Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autore: Kaochan23

Beta-reader(s): Grifter

Status: Completa

Serie: City Hunter

 

Total: 9 capitoli

Pubblicato: 29-10-07

Ultimo aggiornamento: 25-03-08

 

Commenti: 58 reviews

» Scrivere una review

 

HumourRomance

 

Riassunto: Kaori a une nouvelle passion et Ryô un nouveau job en plus City hunter. Entre humour et romance.

 

Disclaimer: Les personnages de "CROQUERAS OU PAS" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

I haven't received the activation email.

 

If you didn't receive the activation email, you probably entered an incorrect email address or you are using Caramail (that refuses automatic emails). In this case, contact me using the email address you put in your profile or one that you want to use instead, and give me your pseudo and password.

 

 

   Fanfiction :: CROQUERAS OU PAS

 

Capitolo 1 :: Une passion retrouvée

Pubblicato: 29-10-07 - Ultimo aggiornamento: 29-10-07

Commenti: Me voilà pour une nouvelle fic qui sera plus longue que les deux oneshot. J'espère qu'elle vous plaira. Lâchez vous pour les reviews. encore merci à Grifter pour les corrections malgré tout son travail.

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

[g]Chapitre 1 : Une passion retrouvée.[g]  

 

[a] Dans un immeuble de briques rouges, une jeune femme observait son compagnon qui, depuis cette nuit, était devenu son amant. Toute à sa contemplation, elle se remémora comment ils en étaient arrivés là.[a]  

 

[g]FLASHBACK[g]  

 

[i]Quelques mois auparavant[i]  

 

[a] Dans ce même immeuble, la jeune femme se réveilla d’une nuit trop courte d’avoir attendu son compagnon. Ce dernier avait, comme à l’accoutumée, fait la tournée des bars en compagnie de son acolyte.  

 

- Encore une journée à supporter ses sarcasmes, à le voir draguer toutes les autres femmes. Et moi, pauvre idiote jalouse, je vais sortir mes massues. J’en ai marre !!!! Murmura Kaori.  

 

Elle sortit de sa chambre et se dirigea vers la salle de bain. Une fois prête, elle s’attela à la préparation du petit déjeuner. Malgré ses dires, elle avait laissé la plupart du repas à son partenaire se contentant pour sa part d’un simple café. En effet, cela faisait longtemps qu’ils n’avaient pas eu de clients et les sorties quasi quotidiennes du nettoyeur n°1 du Japon n’arrangeraient rien aux finances. (Ndebéta : La pauvre, voilà qu’elle se prive pour lui lol)  

Une fois son café avalé et sa tasse rangée, elle sortit de l’appartement pour aller voir s’il y avait une demande de travail et se rendre ensuite au Cat’s. Elle avait décidé de ne pas réveiller son partenaire comme elle le faisait quotidiennement.  

 

- Bonjour tout le monde, fit Kao en s’installant sur son tabouret.  

- Bonjour Kaori, toujours pas de client ? Interrogea Miki en posant une tasse de café accompagnée d’un croissant devant son amie.  

- Merci…Non toujours pas. Le croissant n’était pas nécessaire, j’ai déjà mangé ce matin.  

- A d’autres. Je vois bien que tu as encore perdu du poids. Il n’en a toujours pas fini avec ses sorties, s’emporta la tenancière en regardant son amie pâle.  

- Ce n’est rien, on ne le changera pas.  

- Toujours à prendre sa défense…  

- Miki…  

- Ok, ok parlons d’autre chose, fit l’ex-mercenaire en voyant la petite mine qu’affichait son amie.  

 

Ryo avait perçu Kaori se mouvant dans leur appartement et attendu avec impatience qu’elle vienne le tirer du lit comme d’habitude, même si cela risquait de lui valoir un bon coup de massue comme souvent c’était le cas lorsqu’il l’enlaçait par surprise, la prenant soit disant pour Saeko ou Miki. Quand il entendit la porte d’entrée se refermer, il sentit un pincement au cœur. Le nettoyeur avait conscience qu’il la poussait à bout.  

Il se décida enfin à se lever et à s’apprêter. Il ingurgita rapidement son petit déjeuner, remerciant mentalement sa moitié de lui avoir concocté un véritable festin et à la vue de la seule tasse comprit qu’elle s’était privée.  

