Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: Kaori28

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 13 capitoli

Pubblicato: 20-11-05

Ultimo aggiornamento: 24-09-06

 

Commenti: 62 reviews

» Scrivere una review

 

General

 

Riassunto: City Hunter est à la croisée des chemins... Nos deux héros sauront-ils faire le bon choix quant au déroulement de leur destin ?

 

Disclaimer: Les personnages de "Le bon choix" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

Can I have my fanfiction proof-read?

 

Yes. You just have to choose one of the beta readers of HFC and contact that person by email. Don't forget to indicate the name of your beta reader when posting your story on HFC. Thanks.

 

 

   Fanfiction :: Le bon choix

 

Capitolo 8 :: L'aube d'un nouveau jour

Pubblicato: 14-05-06 - Ultimo aggiornamento: 14-05-06

Commenti: De retour après de longues semaines d'absence ^^ Le bac approche à grands pas mais je ne tenais pas à vous laisser en reste, donc voilà un nouveau chapitre qui, j'espère vous plaira ^^ Les rewiews sont les bienvenues ^^

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13


 

Immeuble de Ryô Saeba, 20h15  

 

Au dehors, le quartier de Shinjuku commençait à s'agiter. Malgré l'heure tardive, il régnait encore une certaine effervescence dans les rues. Ryô aimait voir cette animation. Et dire que les gens réussissaient à vivre pleinement, sans se soucier du lendemain... Quelle insouciance !  

Pourtant, notre nettoyeur les enviait... oh que oui... il leur enviait cette innocence, cette faculté qu'ils avaient de vivre le moment présent. Sa Kaori était comme ces gens, toujours pleine d'entrain, ayant toujours cette même candeur malgré l'environnement dans lequel elle évoluait. Il avait tout de même réussi à préserver la jeune femme de toutes les horreurs de son monde. Elle apportait un peu de lumière, un peu de "vie", dans son existence si sombre. C'était grâce à elle qu'il maintenait la tête hors de l'eau. Il n'osait même pas imaginer ce qu'il serait devenu s'il ne l'avait pas rencontrée...  

Plus fort encore, elle avait réussi à sonder le fond de son coeur, et à y faire naître l'amour. Un sentiment qu'il croyait éteint à tout jamais... et pourtant, voilà qu'il avait fini par tomber dans ses filets.  

Il n'en était pas mécontent, bien au contraire. Elle était la plus belle chose qui lui soit jamais arrivée et il était hors de question de la laisser s'en aller. Cette fois-ci, il ne lui en donnerait pas l'occasion...  

 

 

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*  

Au même moment,  

 

De douces odeurs s'échappaient à présent des nombreuses marmites et casseroles éparpillées sur la cuisinière. Lentement, Kaori souleva les différents couvercles afin de vérifier la cuisson des aliments. Un peu de sel, un peu de poivre, quelques épices par-ci, d'autres par-là... et elle laissa reposer le tout.  

Vérifiant si elle n'avait rien oublié, elle commença à mettre la table. Un claquement la fit sursauter. Elle se dirigea vers la source du bruit et se rendit compte qu'elle avait omis de fermer la fenêtre de la cuisine. De grosses bourrasques s'engouffraient dans la pièce, faisant frémir tiroirs et placards. La température avait soudainement chuté et ce temps maussade n'annonçait rien de bon. Après avoir verrouillé la fenêtre, elle alla chercher Ryô afin de se mettre à table.  

 

- Ryô ! hurla-t-elle du rez-de-chaussée, c'est prêt !  

 

Quelques secondes s'écoulèrent sans qu'aucun ventre sur pattes fasse son apparition. Kaori afficha une mine surprise.  

 

-Il ne doit pas être dans sa chambre, se dit-elle, sinon il m'aurait entendu.  

 

Hâtivement, elle prit la veste que son partenaire avait négligemment posée sur le canapé, et se dirigea vers le toit.  

 

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*  

 

Avant même de le voir, elle ressentit sa présence. Arrivée au seuil de la porte, elle vit un Ryô songeur, au visage sérieux et impénétrable. Afin de ne pas le déranger dans ses réflexions, elle laissa sa veste sur la poignée et reprit le chemin inverse. C'est alors qu'une voix familière l'interpella.  

 

" Tu peux rester Kaori, dit Ryô sans se retourner, viens près de moi.  

- C'est que je voudrais pas t'embêter, lui répondit-elle, un peu confuse. Tu avais l'air tellement lointain...  

- Et pourtant, l'objet de mes pensées était tout proche, lui dit-il, tout en la regardant intensément."  

