Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prose

 

Auteur: Shan In XYZ

Beta-reader(s): Chibiusa

Status: En cours

Série: Angel Heart

 

Total: 11 chapitres

Publiée: 03-06-06

Mise à jour: 14-03-10

 

Commentaires: 35 reviews

» Ecrire une review

 

DrameAction

 

Résumé: Et si ce n'était pas Kaori qui était morte dans l'accident mais Ryô...

 

Disclaimer: Les personnages de "Angel Heart" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Astuces & Conseils

Qu'est-ce que les ratings veulent dire?

 

La classification des fanfictions repose sur le système américain utilisé pour le cinéma et par simplicité ce système est repris pour le classement des fanfictions. Les classifications les plus courantes sont: - G : pas de violence, pas de situation ou de référence à caractère sexuel (pas de nudité, pas de sexe, pas de drogue, ...) - Tout public - PG: Accord parental so ...

Pour en lire plus ...

 

 

   Fanfiction :: Les anges de Kaori

 

Chapitre 11 :: Chapitre 11

Publiée: 14-03-10 - Mise à jour: 19-04-14

Commentaires: A mon petit ange, dès que je pourrais je te ferais une belle fic rien que pour toi, tu la mérites... Bonne lecture à ceux qui suivent cette histoire, je vous en remercie, à bientôt.

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

Saeko terminait d’expliquer comment elle était tombée sur les deux adolescents avant qu’une bombe ne fasse exploser le bâtiment où se trouvait l’entreprise de jeux vidéo. Quand soudain, Kaori se détourna de la conversation car elle venait de se rendre compte que le café avait été déserté par tout le monde. Elle fit un signe de tête à Saeko qui s’interrompit et s’exclama :  

 

- Ils ont profité de notre conversation pour nous fausser compagnie et en plus, pas un pour rattraper l’autre, tous de mèche. On fait quoi maintenant.  

- C’est du Ryô tout craché, mais s’il croit que je vais le laisser entraîner des gamins dans cette histoire, il se met le doigt dans l’œil.  

- Et tu crois qu’on va pouvoir leur mettre la main dessus aussi facilement.  

- Certainement pas, mais ils ne perdent rien pour attendre, fit-elle en attrapant son téléphone.  

 

Soudain dans le parc, le téléphone de A-Xiang se mit à retentir, elle regarda le nom de l’appelant et mis la messagerie, aussitôt le téléphone de Xin Hong fit de même et il fit comme son amie. Sans doute espérait-elle les repérer grâce à leur téléphone car bientôt tous les passants les regardèrent en se demandant pourquoi il y avait un tel tintamarre de sonneries diverses et variées. Ils éteignirent leurs appareils pour être tranquille.  

 

- Alors les mioches, Maman s’est rendu compte de votre fugue, vous allez être privés de dessert, plaisanta Mick.  

- Très drôle, mais ce n’est pas le moment, on doit élaborer un plan pour coincer Toyama.  

- Parlez moi de ce gars, vous êtes tous au courant de ce qu’il a fait mais pas moi.  

- En résumé, il y a quelques années, un gamin qui s’était amouraché de Saeko, tuait tous les hommes qui s’approchaient plus ou moins d’elle, quand il a été démasqué il a tué Makimura car c’était lui, le seul vrai amour de Saeko et il a disparu, expliqua A-Xiang.  

- Très bien, donc plus de signe de vie pendant des années et soudainement il fait sauter un immeuble histoire de dire « coucou, je suis de retour » ?  

- Non il a commencé par écrire à Saeko, fit Xin Hong  

- Il lui écrit et fait sauter son ancien employeur, c’est bizarre, non ?  

- En fait, il y avait un nouveau jeu vidéo, dit Xin Hong.  

- Un jeu vidéo ?  

- Oui, c’est comme ça qu’il s’était fait prendre la première fois, il avait créé un jeu avec Saeko comme héroïne.  