 

« Mon ange, tu as encore pensé à moi avant toi, soupira-t-il en son fort intérieur. Je t’aime mais je ne te le dis pas. Je préfère te faire mettre en colère et me retrouver sus des massues. Combien de temps vas-tu encore tenir ? » (Ndebéta : Egoïste va !:()  

 

Arrêtant là ses réflexions, le nettoyeur joua son rôle en débarrassant sa table. (Nda plus fort que Mr Propre, Ryô Saeba) (Ndebéta : Pour une fois qu’il participe lol c’est un minimum gr) Une fois sa tâcha terminée, il partit rejoindre sa partenaire tout en draguant avec le résultat qu’on lui connaît. (Ndebéta : Oui, il s‘est encore prit des vestes hi hi)  

 

Au café, Eriko les avait rejointes, apportant avec elle une grande chemise cartonnée.  

 

- Salut la compagnie, comment allez-vous ce matin ? Demanda-t-elle aux deux jeunes femmes. Kao ma chérie, je t’ai apporté une surprise, dit la jeune styliste, tout en tendant la chemise à la petite brunette.  

- Qu’est-ce que c’est ? Demanda Miki, très curieuse de nature.  

- Je ne sais pas, renchérit la 2nde moitié de City Hunter.  

- Ouvre ! Tu vas être surprise !  

- Oh mon dieu ! S’exclama la jeune femme aux cheveux court en ouvrant le carton. Tu les as gardés !  

- Comme tu le vois.  

- C’est magnifique ! S’extasia Miki en prenant délicatement une feuille pour l’admirer.  

- Cela faisait longtemps que je ne les avais pas vus. Ca remonte à loin…Au départ de Yoshi en fait…  

- Pourquoi n’as-tu pas continué ? S’étonna son amie. Tu es douée !  

- Après le départ de mon ami, je n’avais plus envie de continuer puis j’ai commencé des études auxquelles la mort de mon frère a mis fin.  

- Tu devrais reprendre des cours. C’est dommage de laisser perdre ton talent, l’encouragèrent ses amies en chœur.  

- Regarde ce que l’on m’a donné, fit Eriko en lui tendant un prospectus.  

- Ce serait bien. J’aurais une occupation autre que Ryô mais le problème est que je n’ai pas l’argent pour, fit Kaori en reposant le papier sur le comptoir.  

- Kaori, tu te souviens des séances photo que tu as faites pour lesquelles tu ne voulais pas être payée et bien voici tout ce que tu as gagné ainsi que les dividendes sur les modèles que tu portais et qui ont été vendus, annonça Eri en tendant un livret à la jeune femme.  

- Mais c’est trop ! Protesta Kaori.  

- Je ne veux rien entendre. Tu l’as gagné. Tout travail mérite salaire et cela te fera un revenu pour les périodes de vaches maigres qui sont encore présentes à ce que je vois.  

- Elle a raison ma puce. Pense un peu à toi avant les autres, rajouta Miki.  

- Vous avez raison. Je vais me renseigner, fit Kaori tout en prenant le prospectus. A plus les filles.  

 

Elle quitta le café et partit en direction du centre-ville. Quelques minutes plus tard, un pervers brun entra au Cat’s tout en s’envolant vers les 2 jeunes femmes présentes.  

 

- Mes chéries, dans mes bras !  

 

Il n’atteignit pas ses cibles, arrêté de plein fouet par un plateau et un tabouret.  

 

- Méchantes ! Vous allez abîmer l’Etalon de Shinjuku. Elle n’est pas là ma partenaire ? S’enquit-il en balayant la salle du regard.  

-Pourquoi la cherches-tu ?  

- Pour rien. Miki ma douce, un café s’il te plait.  

 

Remarquant soudain le croquis qui trainait sur le comptoir, il y jeta un œil et lâcha:  

 

- C’est toi qui l’as fait ? Tu as du talent !  

- Non, c’est une amie qui me l’a offert.  

- Je la connais ? Elle est belle ? Demanda le brun avec sa tête de pervers.  

-Oui, tu l’as connais mais d’après toi c’est une planche à pain sans talent, rétorqua Eriko excédée par son attitude. Comme tu peux le voir, elle est douée pour au moins une chose, poursuivit-elle en se levant. Miki, à bientôt et passe à la boutique quand tu veux.  

 

Dans le café, les heures s’écoulèrent lentement. Ryô, comme toujours s’amusait à énerver Falcon entretemps revenu des courses. Cependant, il ne put s’empêcher de jeter à plusieurs reprises un coup d’œil au dessin de Kaori et se demanda pourquoi elle n’avait pas continué. La quiétude prit fin avec l’arrivée du 2nd pervers, blond et Américain.  

