Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prose

 

Auteur: Noa

Status: En cours

Série: Cat's Eye

 

Total: 14 chapitres

Publiée: 17-10-03

Mise à jour: 09-08-04

 

Commentaires: 6 reviews

» Ecrire une review

 

General

 

Disclaimer: Les personnages de "Une troisième chance" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Astuces & Conseils

Je n'ai pas reçu d'email d'activation.

 

Si vous n'avez pas reçu d'email d'activation, c'est sans doute parce que votre email n'est pas valide ou que vous avez une boîte Caramail (qui refuse les emails automatiques). V ...

Pour en lire plus ...

 

 

   Fanfiction :: Une troisième chance

 

Chapitre 14 :: Chapitre XIV

Publiée: 09-08-04 - Mise à jour: 09-08-04

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 7 9 10 11 12 13 14


 

Isamu était comme bloqué devant la personne qui se tenait devant lui.  

 

Takeo : Bonjour Isamu.  

 

Isamu : Mon…mon lieutenant…  

 

Takeo souri à ces mots, il est vrai que jadis, Isamu l’appelait ainsi même du temps où ils étaient ensemble.  

 

Le chef : Vous vous connaissez ?  

 

Isamu : Oui.  

 

Le chef : Parfais, ça en fera votre travail meilleur.  

 

Isamu : Travail ?  

 

Le chef : Oui, le lieutenant Kumagami et venu directement de Hong Kong pour une enquête et je te demande de collaborer avec elle.  

 

Isamu tout en la regardant : Ce sera avec plaisir.  

 

Takeo tout en souriant : Comme dans le bon vieux temps ?  

 

Isamu : Oui. Alors toujours après lui ?  

 

Takeo : Tu as deviné. Mais c’est plus pour celui avec qui, il fait des affaires qui m’intéresse le plus.  

 

Isamu : Qui est ?  

 

Takeo : Gordon Chan, chef de l’organisation Peï-wong.  

 

Isamu : En quoi consiste cette organisation ?  

 

Takeo : Un peu de tout, contrefaçon, drogue etc… Au fait j’ai entendu parler de ton exploit dans cette affaire de prise d’otages. Bravo.  

 

Isamu : Merci, mais je dois t’avouer que je me suis adouci depuis…  

 

Takeo : Vraiment !?  

 

Isamu : Oui, tu sais, il faut que je reste en vie pour Nova.  

 

Takeo : Ta petite sœur t’a suivi ?  

 

Isamu : Oui elle m’a rejoint, il y a quelque temps de cela….Comment vas-tu ?  

 

Takeo : Je dois avouer que ça fait du bien de te revoir.  

 

Isamu : Oui moi aussi. Tu as sûrement pris connaissance de l’implantation de la seconde brigade ici même ?  

 

Takeo : Oui, il faudrait que je passe les voir.  

 

Isamu : On ira ensemble si tu veux.  

 

Takeo : Oui, ça me va.  

 

Isamu : Tu m’as manqué.  

 

Takeo : Toi aussi.  

 

Misato : Ho c’est la cata.  

 

Les deux policiers regardèrent Misato.  

 

Misato : Tokeo, comment ça va ?  

 

Takeo : Bien, et toi Misato ?  

 

Misato : Moi comme d’habitude toujours en forme. Et si on allait boire un café, je connais un endroit où on fait les meilleurs cafés du japon.  

 

Isamu : Heu oui c’est un peu loin du commissariat mais c’est vrai qu’ils font du bon café.  

 

Misato : Quoi ? Mais c’est…  

 

Isamu : Misato ce n’est pas grave, on ira une autre fois, je propose plutôt qu’on aille voir la seconde brigade, peut être avec un peu de chance Gotho pourrai nous donner des infos sur ce type.  

 

Takeo : Tu me cache quelque chose.  

 

Isamu : Moi ? Non non pourquoi ?  

 

Takeo : Hum.  

 

Isamu : On y va ?  

 

Takeo : On est parti.  

 

Isamu : Après vous très chère.  

 

Takeo partit devant. Misato attrapa le bras d’Isamu.  

 

Misato : Tu joues à un jeu dangereux Isamu.  

 

Isamu : Je sais, c’est Takeo….pas n’importe qui.  

 

Et partit.  

 

Misato : Ne fais pas le con !!!  

 

Le chef : Mais que ce passe t’il Misato.  

 

Misato : Savez-vous qui est le lieutenant Kumagami pour Isamu ?  

 

Le chef : Non, que voulez-vous me dire ?  

 

Misato : Non rien.  

 

Et partit. Quelques instants plus tard, Misato entra dans le café Cat’s eye.  

 

Misato : Salut ! Comment vont les filles ?  