 

Kaori resta sous le choc. Avait-elle bien entendu les paroles de son partenaire ? Cela ne pouvait pas être à elle qu'il pensait... A moins qu'il ne songe, à quelle combine il pourrait encore inventer pour la faire enrager...  

Mais cet après-midi... elle l'avait ressenti... cette chaleur qui émanait de lui. Elle était persuadée que ça n'était pas de nature amicale.  

S'était-il trop dévoilé, une fois de plus, ou était-il réellement sincère cette fois ? Elle émit un soupir silencieux. Ryô pouvait être tellement compliqué quelquefois... La jeune femme préféra faire comme si elle n'avait rien entendu, on verrait bien si il allait encore se défiler...  

 

"Bon, reprit-elle, tout en essayant de garder contenance, j'étais venu te dire que le dîner était prêt.  

- Je n'ai pas vraiment faim ce soir, lui dit Ryô.  

- Oh..., lui répondit-elle un peu déçue, eh bien je te laisse tout de même ton repas au frigo, au cas où tu aurais faim."  

 

Sur ce, elle allait redescendre lorsque son partenaire la rappela :  

 

"Kaori ! Restes... restes avec moi..."  

 

La jeune femme porta sa main gauche à sa poitrine. Sans vraiment le vouloir, des larmes commencèrent à inonder son visage. Il y avait quelque chose derrière ces mots. C'était un véritable cri du coeur que lui lançait Ryô !! Et ça l'avait touché au plus profond de son âme. Il n'y avait plus à douter à présent...  

Délicatement, deux bras la firent pivoter, jusqu'à ce que son visage rencontre le torse de son partenaire. Lentement elle releva la tête et rencontra le regard du nettoyeur. De prime abord, il semblait opaque et inexpressif mais quand on le connaissait aussi bien qu'elle, on apprenait à aller au-delà des apparences...  

La jeune femme reçut une vague de tendresse infinie. Elle se serra instinctivement contre la poitrine de son partenaire. Il n'y avait plus l'ombre d'un doute...  

Ryô afficha un tendre sourire. Il était serein. Elle avait finalement reçu son appel. Tout était clair, plus besoin de mots. Le geste demeurait seul langage de leur amour... Qu'est-ce qu'il pouvait l'aimer ! C'était affreux...  

 

" J'ai tellement besoin de toi, c'est atroce, dit-il sans s'en rendre compte. De toute manière il s'en fichait à présent, il n'y aurait plus de non-dits entre eux désormais...  

- Tu es mon âme soeur Ryô, j'en suis persuadée..., lui dit-elle alors le regard brillant."  

 

Ils se regardèrent amoureusement pendant de longues minutes. Peu à peu, de fines étoiles blanches tombèrent du ciel et vinrent se poser sur leurs épaules. Ce contact les fit légèrement frémir, mais ce fut assez pour les ramener à la réalité...  

Qui dit revenir à la réalité, dit se rendre compte de la situation... Notre Kaori n'était jamais devenue aussi écarlate en aussi peu de temps. Elle qui était si téméraire il y a à peine quelques secondes, se sentait toute petite devant l'homme qu'elle aimait.  

 

"Jevaisretournerenbas, baragouina-t-elle dans sa confusion"  

 

Ryô n'avait de cesse d'admirer ce spectacle. Il ne pouvait se délecter de voir ressortir l'innocence de ce petit bout de femme. Et dire que c'était la sienne à présent... Avant qu'elle ne reparte, il lui prit le bras et l'attira à lui. Le nettoyeur redevint sérieux et lui demanda :  

"Toujours ?  

- Toujours Ryô, lui répondit la jeune femme, les yeux pétillants."  

 

Dans un même élan, ils se prirent la main et quittèrent le toit.  

 

 

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*  

Baie de Tokyo, 22h47  

 

Le reflet de la lune s'allongeait sur l'eau. Lentement, le fleuve suivait son cours. Rien ne semblait pouvoir perturber cette tranquillité lorsque, soudain, une masse percuta la surface de l'eau.  

 

"En voilà un de moins, dit alors un homme à l'air patibulaire.  

- Ouais, répondit un autre gars, pas mieux fagoté, le boss s'ra content.  

- Pour sûr, ça mérite bien une ch'tite bière !  

- T'as bien raison, allons nous remplir la panse !"  

 

Aussitôt dit, aussitôt fait, les deux hommes quittèrent le bord de la baie et démarrèrent dans une fourgonnette noire...  