 

- Miki, ma belle ! Laisse tomber Umi et ce dragueur de pacotille. Envolons-nous vers des paradis d’amour ! S’écria-t-il en se déshabillant. (Ndebéta : Des paradis d’amour ? Mick ne veut pas plutôt dire un love hôtel ?) (Ndel’auteur : Pour une fois qu’il est un peu plus poète !)  

- Dragueur de pacotille !!! Tu ne manques pas d’air, dragueur à 2 yens ! S’exclama son jumeau brun.  

- Ne touche pas à ma femme ! Aboya Falcon en lui faisant voir de près le plateau qu’il tenait en main.  

- Faloux, fit Mick en se relevant difficilement. Tiens ? Ma douce Kaori n’est pas là ? Je suis tout triste.  

- Fiche-lui un peu la paix ! Bougonna Ryo le nez dans sa tasse café.  

- Môssieur est de mauvaise humeur !  

- Non mais tu n’en a pas marre de courir après une chose mi-homme mi-femme ?  

 

A peine eut-il finit sa phrase que Ryô fut encastré dans le comptoir par une massue où l’on pouvait lire « je suis une femme ! » (Ndebéta : Bien joué Kaori !)  

 

- Bonjour mon petit rayon de soleil. Tu m’as manqué ce matin, dit l’Américain en posant sa main sur le postérieur de la nouvelle arrivante.  

 

Son geste fut salué par une massue.  

 

- Miki, Falcon, désolée ! Se confondit en excuse la partenaire de Ryô en voyant les dégâts qu’elle venait d’occasionner. Tenez ! Voici pour les réparations.  

- D’où sors-tu cet argent ! On n’a pas eu de travail depuis des semaines ? Lâcha Ryô, éberlué devant la liasse de billets étalés sur le comptoir.  

- Ca ne te regarde pas ! En tout cas, ce n’est pas grâce à toi. Maintenant on rentre, j’ai besoin de toi pour ramener les courses. A plus tout le monde ! Fit-elle à l’assemblée en empoignant pas l’oreille droite son partenaire en en tirant fermement dessus. Aussitôt Ryô se résigna à lui emboiter le pas tout en geignant en se massant sa pauvre oreille rouge écrevisse.  

 

Le couple City Hunter retourna à son immeuble, la moitié masculine chargée des nombreux paquets. Arrivé à la cuisine, Ryô déposa le tout sur la table et alla s’étendre sur le canapé avec ses revues préférées, fourbu. Il n’osait demander à Kaori comment elle avait pu acheter autant de choses, sachant pertinemment que leur compte était dans le rouge. Quelques minutes plus tard, la jeune femme réapparut dans le salon et demanda à son partenaire de surveiller la cuisson du poulet le temps qu’elle montait ses dernières affaires dans sa chambre. Malgré un grognement pour la forme, le nettoyeur ne fit pas de commentaire et accepta sans broncher.  

La jeune femme rangea son nouveau matériel dans sa chambre en attendant de trouver plus de place. La sonnerie du minuteur retentit et elle entendit Ryô se mouvoir dans la cuisine. Elle attendit qu’il l’appelle pour venir à table et constata avec plaisir qu’il l’avait dressé sans qu’elle le lui demande.  

 

- Merci Ryô d’avoir mis la table.  

- C’était la moindre des choses. Pourquoi es-tu partie si vite ce matin sans me réveiller ? Je t’ai attendue.  

- Euh… Je ne sais pas, j’ai eu envie de changer.  

- En parlant de changement, comment as-tu fait pour payer tout ca alors que, d’après toi, le compte en banque est dans le rouge ?  

- Et c’est seulement maintenant que tu t’en préoccupes ?  

- Après quelques massues, oui ! Dis-moi !  

- Eriko me rémunère pour les photos et défilés que j’effectue pour elle et j’ai une part sur les modèles que je porte s’ils sont vendus. Elle a mis l’argent sur un compte à mon nom. Toutefois, cela ne doit pas t’empêcher de chercher du travail pour ton compte en banque et payer tes soirées, termina-t-elle en nappant sa cuisse de poulet de sauce.  

- On n’a plus de compte en commun ?  

- Tu as tout compris. J’en ai marre de toujours attendre après toi. J’ai décidé de penser à moi et d’être égoïste à mon tour.  

- Je suis égoïste ?????????  