 

Rui : Elles vont bien, grâce à vous tous.  

 

Misato : Ho mais de rien, c’est notre devoir.  

 

Hitomi : Où est Isamu ?  

 

Misato : Heu…il..il est …et bien heu….il ne pouvait pas venir, il est parti à la deuxième brigade pour une enquête.  

 

Hitomi : A peine finie, il en commence une autre.  

 

Misato : Heu oui  

 

Rui : Tu vas bien ?  

 

Misato : Je..je suis un peu fatigué, désolé.  

 

Rui : Bon alors un bon petit café offert par la maison devra t’aider.  

 

Misato : Tu lis dans mes pensées Rui.  

 

Pendant le trajet.  

 

Takeo : Alors ta nouvelle vie au japon, comme ce passe t’elle ?  

 

Isamu : Que veux-tu dire par-là ?  

 

Takeo : Tu n’as pas quelqu’un ?  

 

Isamu : ….  

 

Takeo : Isamu ?  

 

Isamu : Non. Je n'ai personne.[merde] Et toi ?  

 

Takeo : Pareil.  

 

Le reste du voyage se passa en silence. Une fois arrivé.  

 

Takeo : Houahou, c’est impressionnant.  

 

Isamu : Moui, on c’est bien débrouillé.  

 

Takeo : On ?  

 

Isamu : Tu ne croyais tout de même pas que j’allais rester là les bras croisés.  

 

Takeo : Comment vont-ils ?  

 

Isamu : Ho, ils n’ont pas changé, Otha est toujours chiant, Asuma invente toujours des plants foireux, Gotho toujours manipulateur, Shinchi encore marié héhé, Hiromi toujours aussi sympathique et Noa toujours aussi adorable.  

 

Takeo : Hum.  

 

Après les retrouvailles tous discutèrent autour d’une table et d’un bon thé, parlant du bon vieux temp.  

 

Asuma : L’équipe au grand complet.  

 

Noa : Presque.  

 

Isamu : Oui, il manque Kanuka. Tu ne l’as tout de même pas oublié Asuma ?  

 

Asuma : Non je ne l’ai pas oublié. Comment pourrai-t-on oublier la grande amitié entre Kanuka et Takeo.  

 

Takeo : Cette soirée vous a vraiment marqué.  

 

Otha : Bien sur, qu’on s’en souvient. Et moi particulièrement.  

 

Le groupe se mit à rire.  

 

Takeo : Oui, je m’en souviens. Nous t’avions chacune de notre tours balancé par-dessus la fenêtre dans les sources chaudes et je m’en excuse encore.  

 

Isamu : Faut dire aussi que vous aviez pas mal bu.  

 

Takeo : Je me souviens aussi que tu t’en amusais.  

 

Isamu : Ho oui, je suis un vilain garçon.  

 

Takeo : Oui, très vilain.  

 

Tous deux ce regardèrent.  

 

Noa : Hum hum. Isamu je peux te parler s’il te plaît ?  

 

Isamu : Oui, bien sur.  

 

Ils se mettent tous deux à l’écart.  

 

Noa : A quoi tu joue ?  

 

Isamu : A rien, nous devons faire une enquête ensemble, on en a profité pour vous saluer.  

 

Noa : Je ne pense pas que les regards que vous vous échangez fassent parti de l’enquête ?  

 

Isamu : Ecoute, on ne peut pas tout effacer.  

 

Noa : Et Hitomi, tu y pense ?  

 

Isamu : Bien sur et le meilleur moyen c’est de ne pas la mettre au courant, tu l’as connais, si elle sait que je partage une enquête avec Takeo, elle va me faire une crise.  

 

Noa : Ok, pas de connerie.  

 

Isamu : Je ne pratique pas l’adultère.  

 

La fin de soirée se passa dans la bonne humeur. Takeo raccompagna Isamu au poste puis parti à son hôtel. Une fois arrivées, Isamu parti au café cat’s eye, bien entendu il ne se sentait pas très à l’aise.  

 

Isamu : Bonsoir tout le monde.  

 

Nova : Alors frère indigne, on ne vient pas voir si sa petite sœur adorée va bien.  

 

Isamu : hum à t’entendre, tu vas bien.  

 

Hitomi : Misato nous a dit que tu étais déjà sur une autre enquête ?  

 

Isamu : Heu oui oui c’est exact.  

 

Rui : ça va aller Isamu ?  

 

Isamu : Oui…..pourquoi me demande-tu cela ?  

 

Hitomi : Tu devrais plus te ménager.  

 

Isamu : Ne t’inquiet pas, et puis de toute manière je n’effectue pas cette enquête seul…[oups].  

 

Ai : Tu refais équipe avec Mistuko ?  

 

Isamu : Heu non.  