 

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*  

 

Cat's Eye 09h56  

 

Après des mois et des mois de galère, leur période de vaches maigres serait enfin terminée. Apparemment leur nouveau client était une femme. Kaori s'était sentie un peu frustrée en apprennant la nouvelle mais ils avaient vraiment besoin d'argent en ce moment. Comme d'habitude, ils étaient dans le rouge et la jeune femme avait de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. Elle savait mettre sa jalousie maladive de côté quand il le fallait... même si en réfléchissant, ça n'était pas vraiment souvent ^^ (Kaori : On t'a pas sonné la binoclarde, alors garde tes remarques pour toi ! l'auteur : si on a même plus de droit de faire des remarques maintenant...; Kaori, l'air menaçant, brandissant une massue : Tu disais ????? ; l'auteur : oh non, rien !!!).  

La clochette tinta et la sortit de sa rêverie : Ryô venait d'entrer dans le café.  

Automatiquement, un sourire béat s'afficha sur son visage. De son côté, Ryô n'était pas sans reste. Même s'il ne souriait pas, son regard en disait long sur son bonheur. Il avait passé une merveilleuse soirée en compagnie de son ange.  

 

Flash-back  

Même si celle-ci avait été silencieuse, elle n'aurait pas pu être plus parfaite. Après le dîner, ils allèrent se coucher dans le lit de Kaori. En tout bien, tout honneur, bien entendu ! Le maître mot de la soirée était la douceur et ils en avaient bien besoin en ce moment.  

Ce matin, le couple s'était réveillé dans les bras l'un de l'autre et étaient restés un bon moment à paresser. Cependant Kaori, qui n'était pas vraiment habituée aux grasses matinées, finit par se lever pour aller à la rencontre de leur future cliente. Ryô la rejoignit un peu plus tard.  

Fin du flash-back  

 

D'un commun accord, ils avaient tout deux décidé de ne pas mettre les autres au courant. Le jeune couple désirait profiter exclusivement l'un de l'autre pour le moment.  

C'est donc dans toute sa vigueur de jeune premier que notre nettoyeur se précipita sur la pauvre Miki. Elle s'apprêtait à répliquer lorsque avec toute la grâce qui lui était propre, Kaori cloua Ryô au mur avec une toute nouvelle massue intitulée " Fais gaffe à tes arrières ! ".  

 

"Toujours aussi douée ma chérie, lui dit Miki  

- Que veux-tu, lui répondit alors la jeune femme, tout en bombant le torse, j'ai du talent !  

- Je ne te le fais pas dire ! s'exclama l'ex-mercenaire. Ce don que tu possèdes, est-il exclusivement réservé à l'usage de la massue ou peut-il être, disons, recyclé dans un autre domaine ? chuchota Miki à l'oreille de son amie."  

 

Saisissant l'allusion, Kaori se rendit compte que la Miki était vraiment curieuse... Mais elle saurait rester imperturbable.  

 

" Tu as d'autres sottises de ce genre Miki ? lui demanda-t-elle alors, ironiquement.  

- Euh... non ! répondit celle-ci, l'air faussement innocent.  

- Dis-moi Miki, vous comptez blablater (nda: une de mes expressions, un peu farfelue faut le dire ^^) encore longtemps ou je pourrais enfin avoir mon café ? dit un Ryô agacé.  

Il prit place aux côtés de Kaori, restant debout face au bar.  

- Pas besoin d'être aussi grognon, tu vas l'avoir ton café, répondit la jeune femme, vexée d'avoir été interrompu.  

- Il a raison Miki. Redevenons sérieux, nous avons une cliente aujourd'hui, dit alors Kaori, l'air professionnel."  

 

L'ex-mercenaire se calma tout de suite. Lorsque Kaori prenait cet air-là, il valait mieux arrêter les plaisanteries et autres taquineries. Elle se retourna alors pour préparer le café.  

 

" Ils sont quand même bizarres ces deux-là, aujourd'hui, ne pouvait-elle s'empêcher de penser"  

 

Elle était bien loin de se douter que tout cela avait été une diversion habile, pour éviter à Kaori de s'aventurer en terrain glissant. Celle-ci d'ailleurs, remercia Ryô en entremêlant ses doigts aux siens, mine de rien. Le nettoyeur ressentit alors toute la sensualité de ce geste et l'amour que sa partenaire essayait de lui transmettre, par ce simple contact. Lentement, elle lui caressa la main et promenait ses doigts tout au long de son bras. Cela éveillait un brûlant désir en lui et la jeune femme semblait prendre plaisir à le martyriser. D'ailleurs, celle-ci le regarda d'un air mutin. Il y répondit par un sourire aguicheur mais retrouva bien vite son expression habituelle lorsqu'une jeune femme fit son entrée dans le café.  

Ryô ne décolla pas du sol, comme à l'accoutumée, et pour cause...  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de