Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated PG-13 - Prosa

 

Autore/i: Daniela_Kaori

Traduttore/i: Rosi-chan

Beta-reader(s): Kairi, Libellule, Blue

Status: Completa

Serie: City Hunter

Original story:

La notte dell' Alba

 

Total: 23 capitoli

Pubblicato: 26-05-04

Ultimo aggiornamento: 31-03-05

 

Commenti: 111 reviews

» Scrivere una review

 

ActionRomance

 

Disclaimer: Les personnages de "La nuit de l'Aube" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo. BETA DE CHOC(presque co-traductrice ^_-): Kairi!!!!

 

Tricks & Tips

Can I change an offline translation into an online translation ?

 

Yes. The author of the original story has to be a member and he has to have posted the fanfiction that was translated. Then, you have to send me an email asking me to change the st ...

Read more ...

 

 

   Traduzione :: La nuit de l'Aube

 

Capitolo 1 :: Préparatifs

Pubblicato: 26-05-04 - Ultimo aggiornamento: 27-05-04

Commenti: Cette fic est une très vieille fic italienne. Elle a été en effet completée dans le loin 1998. Mais j'adore cette fic, moi *___*. C'est vraiment une de mes fic italiennes preferées, donc je voulais la partager avec vous tou(te)s. J'espère que vous l'aimerez autant que moi. Je remercie Kairi, ma beta de choc!!! Sans elle, je n'aurais pu vous offrir cette traduction. Bisous ma grande!!! Bonne lecture ^___^.

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23


 

15/11/1998 - Malgré le fait qu’elle n'ait été complétée que maintenant, cette fic est née entre le mois d’Avril et de Mai 1998 (le manga était encore en cours), par conséquence, les références au manga que vous trouverez durant votre lecture vont concernés cette période (Ryo et Kaori par exemple travaillaient ensemble depuis seulement 4 ans...) Donc la fanfic développe de façon alternative et absolument indépendante des évènements qui ont caractérisé les derniers tomes du manga.  

 

L'auteur  

 

 

Elle ouvrit les yeux lentement et s'aperçut qu’elle se trouvait dans sa chambre, allongée sur son lit. Le téléphone, posé sur la table de nuit, resonnait Dieu sait depuis combien de temps. Dans la pénombre de la pièce, Kaori se tourna entre les draps, décrocha à coup sûr le combiné et l' approcha de son oreille:  

 

― Qui est à l' appareil? ― demanda-t-elle d' une voix pétrie du sommeil.  

 

De l' autre côté de l’appareil une voix familière répondit surprise:  

 

― Kaori, tu dormais encore?! C‘est vrai que je t’ai dit de te reposer mais ça fait au moins trois heures que tu dors maintenant... Qu' est ce qu' il y a? Tu ne te sens pas bien ? ―  

 

Kaori s' assit sur le lit et, en tout regardant autour d' elle, essaya de se reprendre:  

 

― Non Ryô, tout va bien ― dit elle ― mais la maison est plongée dans le silence et on dort vraiment bien. Et toi qu' est ce que tu fais? Tu es toujours avec Saeko? ― . A cette pensée la voix de Kaori s' altéra légèrement.  

 

Ryô, à l‘autre bout de fil, se voulut conciliant:  

 

― Allez Kaori, je te l' ai dit: je n' ai accepté ce boulot que pour te donner la possibilité de récupérer....... C'est que j’y tiens à ta santé, moi! ― .  

 

Connaissant la vérité, Kaori perdit patience:  

 

― Espèce de cochon! Obsédé! Dépravé! ― hurla-t-elle ― tu penses que je suis si stupide que ça?! Tu profites de cette histoire d' accident seulement pour me tenir à distance et pour faire ce que tu veux avec Saeko. Mais rappelle-toi que demain matin tu reviens à la maison et, si j’ai connaissance de tes guet-apens nocturnes ou quelque chose du même genre, je te jure que tu ne t’en tireras pas comme ça! ― .  

 

Ryô, l’entendant hurler, avait promptement éloigné le combiné de son oreille, mais lorsqu' il remarqua le silence de l'autre côté, avec un certain sadisme, il le rapprocha et il dit:  

 

― Kaori, mais dis-moi... tu ne seras pas jalouse de moi?! ―  

 

― Jalouse mon oeil! ― explosa-t-elle ― C’est de ta faute si nous avons aussi peu à faire : les clientes ont peur de s' adresser à un type comme toi. Alors, au moin pour une fois comporte-toi bien et fais en sorte de retrouver un peu de ta crédibilité, espèce de crètin! ―  

 

Puis elle lui raccrocha le téléphone au nez et se laissa tomber sur le lit en proie à un violent mal de tête; Ryô par contre, raccrocha amusé et se tourna vers Saeko qui venait de finir de faire sa valise.  