 

Hitomi : Avec qui alors ?  

 

Isamu : Heu vous ne le connaissez pas. Il ne vient pas d’ici.  

 

Hitomi : Je vois….c’est risqué ?  

 

Isamu : Hitomi.  

 

Hitomi : Quoi, je m’inquiet c’est normal non ?  

 

Isamu : Oui.  

 

Rui : Tu n’as vraiment pas l’aire d’aller bien.  

 

Isamu : Non, ça va aller après une bonne nuit de sommeil, je serai de nouveau opérationnel.  

 

Hitomi : On reconnaît bien là l’ancien militaire.  

 

Isamu répondit par un sourire.  

 

Isamu : Bon allez, on y va miss ?  

 

Nova : Ok.  

 

Hitomi sortit du comptoir.  

 

Isamu : Bon à demain.  

 

Hitomi : Hey ! Attends, tu ne m’embrasse pas ?  

 

Isamu : Heu si si, excuse-moi.  

 

Hitomi posa ses mains sur les joues d’Isamu et l’embrassa tendrement. Acceptant le baisé, celui-ci mit ses mains sur sa taille.  

 

Nova : Arf c’est pas vrai, pensez aux autres qui n’ont personnes.  

 

Mais Hitomi ne se souciait guère de l’avis de Nova, elle continuait de l’embrasser. Isamu compris aussi que c’était sa manière de le remercier d’avoir sauvé sa petite sœur. Bien entendu, il appréciait son baisé mais il se sentait aussi coupable de lui avoir menti. Et trois jours se passèrent ainsi, Isamu cachait l’existence de chacune à l’autre. Pendant ce temps là, l’enquête avançait lentement. Isamu et Takeo se trouvaient dans un bar-restaurant pour justement faire le point de l’enquête.  

 

Isamu : On patauge.  

 

Takeo : Quel bilant Isamu.  

 

Isamu : Court et pertinent.  

 

Takeo : On a beau interroger tous les anciens du groupe ainsi que vos indiques et rien.  

 

Isamu : Oui, c’est vrai. Mais bon après cette enquête je présume que tu repartiras à Hong Kong ?  

 

Takeo : Oui, c’est mieux ainsi.  

 

Isamu : Ouais si tu le dis.  

 

Takeo : Je n’arrive pas à m’hotter de la tête que tu me cache quelque chose d’important Isamu.  

 

Isamu : [toujours aussi intuitive] Nan….tu te fais des idées pour rien, je t’assure.  

 

Pendant ce temps là les trois jeunes sœurs faisaient fonctionner le café.  

 

Noa : Salut !!  

 

Rui : Tiens bonjour Noa. Un café avec une crème de lait et un demi-sucre comme toujours ?  

 

Noa : Oui, merci.  

 

Hitomi : Alors comment ça va au boulot ?  

 

Noa : Et bien, il y a des jours qui sont plus difficile que d’autres.  

 

Ai : Et les Imgrams ?!! Et comment va Alphonse ? (NA : Alphonse et le nom de l’Imgram que pilote Noa).  

 

Noa amusé : Alphonse va bien, je lui ai fait une toilette complète pas plus tard que ce matin.  

 

Ai : Qu’est que ça doit être géniale d’être au commande de ces machines ?  

 

Noa : Ho oui, c’est un rêve qui se réalise.  

 

Hitomi : Dit, tu ne serais pas où serai Isamu par hasard, ces derniers jours je ne le vois presque plus ?  

 

Noa tout en buvent son café : Oui, il boit un verre avec Takeo.  

 

Hitomi : Avec qui ?  

 

Noa : Oups, heu….  

 

Hitomi : Takeo, la Takeo ?  

 

Noa : Heu …écoute…oui c’est elle mais t’inquiet ils font juste une enquête ensemble.  

 

Hitomi : QUOI ! Mais ……il m’a menti !! Il avait dit que c’était il et non elle.  

 

Noa : Ho la gaffe.  

 

Hitomi : Dans quel bar ?  

 

Noa : Hitomi…  

 

Hitomi : Dans quel bar Noa ?  

 

Noa : Au bar de ‘chez Toshio » (hé hé petit clin d’oeil).  

 

Hitomi parti sur-le-champ.  

 

Noa effondré sur le comptoir : non mais qu’est ce que j’ai dis.  

 

Ai : Comment a t’il pu lui faire ça ?  

 

Noa : Mais il ne fait rien avec elle, juste enquêter.  

 

Rui : ça fait deux fois…  

 

Ai : Avec la même fille.  

 

Noa : Takeo n’est pas de ce genre voyons.  

 

Au bar « chez Toshio »  

 

Isamu : Oui, je m’en souviens. Quelle journée, je dois avouer que nous t’en voulions un peu ce jour là.  