- Et il a remis ça ? Des différences avec le premier ?  

- C’est ce qu’on a expliqué à Ryô, on est dedans et c’est pour ça qu’on est allé, là-bas.  

- Résultat, il a tout fait péter, ça nous avance beaucoup.  

- Dites donc, vous débarquez et vous permettez de critiquer, vous auriez fait mieux peut-être ? fit A-Xiang énervée.  

- Du calme, gamine, je ne fais qu’énoncer les faits. Donc si je résume bien ce gars en veut à la fliquette et seulement à elle.  

- Oui, mais…  

- Laisse moi finir, jeune fille, Kaori s’en mêle car il a tué son frère et Ryô ne veut pas qu’elle se salisse les mains, j’ai compris. Vous me dites que vous êtes dans le nouveau jeu, ce qui implique qu’il vous espionne.  

- Ca, faut pas être une flèche pour le deviner.  

- Certes non, mais ce que je comprends moi, c’est que ce gars là, est toujours amoureux de la Saeko, il aurait pu rester caché mais allez savoir pourquoi, il est de retour, qu’est ce qui l’a fait sortir de son trou ?  

- Quel est ton avis l’amerloque ? Accouche ! fit Ryô.  

- Ah tiens, t’es là, toi, je croyais que tu faisais la sieste.  

- Je vais t’en donner des siestes, moi !!!!  

- Doucement, restons concentrés, on ne sait pas pourquoi il a rappliqué, mais on sait quel est son objectif.  

- Saeko. Pourtant, il ne lui voulait pas de mal jusqu’à présent.  

- Elle a un mec votre fliquette ? Parce que si c’est le cas, je le planquerais de suite.  

- Non, elle a personne mais tu me donnes une idée fit Ryô.  

- Je ne sais pas pourquoi mais je la sens pas du tout ton idée, fit l’américain.  

- Tu vas adorer.  

- Sans blague, allez annonce la couleur mais je suis sûr que j’ai pigé.  

- Elle te plait bien, Miss Belles Gambettes, donc tu la lâches plus.  

- C’est bien ce que je craignais, tu veux que je la drague, comme ça il sortira de son trou pour me buter.  

- Oh ! tu vas pas te plaindre, elle est bien roulée Saeko.  

- Je dis pas le contraire, mais j’ai pas envie qu’elle me foute en taule pour harcèlement sexuel.  

 

Tout le groupe éclata de rire devant la mine peu réjouie de Mick. Ce dernier accepta sa mission malgré tout. Garder un corps comme celui de l’inspectrice, c’était une mission qui ne se refusait pas.  

 

Une tactique fut élaborée pour réagir aux attaques éventuelles de Toyama. Chacun avait désormais un rôle bien défini à jouer en espérant qu’ils parviennent à coincer ce gars définitivement.  

 

Maintenant que le plan était en place, il fallait retourner au café, mais là se trouvait bien pire que l’histoire Toyama, deux femmes en colère les attendaient sûrement et elles allaient sûrement les soumettre à un interrogatoire en règle.  

 

Falcon revint le premier, il avait pris le soin de prendre quelques courses au passage et s’excusa d’avoir dû s’absenter en laissant les deux gamins au comptoir. Kaori le regarda d’un air peu convaincu et lui montra qu’il n’y avait personne au comptoir et il dit que décidemment on ne pouvait vraiment compter sur personne.  

 

A-Xiang et Xin Hong arrivèrent peu de temps après accompagné de Mick.  

 

- Excusez-moi, mesdames, je vous ai emprunté ces deux jeunes gens pour visiter la ville, mais ils sont pas très coopératifs.  

- Tu parles, il voulait qu’on lui fasse faire le tour des cabarets fit A-Xiang  

- Ouh, la vilain cafteuse, Ryô me les aurait sûrement montrés si tu nous avais pas suivi, un vrai pot-de-colle cette gamine.  