 

― J' ai pu entendre la voix de Kaori même de l' autre chambre! ― s' exclama la femme, stupéfaite ― Pourquoi ne lui as-tu pas permis de venir avec nous? Nous pouvions très bien la faire passer pour ta sœur... ― " Et puis j' aurai été plus tranquille " ajouta-t-elle en elle-même.  

 

Ryô la regarda pensif et s' alluma une cigarette:  

 

― Elle a eu un incident de voiture au cours d‘une poursuite, il y a cinq jours ― répondit-t-il ― Heureusement ce n'était pas grave, mais comme une de ses blessures s’est infectée, elle est maintenant sous de puissants antibiotiques qui lui ont provoqué quelques évanouissements. Elle n' est tout à fait à même de venir avec nous. ―  

 

― Et tu fais toujours agacer comme ça les personnes qui devraient se reposer?! ― s' exclama Saeko d' un air désappointé .  

 

Ryo éteignit sa cigarette: ― Ouais. Peut être je l' ai taquinée un peu trop ― admit-il et il téléphona de nouveau chez lui. Kaori sursauta une fois encore, attrapa le téléphone avec impétuosité et hurla un furieux: « Saeba, qui parle?!? ».  

 

Sous le choc, Ryô resta silencieux un court instant avant de se reprendre:  

 

― ......Kaori... si tu réponds comme ça, c’est pas étonnant que les clients s’affolent... ― .  

 

― Ah! C'est toujours toi? Que veux-tu encore? Ne nous sommes pas déjà tout dit ? ―  

 

― Ecoute, je voulais te dire que... que dans une heure je passerai prendre ma valise.―  

 

― Ah... ok ― .  

 

― Et.... De toute façon... tu le sais bien que ce boulot ne m' enthousiasme pas du tout. S' il ne s' agissait pas d' un témoin aussi important, je n' aurais jamais accepté de protéger un criminel comme celui-là ―  

 

― Ouais! Et s' il ne s' agissait pas de Saeko qui t' as promis un Mokkori... ― continua-t-elle sarcastique.  

 

― En effet! ― lui fit écho Ryô avec enthousiasme, et tout de suite il se mordit sa langue:  

 

- C' est à dire... non... Ca n’a rien à voir!!... C' est pas à cause de ça! ― bégaya-t-il gêné.  

 

Kaori soupira résignée: ― Bah, ça m’importe peu, essaye juste de faire du bon boulot. Et, de toute façon, rappelle-toi qu' à ton retour, j' agirai en conséquence! ― ajouta-t-elle d' un ton menaçant.  

 

― Mais bien sûr Madame ― .  

 

― Oui, ciao... ― coupa-t-elle, et elle raccrocha.  

 

" Il ne perd jamais une occasion pour faire l' idiot avec Saeko... Zut! je me suis reposée inutilement: maintenant je suis plus nerveuse qu' avant!"  

 

Kaori se mit debout lentement, entra dans la salle de bain et regarda avec résignation l' air décomposé de son visage. Sur son épaule gauche et sur son côté, les bandages qui couvraient ses blessures, pas encore cicatrisées, étaient plutôt évidentes, en plus elle avait quelques bleus sur ses jambes, rien de plus.  

 

" Je vais très bien, moi! " se dit-elle en repensant aux paroles de Ryô " Il a beau de dire que je dois me reposer, mais en réalité il se fiche de moi, ce n' est qu' une excuse, une très banale excuse pour se libérer de moi! ".  

 

Kaori regretta tout de suite cette pensée: effectivement, la nuit de la poursuite, lorsque sa voiture avait fini hors de la route, il s'était précipité pour l' aider; et malgré le fait qu’elle soit, à cet instant, étourdie et endolorie, le timbre de sa voix qui l'appelait désespérément était rester imprimé dans son esprit. Elle avait senti qu'il la prenait dans ses bras et qu'il la portait loin de la voiture avant qu'elle ne prenne feu et pendant les jours suivants plus d'une fois elle l' avait surpris la regardant d’un air préoccupé. Malgré les quatre années qui s‘étaient écoulées depuis leur première rencontre, Ryô était toujours un mystère pour elle: c’était ça la vérité. La plupart du temps, il était distant et aussi froid que de la glace et, elle, elle n’arrivait toujours pas à s’expliquer pourquoi, malgré tout, elle continuait obstinément à l’aimer. Elle ne comprenait pas pourquois au cours de cette nuit, tandis que la pluie tombait avec violence sur eux, en regardant la voiture en feu, elle s' était sentie aussi heureuse de se trouver dans ses bras.  

 

 

En soupirant, Kaori se déshabilla et laissa que l'eau fraîche de la douche lavait la fatigue et cette pensée si insistante. Effectivement ce soir il y avait bien autre chose auquelle elle devait penser.  

 

 

 

A suivre CHAPITRE 2- Par amitié  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de