 

Takeo : ça ne devait pas se passer comme cela, je t’assure.  

 

Isamu : Lol, je te crois, une fois de plus Gotho y avait mit son grain de sel lol.  

 

Isamu déposa sa main sur celle de Takeo, celle-ci se laissa faire.  

 

Takeo : J’y pense beaucoup à cette époque.  

 

Isamu : Moi aussi.  

 

Quand soudain Isamu vit Hitomi se diriger vers lui avec une mine qui ne présage rien de bon. Isamu se leva. (sûrement un vieux réflexe).  

 

Isamu : Ho merde.  

 

Takeo : Qu’y a t’il ?  

 

Hitomi s’arrêta à quelque mètre d’eux. Son regard avait changé et Isamu le connaissait bien étant donné qu’elle avec le même regard que le jour où il lui avait avoué sa véritable identité.  

 

Isamu : Hitomi, je vais t’expliquer…ce n’est pas ce que tu crois….crois moi.  

 

Hitomi : Tu m’as menti….  

 

Isamu : Hitomi..  

 

Hitomi : Je vous souhaite une bonne journée.  

 

Et parti. Laissant ainsi Isamu comme un con.  

 

Takeo : Alors c’est donc elle que tu me cachais. Elle souffla un grand coup. Tu n’as pas honte ?  

 

Isamu : Toi aussi, tu vas t’y mettre ?  

 

Takeo : Non, tu devrais aller la rejoindre, tu lui à fait mal.  

 

Noa arriva de nul par comme une furie.  

 

Noa : Isamu planque-toi Hitomi arrive !!!!!  

 

Isamu : C’est trop tard Noa.  

 

Takeo : Tu ? Noa !!  

 

Noa : Désolé Takeo. Isamu tout ça c’est de ma faute.  

 

Isamu : Nan, c’est de la mienne.  

 

Noa reparti comme si on lui avait annoncé qu’il n’y aurait plus de lendemain.  

 

Takeo : Alors qu’est ce tu attends ?  

 

Isamu : Quand elle est comme ça il vaut mieux pas insister, j’attendrais qu’elle se calme enfin voilà quoi…  

 

Takeo : Soit, comme ça tu vas pourvoir m’expliquer pourquoi tu m’as menti.  

 

Isamu : Tu es en colère ?  

 

Takeo : Bien sur que je suis en colère Isamu. Comment as-tu pus faire ça, mais qu’est ce qui t’es passé par la tête ?  

 

Isamu : Je n’en sais rien voilà, j’ai paniqué.  

 

Takeo : Tu aurais pus me le dire.  

 

Isamu : Je n’ai pas osé.  

 

Takeo : Osé…ok je l’avoue ça m’aurai fait quelque chose mais je l’aurai accepté. Isamu je ne suis pas venu au japon pour refaire ta conquête mais pour mon enquête.  

 

Isamu : Ton enquête, je vois que le flic est revenu à la charge.  

 

Takeo : Accepte-le, on ne va pas se disputer quand même….Tu…tu ne l’aurais pas trompé ?  

 

Isamu : ….  

 

Takeo : Isamu !!  

 

Isamu : Non. Mais Hitomi est quelqu’un de jaloux, d’habitude je m’en amuse par ce que je sais que ce n’est pas méchant mais quand il s’agie de toi tout est différent. C’est comme si elle avait peur que je la quitte pour te rejoindre en Chine.  

 

Takeo : hum, peut-être que tu ne t’en occupe pas assez.  

 

Isamu : Non ce n’est pas ça.  

 

Takeo : Tu crois, pendant ces derniers jours tu ne t’es pas souvent absenter pour aller la voir.  

 

Isamu : Enfin quoi c’est normal, je ne vais pas te laisser seul dans une ville que tu ne connais pas !  

 

Takeo : Ho mais je suis une grande fifille tu sais.  

 

Isamu : Ho arrête ! Ne me dis pas que tu ne ressens plus rien à mon égard ?!  

 

Takeo : Là n’est pas la question Isamu, s’il te plaît.  

 

Elle baissa la tête et ferma les yeux comme pour faire comprendre à Isamu de ne plus insister.  

 

Isamu : J’ai compris….écoute….je vais aller la rejoindre et me faire exécuter quant à toi tu continu à chercher des renseignements précieux pour l’enquête, d’accord ?  

 

Takeo : Oui.  

 

Takeo allait partir.  

 

Isamu : Takeo !  

 

Elle se retourna.  

 

Isamu : Désolé.  

 

Takeo : Oui.  

 

Quelque temps après Isamu entra au café cat’s eye où l’attendait trois sœurs des plus solidaire.  

 

Isamu leva les yeux au ciel : Putain de merde.  