- Je me doutais que votre soi-disant visite guidée n’était pas portée sur le tourisme  

- Et alors, qu’est ce que ça pouvait bien te faire, je viens ici pour voir mon pote, je découvre qu’il n’est plus de ce monde, j’ai pas droit à un peu de réconfort ?  

- Du réconfort ! Vous vous moquez de qui ?  

- De personne, si je veux parler à mon ami, ya qu’à travers ce mioche, donc je voulais essayer, on se serait remémorer le bon vieux temps, mais non, il a fallu que tu t’en mêles et du coup j’avais l’impression d’être une baby-sitter !  

- N’importe quoi, fit A-Xiang en soufflant tout en allant s’asseoir au comptoir.  

- Et répondre à mes appels, fit soudain Kaori.  

- Il nous a piqué nos téléphones, sûrement pour pas que tu saches où il était passé. Mais c’est bon, on les a récupérer, c’est pas un grand-père qui va nous la faire, fit Xin Hong  

- Un quoi, non mais vous vous prenez pour qui ? Vous vous étiez même pas aperçu que je vous les avais pris. Enfin, si, quand vous avez voulu appeler votre Maman pour lui dire que le vilain monsieur, il faisait que vous embêter !  

- Ca suffit vos gamineries, hurla Kaori, on va dire que je crois à toutes les âneries que vous avez débité, mais je vous préviens je vous ai à l’œil, un seul faux pas et ça va barder pour votre matricule ! Compris !  

- Je peux te parler deux minutes, murmura Saeko en entraînant Kaori dans les toilettes. Ils nous mènent tous en bateau, pour ne pas dire qu’ils se fichent carrément de notre figure.  

- Je sais, mais tu veux que je fasse quoi ? Ils sont revenus, maintenant on va les surveiller, on les lâche plus.  

- D’accord, comment on se répartie la tâche ?  

- Je m’occupe des gamins, désormais ils ne s’occupent d’aucune affaire sans moi.  

- Et Falcon ?  

- On passe la majeure partie de notre temps ici alors on va dire qu’il fait partie des mioches. En plus, je ne pense pas que ce soit de lui que nous devions le plus nous méfier. Toi, tu essaies de voir à quoi joue le grand dadais américain.  

- Merci du cadeau. Tu crois tout de même pas que je vais passer mon temps à suivre cet obsédé sexuel ! Il croirait que je craque pour lui.  

- Embauche-le, il cherche du travail.  

- Comment ça ?  

- Tu lui refiles du boulot, comme à Ryô, et puis en plus tu peux t’amuser pour le paiement en lui faisant des promesses, si tu vois ce que je veux dire.  

- Ah oui, et en plus ça me rappellera le bon vieux temps.  

- Sans compter que ça t’évitera de faire tremper les gamins dans des trucs un peu trop chauds.  

- T’es vraiment une mère poule, toi, allez top là, fit-elle en levant la main pour taper dans celle de Kaori qui pouffa de rire.  

 

Elles retournèrent dans le café où tout le monde attendait accoudé au comptoir. Kaori appela A-Xiang et Xin Hong.  

 

- Allez, les enfants, on rentre à la maison, je suis épuisée, bonne soirée tout le monde.  

- Bonne soirée, répondit Umibozu.  

- Ah mince, j’allais oublier, fit Kaori en faisant demi-tour. J’ai oublié de faire les présentations, Saeko, je te présente Mick Angel, apparemment l’ancien associé de Ryô quand il était aux Etats-Unis. Ce monsieur cherche du travail, à l’entendre c’est le numéro un dans le milieu, je suis sûre que tu vas lui trouver quelque chose.  

- Possible, répondit la policière avec un regard amusé.  

- Hein, de quoi, fit Mick complètement abasourdie.  

- Vous m’avez dit être venu ici pour travailler avec Ryô, il n’est pas là, mais il travaillait souvent avec Saeko, ça pourrait vous arranger, non ? Oups, j’ai oublié, Mick, je vous présente Saeko Nogami, Commissaire de Police.  

