Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: laeti

Beta-reader(s): Kaori28, Saintoise

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 16 capitoli

Pubblicato: 24-02-06

Ultimo aggiornamento: 11-09-06

 

Commenti: 181 reviews

» Scrivere una review

 

RomanceDrame

 

Riassunto: Ryô décide de partir et de laisser Kaori vivre sa vie à la fois pour lui mais aussi pour Kaori. Que va-t-elle devenir sans lui ? Comment va-t-elle pouvoir continuer à vivre sans sa moitié ? Et ce départ est-il vraiment définitif ?

 

Disclaimer: Les personnages de "L'appel au secour" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

The link to ask for access to the NC-17 section doesn't work for me.

 

That's because you haven't configured Outlook correctly. In that case, send me an email with in the subject "NC17-ID:" + your ID. And respect all the other instructions.

 

 

   Fanfiction :: L'appel au secours

 

Capitolo 8 :: La vie suit son cours...

Pubblicato: 18-04-06 - Ultimo aggiornamento: 18-04-06

Commenti: Désolée pour l'attente mais j'espère que vous ne serez pas déçus. Bisous à tous et pensez aux reviews...

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16


 

Les trois mois qui suivirent furent éprouvants pour tout le monde, que se soit pour Kaori à cause de l’entraînement intensif qu’elle suivait ou pour ses anciens amis qui la voyait s’enfoncer peu à peu dans un monde fait de vide et de froideur sans aucun moyen de l’en soustraire.  

Mick avait désespérément essayé de ramener Kaori à la raison durant leurs séances d’entraînement mais force lui était d’admettre qu’elle campait fermement sur ses décisions.  

 

L’entraînement quotidien de la jeune fille était véritablement éprouvant pour tout le monde et pour Mick en particulier qui assistait en direct à la naissance de la nouvelle Kaori.  

 

Cette dernière s’était montrée une élève douée et perfectionniste, s’astreignant à suivre une discipline de fer.  

Elle se levait tous les matins à 6H, mais cela ne différait pas vraiment de ses anciennes habitudes.  

Elle partait courir pour un footing de 30 minutes dans le parc près de son immeuble.  

A 9H tapante, Mick arrivait avec un visage qui se renfrognait de plus en plus au fil des jours pour une séance de tir toujours des plus éprouvantes pour lui et son « élève ». En effet, il lui était difficile d’accepter, même s’il ne s’agissait que de cibles en carton, de voir Kaori enchaîner chargeur sur chargeur avec cette froide détermination qu’il lisait dans ses yeux.  

 

Ces séances de tirs prenant en général une bonne partie de la journée.  

Lorsque Mick quittait l’appartement, elle s’octroyait une pause d’environ une heure qu’elle mettait à profit pour étudier un nombre incalculable d’informations sur tout et n’importe quoi. Elle voulait acquérir un maximum de connaissances sur des sujets plus divers les uns que les autres afin d’être opérationnelle pour tout type de mission. Elle se spécialisa sur trois sujets bien précis, à savoir l’art en général, les systèmes de sécurité en tout genre ainsi que les moyens de les percer et les armes à feu ainsi que leurs nombreuses caractéristiques. Elle pensait que ces informations ne pourraient que l’aider dans sa future vie professionnelle. De plus, ces instants de calme la revigoraient.  

Pendant une heure chaque jour, elle se détachait totalement de se qui l’entourait et se laissait aller sans pour autant oublier le but premier de toutes ses recherches.  

 

Lorsqu’elle refermait ses livres, elle mangeait sur le pouce pour ensuite s’astreindre à une séance de musculation des plus intenses. Elle se savait encore trop faible physiquement. Elle s’en était aperçut lorsqu’elle avait du subir, pour la première fois, le recul de son arme lors de son premier entraînement au tir.  

Elle s’était alors retrouvée les quatre fers en l’air avec une épaule à moitié déboîtée. D’accord, sa position de tir y était pour beaucoup, se que Mick lui expliqua.  

Il avait alors modifié l’écart de ses jambes pour plus de stabilité et avait également revu l’axe de tir en repositionnant les mains de Kaori de manière à se que le recul de son arme ne lui déchausse l’épaule à chaque tir.  

Mais elle s’était bien rendue compte qu’il était nécessaire d’acquérir au plus vite assez de force pour que ses muscles puissent encaisser sans trop de dommages les décharges résultantes du recul de son arme.  

 

C’est ainsi que son corps commença également à se modifier.  

 

Paradoxalement à son état psychologique déplorable, son corps s’était magnifié.  

En effet, sa nouvelle hygiène de vie avait considérablement remodelé son corps.  

Ses courbes, auparavant féminines et généreuses, s’étaient affermies la faisant apparaître plus élancée encore. Ses abdos s’étaient dessinaient plus nettement. Son dos et ses épaules s’étaient quelque peu élargis sans que cela dénature sa féminité, bien au contraire. Son visage s’était affiné se qui faisait apparaître son regard encore plus énigmatique et impénétrable. Oui, elle embellissait de jour en jour mais ne paraissait même pas s’en apercevoir. En fait, cela n’avait aucune importance pour elle.  