- Oui !!!!! J’en ai assez de me serrer la ceinture pour le bon vouloir de Mr Saeba ! Cependant, puisqu’ avoir quelque chose en commun te tient tant à cœur, je te propose que chacun donne 1/3 de ses revenus pour les dépenses ménagères, le reste est pour soi.  

- Ok ! Vas-tu aussi mettre fin à notre partenariat ? Demanda Ryô avec un serrement au cœur, bien qu’il ne laissa rien paraître.  

- Non, je serai là quand tu auras besoin d’aide et puis c’est toujours bien d’avoir un 2nd revenu, expliqua Kaori. Finissons de manger avant que ça refroidisse.  

Ryô se tut et mangea de mauvaise grâce, il n’avait plus très faim, tout à coup.  

 

A la fin du repas, il alla s’écrouler sur le canapé pour faire la sieste pendant que Kaori finissait de ranger. (Ndebéta : je vois qu’il a vite repris ses habitudes lol, il pourrait pas lui proposer de faire la vaisselle un peu ?) (Nde l’auteur : Chasser le naturel et il revient au galop) Une fois le ménage terminé, elle se rendit à la cave pour aller changer certaines affaires qu’elle avait laissées dans les cartons lors de son emménagement. Son retour dans le salon réveilla le beau brun. Il prit un des cartons et le monta dans la chambre de Kaori et au lieu de partir, il resta pour voir ce qu’ils contenaient. Quand il vit le matériel acheté, il demanda à sa partenaire pourquoi elle avait arrêté le dessin.  

 

- Ma décision d’arrêter remonte au lycée. J’avais un ami qui était beaucoup plus doué que moi et qui m’a enseigné les bases. Il s’appelait Yoshi Natsume.  

- A ton air rêveur, je me doute qu’il ne te laissait pas indifférente, rétorqua Ryô rongé par la jalousie à la pensée qu’un autre ait pu embrasser son ange.  

- Oui mais ce n’est pas pour cela que j’ai accepté ses cours de dessin. J’en avais envie. Il est parti à la fin du lycée pour Paris et notre séparation s’est mal passée.  

- Pourquoi ?  

- Il m’avait montré un dessin en disant que c’était la vraie moi mais, même s’il avait raison, je ne voulais pas le reconnaître.  

- Attends voir, tu devais être dessinée avec des cornes et des massues tel un démon, fit Ryô pour détendre l’atmosphère.  

 

Il ne put éviter la massue où l’on pouvait lire « la massue c’est pour toi ! » Elle attrapa son carton à dessin et sortit le prévenant quelle rentrerait tard. La porte refermée, le nettoyeur se redressa et entreprit de la suivre sous couvert de la protéger mais, en réalité, il n’était pas rassuré après son récit. Ainsi, elle avait aimé un autre garçon que lui… Elle pouvait bien recommencer et le quitter. (Ndebéta : Et tu l’aurais bien mérité beau gosse pour la faire autant souffrir lol)  

 

Après quelques minutes de filature, il la vit pénétrer dans un immeuble d’où sortaient des jeunes femmes. Il fut rassuré car l’enseigne à l’entrée du bâtiment indiquait : « Cours de dessin réservé aux filles ». Evidemment l’Etalon qu’il était ne put s’empêcher de draguer de manière ostensible ces dernières mais ne reçut que des coups de sacs et de chevalets en retour de ses avances libidineuses. Cependant, il n’avait pas pris garde au fait qu’une feuille volante était attachée à la porte et que cela allait lui réserver quelques surprises plus tard.  

Le nettoyeur décida de s’installer dans le petit café d’en face d’où il avait une vue dégagée sur la sortie que ne manquerait pas d’emprunter sa charmante partenaire. Kaori avait prit rendez-vous avec la codirectrice de l’association pour lui montrer ses dessins et attendait, nerveuse, l’opinion de celle-ci quant à ses essais.  

 

- Melle Makimura, vous avez un talent certain ! Déclara son interlocutrice. Pour commencer, nous allons vous mettre au 2ème niveau afin de vous remettre les bases en tête, ensuite nous aviserons. Cela vous convient-il ?  

- Oui, merci mais vous pouvez m’appeler Kaori.  

- D’accord, dans ce cas, appelez-moi Hikari. Je vous attends demain à 17 heures.  

- A demain donc.  

 

La jeune femme sortit de l’immeuble, contente de son entrevue et se dirigea vers un magasin de fournitures de dessin. Elle venait de prendre la décision de renouer avec ses premières amours en dépit de l’absence de Yoshi à ses cotés. [a]  

 

 

A suivre…  

 

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de