- Vous êtes folle, elle va me foutre en taule.  

- Arrêtez de plaisanter, bon allez, maintenant on file, bonne soirée tout le monde.  

 

Elle quitta le café avec les deux adolescents qui la suivaient docilement car ils se demandaient à quelle sauce ils allaient se faire manger.  

 

- Je peux vous trouver où, vous avez un téléphone, quelque chose ? attaqua directement Saeko.  

- Je viens d’arriver en ville, j’ai pas eu le temps de…  

- Tenez, prenez ça, fit Saeko en lui donnant un portable rose fluo, je vous appelle demain. J’espère que vous êtes aussi bon que vous le prétendez. Bye, beau blond.  

 

Et elle quitta aussitôt le café, Mick était resté la bouche ouverte, ces deux nanas ne manquaient pas d’aplomb, l’affaire serait peut-être moins aisée qu’il ne l’avait cru…  

 

- Eh réveilles toi, idiot, cria Umibozu. T’aurais pas oublié ta mission ?  

- Eh oh, du calme le gros nounours !  

- Répète un peu pour voir ? fit Falcon en sortant son bazooka  

- Qu’est ce que j’ai dit de mal, c’était gentil, non ?  

- Arrête tes conneries et fais ton boulot ! T’es son garde du corps ou pas ?  

- Et quel corps, fit-il avec un regard libidineux et il fila aussitôt à la poursuite de Saeko.  

 

Elle était presque arrivée chez elle quand elle remarqua une présence, elle se retourna rapidement, arme au poing et tomba nez à nez avec un américain en caleçon.  

- Je peux savoir ce que vous foutez là ? Et dans cette tenue.  

- Je sais pas où dormir, fit-il la larme à l’œil, le gros du café me veut pas chez lui et Kaori encore moins, vous pouvez pas me dépanner pour cette nuit, je suis prêt à faire don de mon corps si vous voulez.  

- C’est pas la peine, fit Saeko après s’être pris une bordée de libellules sur la tête.  

- Allez soyez sympa, je serais sage.  

- Vraiment ? Je connais déjà un phénomène dans votre genre…  

- Oui mais, il fait froid dehors, s’il vous plaît, soyez gentille, fit-il en se jetant à ses genoux la mettant plus que mal à l’aise vis-à-vis de quelques voisins qui assistaient à la scène.  

- Bon, d’accord, j’ai une chambre d’ami, mais juste pour cette nuit, compris !  

- Tout ce que vous voudrez, vous êtes admirable, vous êtes une déesse, je vous baiserai les pieds et puis…  

- Ca suffit, vous allez seulement dormir et surtout arrêter vos conneries, compris.  

- Oui, Commissaire de mon cœur, dites vous croyez au coup de foudre.  

- N’importe quoi, taisez-vous où je change d’avis.  

- D’accord Mi Amor, fit-il en la regardant avec un regard passionné.  

- Votre chambre est là, bonne nuit !  

- Merci ma douce…  

- Et attention pas de visites nocturnes, sinon…  

- Des quoi ?!  

- Vous ne savez pas ce que c’est ? Vous n’êtes pas tout à fait comme…  

- Comme qui ?  

- Rien, bonne nuit, à demain.  

- Buenas Noche, Mi Amor, un petit bisou ?  

- NON !  

- Ok, je dors…  

 

A peine dans sa chambre, Saeko, ferma sa porte à double tour et sauta sur son téléphone. Kaori qui venait à peine de mettre la tête sur l’oreiller était prête à passer un savon à qui lui téléphonait aussi tard mais quand Saeko lui expliqua la situation, elle lui dit qu’elle compatissait mais éclata de rire dès qu’elle eu raccroché.  

 

Cette affaire était loin d’être réglée mais en plus ça risquait d’être assez amusant pour certains et épuisant pour d’autres.  

 

 

 

 

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de