 

Comme l’avait prédit Falcon, ses dispositions naturelles et son intelligence associée à une logique froide et implacable avait fait d’elle, en très peu de temps, une véritable experte dans le maniement des armes, quelles qu’elles soient.  

Mick était relativement étonné de la vitesse à laquelle elle avait progressait. Elle s’était perfectionnée en si peu de temps, que lui-même en restait stupéfait.  

 

Elle avait réussi son premier tir sur cible statique au terme de sa première journée d’entraînement, son premier tir à plus de 100 mètres avait suivi cinq jours plus tard et la troisième phase qui consistait à viser une cible mouvante lui était apparue comme un jeu d’enfant au bout de seulement deux semaines. Il ne lui restait plus qu’à s’essayer au tir en milieu inconnu.  

 

Mick hallucinait devait une telle maîtrise. Il n’était même pas sur de pouvoir en dire autant de lui-même. En effet, il ne se rappelait pas avoir été aussi réceptif et aussi doué que la jeune femme lorsqu’on lui avait inculqué les bases du maniement des armes.  

 

Désormais, il comprenait mieux les raisons qui avaient pu pousser Ryo à modifier l’arme de sa partenaire.  

A l’époque où Mick s’était aperçu de la supercherie, il s’était empressé de tout dire à Kaori pensant la rassurer sur ses compétences en temps que partenaire de City Hunter et maintenant il se demandait si Ryo n’avait pas plutôt pressentit le danger.  

Ce dernier s’était toujours obstinément refusé à faire l’apprentissage de sa partenaire prétextant vouloir, avant toute chose, préserver la « pureté » qui la caractérisait en l’empêchant de se salir les mains.  

Il est vrai qu’il aurait tout donné pour qu’elle puisse garder cette innocence qu’il aimait tellement en elle mais, en fait, il avait su déceler très tôt un incroyable potentiel chez elle. Il avait alors préféré la rabaisser et l’humilier en espérant que cela suffirait à la décourager définitivement de s’essayer aux armes à feu. Il savait pertinemment que si elle prenait conscience de ses propres capacités, elle deviendrait totalement incontrôlable et ça, il ne pouvait le tolérer, encore moins l’accepter.  

 

Kaori était bien loin des préoccupations de son professeur.  

Elle estimait ses progrès satisfaisants mais cependant encore insuffisants.  

Il fallait aller plus vite. Elle voulait être opérationnelle le plus rapidement possible pour enfin pouvoir se lancer en temps que nettoyeuse « indépendante ». Depuis qu’elle avait pris sa décision, elle n’était pas retournée au tableau d’affichage. D’une, l’équipe City Hunter n’existait plus donc il ne fallait pas comptait sur un hypothétique client et de deux, elle n’avait pas encore bien réfléchi aux moyens de se faire connaître. Peut-être irait-elle voir Saeko… Un sourire naquit sur ses lèvres à cette pensée. Avant, c’était elle qui faisait des pieds et des mains pour que Ryo ne réponde pas aux demandes de la belle inspectrice. Elle ne supportait pas les mimiques et les attitudes séductrices qu’employait la jeune femme pour attirer les faveurs de son ancien partenaire. Et aujourd’hui, c’était elle qui allait lui proposer ses services. Elle se demandait bien comment l’inspectrice pourrait bien la payer. Les soi disants dettes qu’elle avait accumulé auprès de Ryo faisait penser à Kaori qu’elle n’était pas prête de voir son compte en banque se renflouer de sitôt. Mais qu’importe, il fallait qu’elle se fasse un nom donc Saeko l’y aiderait en lui confiant quelques missions un peu trop délicates pour les services de police. Elle ne s’imaginait même pas une seconde que l’inspectrice puisse refuser sa proposition. Cette dernière serait bien trop contente de pouvoir se débarrasser d’un certain nombre de ces dossiers « encombrants ».  

 

 

En l’espace d’un mois, le mot était bien passé. Le grand City Hunter s’était retiré dixit les meilleurs indics du milieu.  

Certains en furent heureux, pensant pouvoir de nouveau exercer leur influence sur la ville enfin débarrassée du nettoyeur. D’autres paraissaient quelque peu irrités ou agacés de ne pas avoir pu éliminer eux-mêmes le n°1 du Japon. En effet, combien avait rêvé de l’abattre espérant ainsi récupérer son titre et s’établir sur son territoire.  

Ils ne pouvaient désormais plus que se « proclamer » les meilleurs et non le démontrer comme le voulait les règles instaurées dans le milieu se qui n’allait pas manquer de déclencher des guerres entre les différents clans de la ville.  