 

Ai : Tiens, regardez qui voilà.  

 

Isamu : Hitomi ?  

 

Hitomi : T’as couché avec elle ?  

 

Isamu : Quoi ?! Mais non ! Je te l’ai dis qu’il ne c’était rien passé.  

 

Hitomi : Alors pourquoi lui tenais-tu la main ? Tu peux me le dire ?  

 

Isamu : Enfin quoi, je ne vais tout de même pas la traiter comme une étrangère ?  

 

Hitomi : Comment as-tu pu me mentir ?  

 

Isamu : Désolé.  

 

Hitomi : Ho c’est facile ça ! Tu crois peut être, qu’en t’excusant, je vais te pardonner et de te prendre dans mes bras et te dire « je te pardonne mon chéri ». Tu me prends pour une IDIOTE ?!!  

 

Isamu : Nan je sais bien.  

 

Hitomi : Je ne veux plus te voir. Des larmes commencèrent à couler.  

 

Isamu : Hitomi.  

 

Hitomi : Part.  

 

Isamu : Ok j’ai eu tort mais écoute-moi….  

 

Hitomi : non…je t’aime….j’te déteste Isamu.  

 

Et partit dans ses appartements.  

 

Ai : T’es qu’un salaud.  

 

Isamu s’approcha d’Ai.  

 

Isamu : Ouais, on a tant de chose à apprendre l’un sur l’autre.  

 

Ai : Pff, crétin.  

 

Et partit. Pendant tout ce temps là, Rui resta silencieuse. Isamu la regarda et parti à son tour. Il marcha dans une petite ruelle pour se retrouver dans un cul de sac où se trouvais plusieurs garage. Etant déjà très énervé, il commença à faire les cent pas. Il se mit à taper fort avec son pied comme un sauvage sur une porte en ferraille d'un des garages. Le bruit était intense, après quelques minutes Isamu commença à se calmer.  

 

Isamu : Non mais quel con, mais quel con.  

 

Le lendemain on ne pouvait pas dire que tout le monde était de bonne humeur.  

 

Takeo : Je vois que ça c’est mal passé.  

 

Isamu :….  

 

Takeo : Bon comme tu veux. J’ai été voir un certain Yuri Hiromachi, il m’a bien confirmé que notre homme est sur une grande affaire. Il m’a aussi dit que the fox serai plus au courrant que lui. Je dois avouer que je n’ai rien compris. Je lui ai demandé qui c’était mais il ne m’a pas répondu.  

 

Isamu : Hum, ne t’inquiet je le connais notre petit renard. Si tu veux, je m’en charge.  

 

Takeo : D’accord, je propose qu’on se sépare pour faire plus avancer l’enquête.  

 

Isamu fit un sourire sadique.  

 

Takeo : N’y pense même pas, rien d’illégale sinon…  

 

Isamu : Ouais je sais, sinon tu me passe les menottes et direction la taule.  

 

Takeo : Tu es désespèrent.  

 

Isamu : Je m’en occupe, je serai très gentil avec lui et quand j’en aurai fini, il ne pourra plus se passer de moi hé hé.  

 

Takeo : Isamu !!! Je n’aime pas que tu plaisant sur ça.  

 

Isamu : Arf les communistes. Bon j’y vais, on se retrouve au commissariat vers les 17h00.  

 

Takeo : Très bien.  

 

Et chacun parti de son côté. Un côté plutôt surprenant venant de Takeo, qui se dirigeait vers le café Cat’s eye. Elle entra et s’assis au comptoir. Hitomi faisait la vaisselle et Rui servait déjà un client.  

 

Takeo : Bonjour un café s’il vous plaît.  

 

Ai : Japonais ou américain ?  

 

Takeo : Américain.  

 

Nova qui n’était pas loin la vit.  

 

Nova : Salut.  

 

Takeo : Nova ! Comment vas-tu ?  

 

Nova : ça va et toi ?  

 

Takeo : Je vais bien. Et les amours, toujours ?  

 

Nova : Oui toujours lol.  

 

Ai : Et bien Nova, tu nous présente.  

 

Nova : Heu oui oui. Heu Ai voici le lieutenant Takeo Kumagami, Takeo voici Ai Kisugi ainsi que ses sœurs Rui et….Hitomi. Enfin je pense que tu l’as connais déjà.  

 

Hitomi leva la tête.  

 

Hitomi : Que ?  

 

Takeo : Je suis venu ici pour parler avec vous.  

 

Hitomi : Il n’y à rien à dire. Reprenez le je n’en ai rien à faire.  

 

Takeo : Arrêtez, vous ne pensez pas à ce que vous dites.  

 

Hitomi : Je….vous….  

 

Takeo : Je sais, vous me haïssiez.  

