose.  

 

 

 

 

 

 

 

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de