 

 

Assise derrière un bureau imposant, les jambes relevées dans une attitude sexy, une jeune femme au visage fermé regardait le dossier qui s’étalait devant ses yeux.  

Que faire ?  

Telle était la question qu’elle se posait depuis trois jours. Saeko avait hérité d’un dossier bien épineux. Depuis quelques temps, des rumeurs couraient selon lesquelles un nouveau venu dans le milieu tentait d’imposer sa loi. Pour ce faire, il avait instauré un climat de terreur sur la ville de Shinjuku en assassinant les principaux membres des familles des trois plus importants clans de Tokyo. Cette guerre des gangs n’aurait normalement pas était du ressort de la police, cette dernière bien heureuse de les laisser s’entretuer sans avoir à fournir le moindre effort, sauf que notre nouveau venu avait entrepris, après s’être attaqué à ceux de son milieu, d’approfondir son emprise en dealant une nouvelle drogue au nez et à la barbe de tous. Il avait développé un véritable réseau de distribution à travers toute la ville et aussi incroyable que cela puisse paraître, aucun dealer n’avait pu être arrêté. En effet, la drogue s’écoulait tranquillement mais de manière plus que discrète. Malgré tous ses efforts, l’inspectrice n’avait pas pu coincer un seul malfaiteur. Elle ne savait plus quoi faire, enfin quoi faire avec son équipe de bras cassés. En effet, les officiers de police qui avaient été désignés sur cette affaire et qui étaient sensés la seconder dans ses démarches étaient, pour la plupart, de véritables incapables. Après avoir « contaminés » plusieurs scènes de crime en laissant leurs mains traîner un peu partout, se qui ne manqua pas de détruire un bon nombre d’indices, ils n’avaient rien trouvé de mieux que de se faire enlever par leur mystérieux nouveau venu.  

Saeko était hors d’elle et maudissait son père qui lui avait refilé cette affaire.  

De plus venait s’ajouter le fait que malgré tous ses efforts, elle n’avait pu acquérir le moindre renseignement ni le moindre indice sur la personne de ce nouveau personnage. La seule chose qui aurait pu les aider était son intrigante signature qui se présentait sous la forme d’un étrange sourire dessiné sur le visage de ses victimes à coups de lames de couteaux.  

La première fois que la jeune femme s’était confrontée aux « œuvres » du tueur et malgré toute son expérience du crime, elle avait ressenti un haut le cœur et s’était empressée de sortir de la pièce pour respirer un bon coup et reprendre quelques couleurs. Depuis ce jour, elle l’avait surnommé « le clown » à cause de cet étrange sourire qu’il prenait plaisir à dessiner sur ses victimes. Personne ne l’avait jamais vu réellement. Ses clients traitaient avec ses subalternes et lui ne semblait s’intéressait qu’aux différents membres de clans de la pègre tokyoïte prenant un plaisir sadique à les décimer les uns après les autres en n’oubliant jamais de laisser sa marque de fabrique bien sur.  

Saeko aurait donné n’importe quoi pour avoir Ryo sous la main mais depuis que ce dernier avait tiré sa révérence, elle ne pouvait plus compter que sur elle-même et sur ses maigres possibilités d’action.  

 

Elle allait s’arracher les cheveux de la tête si cette histoire ne se résolvait pas rapidement mais elle se refusait à demander l’aide des autres membres de l’équipe, tous encore sous le choc du départ du nettoyeur et sur le revirement de Kaori.  

Miki ne sortait plus plongeant petit à petit dans un état dépressif et Falcon essayait de lui remontait le moral mais lui aussi n’était pas dans une grande forme. Mick continuait à entraîner la jeune nettoyeuse mais parallèlement à ses entraînements, il buvait et sortait de plus en plus. Pas au point de devenir alcoolique mais suffisamment pour ne vivre que dans une espèce de brouillard flou où la vue de son premier amour et de son regard si inexpressif n’existait plus. Kazue ne supportait plus de voir son entourage se fissurait petit à petit et se renfermait, chaque jour, un peu plus sur elle même. Eriko était partie en voyage présenter sa nouvelle collection mais le cœur de la jeune styliste n’y était plus non plus. Voir sa meilleure amie dans un tel état l’avait complètement déboussolé.  

Mais que faire ? Personne n’avait encore trouvé de réponse satisfaisante à cette question.  

 

Si Ryo avait su qu’en partant il briserait la vie de tous ses amis, peut-être aurait-il réfléchi à deux fois avant de faire son choix. Mais voilà, avant son départ personne n’aurait jamais pu imaginer que cet être obsédé, pervers et abruti la plupart du temps pouvait être la pierre angulaire sur laquelle reposait tout ce petit monde. Sans lui, Kaori avait sombré, suivie de près par tous leurs amis qui n’avaient pas supporté de la voir ainsi et ne pouvaient se résigner à accepter sa décision de devenir nettoyeuse à par entière.  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de