 

Hitomi : Non, c’est ça le pire. Je n’arrive pas à vous Haïre.  

 

Takeo : Je suis désolé.  

 

Hitomi : Ne vous excusez.  

 

Takeo : ….  

 

Rui : Bon j’ai une course à faire. Hitomi je te confis la maison.  

 

Hitomi : Heu bien.  

 

Rui : J’ai été ravi de vous rencontrer lieutenant.  

 

Takeo : De même.  

 

Et partit. Ai et Nova s’écartèrent des deux femmes.  

 

Ai : Tu crois qu’on risque quelque chose ?  

 

Nova : Normalement rien, Takeo et toujours posé.  

 

Takeo : Il m’a menti aussi.  

 

Hitomi : C’est tout ce qu’il sait faire.  

 

Takeo : Quant il s’agit de ses sentiments il devient aussi hermétique qu’un coffre fort.  

 

Hitomi : Vous ne savez pas à quel point je vous envie.  

 

Takeo : Pardon ?  

 

Hitomi : Vous le connaissez par cœur, il s’est ouvert à vous alors que moi je dois me battre pour savoir ne serai-ce qu’un petit souvenir.  

 

Takeo : Je ne le savais pas.  

 

Hitomi : A côté de vous je ne suis qu’une ombre pour lui.  

 

Takeo : C’est faut !!  

 

Hitomi : Alors pourquoi il ne m’a rien dit ?!  

 

Takeo : Il ne voulait vous faire souffrire.  

 

Hitomi : Hum et comme toujours il choisit la mauvaise façon.  

 

Takeo : Oui. Vous savez, je suis venu ici que pour mon enquête et je ne partirais pas sans avoir menotté Gordon Chan et fait arrêté son organisation.  

 

Hitomi : Seulement pour cela ?  

 

Takeo : Ecoutez, je ne vous cache pas que j’ai encore des sentiments pour Isamu mais j’ai accepté que je ne passerai pas ma vie avec lui. Et je vous promets que rien et je dis bien rien ne me fera changer d’avis.  

 

Hitomi : Pas même notre rupture ?  

 

Takeo : Quoi ?!! Vous…...vous l’avez plaqué ?  

 

Hitomi ironiquement : Pas encore.  

 

Takeo : Si cela peut vous rassurer, il n’a rien tenté. Il vous aime.  

 

Hitomi : Cet imbécile avait raison sur une chose.  

 

Takeo : Laquelle ?  

 

Hitomi : Vous êtes quelqu’un de bien et honnête.  

 

Takeo : Hum, merci. Si vous voulez un conseil, provoquez le et il se dévoilera à vous, vous connaîtrez même ses plus infimes pensées.  

 

Hitomi : Vous êtes sérieuses ?  

 

Takeo : Absolument.  

 

Quant à Isamu, il avait terminé son interrogatoire. Il marchait tranquillement dans le parc lorsqu’il vit Rui assise sur un banc. Il s’arrêta à quelques mètre d’elle, se demandant ce qu’il pourrait bien faire.  

 

Rui : J’espérais te rencontrer.  

 

Isamu : Ha oui ?  

 

Elle s’avança vers lui et lui flanqua la gifle de sa vie. Isamu fut étonné de sa réaction.  

 

Rui : Cela faisait un petit moment que tu l’as méritait celle la.  

 

Isamu : Mais Rui…  

 

Rui : Laisse moi parler s’il te plaît.  

 

Isamu :….  

 

Rui : C’est la deuxième fois que tu blesse ma petite sœur et tu sais très bien que je ne support pas qu’on fasse du mal à ma famille. Tu as frôlé l’une des plus grandes fautes que connaissent les couples.  

 

Isamu : Jamais je ne lui serai infidèle.  

 

Rui : L’infidélité n’est pas que dans le geste, il est aussi dans le cœur. En lui mentant et qui plus est en cachant son existence à Takeo, tu leur as manqué de respect à toutes les deux. Il n’y a pas que les coups qui peuvent faire souffrire une femme.  

 

Isamu : Ouais je sais.  

 

Rui : Isamu, c’est la dernière fois, tu m’entends la dernière fois que tu fais souffrire ma petite sœur.  

 

Isamu : Bien.  

 

Rui : Tu as de la chance que Takeo soit plus intelligente que toi.  

 

Isamu : Elle est infiniment plus intelligente que moi.  

 

Rui : Je ne te fais pas le dire.  

 

Isamu : Mais pourquoi dis-tu ça ?  

 

Rui : Parce qu’en ce moment elle doit parler calmement à Hitomi.  

 

Isamu : QUOI ?!  

 

Rui : Tu as bien entendu.  

 

Il n’y eut pas beaucoup de temps pour qu’il réagisse, il se mit à courir comme si la mort lui courait après. Une fois arrivé au café Cat’s eye il entra comme un fou et vit que Takeo et Hitomi rigolaient ensemble.  

 

Isamu : Mais….mais….  

 

Isamu en resta bouche baie  

 

Takeo : Salut.  

 

Hitomi : Bonjour Monsieur  

 

Isamu : Haba heu…mais…je ne comprends plus rien. Depuis quand tu me vouvoie Hitomi ?  

 

Hitomi : Je vous serre un café ?  

 

Isamu : Hitomi. Je m’excuse.  

 

Takeo : N’insiste pas Isamu.  

 

Isamu très gêné: Je vois que vous avez fait connaissance.  

 

Takeo : Et je dois avouer qu’on s’entend plutôt très bien n’est ce pas ?  

 

Hitomi : Tout à fait.  

 

Isamu : Et heu…vous…vous avez parlé de quoi ?  

 

Takeo : lol rien qui pourrait te diminuer mon cher Isamu.  

 

Le reste des filles rigolèrent de bon cœur.  

 

Isamu qui perdait apparemment tout ses moyens: Ce n’est pas marrant.  

 

Hitomi : Alors ce café vous le voulez comment ?  

 

Isamu : Noir.  

 

Hitomi : Je vous le serre.  

 

Takeo : Isamu ne le nie pas, tu l’as bien cherché.  

 

Isamu : Oui c’est bon.  

 

Takeo : Et de ce qui est de notre renard ?  

 

Isamu : Il a été très gentil avec moi.  

 

Ai : Dis j’ai un truc à te montrer.  

 

Nova : lol je te suis.  

 

Et partirent.  

 

Isamu : Hitomi, parle-moi s’il te plaît.  

 

Mais Hitomi continuait de l’ignorer.  

 

Hitomi : Tu veux une autre tasse de café Takeo ?  

 

Takeo : Oui, merci.  

 

Isamu : Mais je n'ai rien fais de mal.  

 

Hitomi : QUOI ? ! Tu m’as mentis, concernant l’arrivé de Takeo et que tu travaillais avec elle et non avec IL ! ! ! De plus tout le monde savait que Takeo étaient là. Et par-dessus le marché je te trouve en train de lui tenir la main, les yeux dans les yeux.  

 

Isamu : Mais. . .  

 

Takeo : Hitomi a raison, à moi tu as dis que tu étais célibataire bravo.  

 

Hitomi : Quoi ?  

 

Takeo compris qu’elle avait fait une gaffe.  

 

Isamu : Hitomi, je vais t’expliquer.  

 

Mais elle ne fit pas attention à lui et parti dans la pièce d’à côté.  

 

Isamu : Merci, Takeo.  

 

Takeo : Je suis désolé.  

 

Isamu couru pour rattraper Hitomi.  

 

Isamu : Attend, s’il te plaît, je suis désolé, je n’aurai pas du dire cela.  

 

Il essayait tant bien que mal de la retenir.  

 

Hitomi : Lâche-moi ! ! !  

 

Isamu : Oui, j’ai été un vrai connard, un salaud un...un..un imbécil, je t’en pris pardonne-moi.  

 

Isamu se mit à genou tout en la retenant par la taille. Ce geste étonna Hitomi.  

 

Isamu : Pardonne-moi, je me sentais mal à l’aise vis à vis de Takeo et de toi, j’ai paniquais. Je t’aime, ne me quitte pas, je t’en pris. Ne me quitte pas....pas toi.  

 

Des larmes commencèrent à couler sur les joues d’Hitomi.  

 

Hitomi : Ne me refais plus jamais ça, tu m’entends ?  

 

Isamu : Promis.  

 

Elle se mit également à genou.  

 

Hitomi : Parce que ça fait trop mal.  

 

Isamu : Je suis désolé.  

 

Hitomi : Embrasse-moi.  

 

Hitomi, n’eut le besoin de le redire une deuxième fois. Isamu s’approcha d’elle et l’embrassa tendrement puis passionnément. Hitomi s’allongea sur le dos, Isamu se mit sur elle et l’étreinte devint plus passionné.  

 

Ai : Nan tu vois c’est très sympathique comme groupe.  

 

Elle s’arrêta et vis le spectacle.  

 

Ai : Dites, on ne vous dérange pas ?  

 

Prit sur le fait, les deux amoureux se levèrent d’un seul bon. Ils repartirent dans le café, fort heureusement Rui avait repris les rennes.  

 

Rui : Et bien, bonjour la confiance.  

 

Hitomi : Désolé.  

 

Isamu : Où est le lieutenant ?  

 

Rui : Partie au commissariat.  

 

Isamu : Ok, heu Hitomi, je dois y aller.  

 

Hitomi : D’accord.  

 

Isamu rejoignit Takeo au commissariat.  

 

Takeo : Alors ?  

 

Isamu : Alors, The Fox sait beaucoup de chose.  

 

Takeo : Je ne te parlais pas de ça.  

 

Isamu : Comment fais-tu ?  

 

Takeo : De quoi ?  

 

Isamu : Arf tu sais bien, a ta place si tu m’aurais présenté ton mec, j’aurai attendu que tu tourne le dos pour lui sauté à la gorge lol.  

 

Takeo : lol, ça ne s’explique pas. Tu l’aurais vraiment fais ?  

 

Isamu : Peut être bien ou alors j’aurai fais la même chose qu’à Richard.  

 

Takeo : Ne me parle plus de lui ou de ce que tu lui as fais.  

 

Isamu : Ok mais le hic c’est qu’ils sont en collaboration.  

 

Takeo : Donc on aura des chances de faire une pierre deux coups.  

 

Isamu : Oui et nan, si on veut avoir ce Gordon il va falloir avoir des preuves en béton et il n’y a qu’un seul petit enfoiré qui pourrait nous les donner.  

 

Takeo : Richard.  

 

Isamu : Et le connaissant, il voudra négocier sa libération et on l’aura dans le baba.  

 

Takeo : Décidément il aura toujours la main gagnante.  

 

Isamu : Oui, ce que je te propose c’est qu’on collabore avec lui, il nous donne les preuves et ensuite on le laisse partir, on à pas le choix, la loi est contre nous.  

 

Takeo : Je n’aime pas ton idée mais on n’a pas le choix. Mais ça nous n'avance pas comment le trouver ?  

 

Isamu : Si je t’ai mis sur cette piste c’est que je sais où le trouver.  

 

Takeo : Et où ?  

 

Isamu : Heu je…je sais où mais.  

 

Takeo : Mais ?  

 

Isamu : Je te propose de te l’emmener demain chez ta nouvelle copine.  

 

Takeo : Très drôle…d’accord.  

 

Isamu : ça va aller ?  

 

Takeo : C’est que ça fait longtemps que je ne l’ai pas vu.  

 

Isamu : Hum.  

 

Takeo : Bon he bien demain sans faute.  

 

Isamu : Ok.  

 

Et partirent chacun de leur côté. Quelques heures plus tard, Isamu attendaient devant une boîte. Lorsqu’il vit un homme typé chinois au cheveu court et portant des lunettes, sortire de cette boite. Il arriva vers lui et le plaqua violemment contre un mur.  

 

Isamu : Salut chéri, tu sais que je m’inquiétais.  

 

Richard : Isamu !! Je te l’ai dis que j’allais chercher des cigarettes.  

 

Les deux hommes se mirent à rire et s’étreignirent comme deux potes qui ne s’étaient pas vu depuis des années.  

 

Isamu : Comment vas-tu ?  

 

Richard : ça va et toi vieux loup ?  

 

Isamu : ça va. Tu devine pourquoi je suis là ?  

 

Richard : Oui et je dois avouer que je ne suis pas contre de débarrasser Gordon du marché.  

 

Isamu : Tiens, je suis étonné, je croyais qu’il t’avait rendue riche ?  

 

Richard : C’est vrai mais je n’aime ça façon de faire.  

 

Isamu : Bien, alors tu ne seras pas contre de venir me rejoindre au café Cat’s eye demain en compagnie de Takeo ?  

 

Richard : Quoi ?!! Tu t’es remis avec elle ?  

 

Isamu : Non, elle est venue de Chine pour arrêter Gordon.  

 

Richard : Oui mais je pense qu’elle ne va pas s’arrêter là ?  

 

Isamu : Ici, tu es au Japon et il n’y a pas d’avis d’arrestation contre toi et Takeo est d’accord pour collaborer.  

 

Richard : On parle bien de la même Takeo ?  

 

Isamu : Oui, je vais te faire confiance, je te donne rendez-vous demain à 10h00 au café Cat’s eye.  

 

Richard : Je suis ému de ta confiance  

 

Isamu : N’abuse pas de ma bonté, si jamais tu ne viens pas à ce rendez-vous je serai moins accommodant la prochaine fois.  

 

Richard : Oui, je n’en prendrais pas le risque.  

 

Isamu : Bon et bien à demain.  

 

Richard : Hey attend, si tu n’es pas avec Takeo, cela veut dire que tu es célibataire ?  

 

Isamu : Hum, non et n’y pense même pas.  

 

Richard : Mouais.  

 

FIN DU CHAPITRE  

 

 


Chapitre: 1 2 3 4 5 6 7 7 9 10 11 12 13 14


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de