Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: laeti

Beta-reader(s): Kaori28, Saintoise

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 16 capitoli

Pubblicato: 24-02-06

Ultimo aggiornamento: 11-09-06

 

Commenti: 181 reviews

» Scrivere una review

 

RomanceDrame

 

Riassunto: Ryô décide de partir et de laisser Kaori vivre sa vie à la fois pour lui mais aussi pour Kaori. Que va-t-elle devenir sans lui ? Comment va-t-elle pouvoir continuer à vivre sans sa moitié ? Et ce départ est-il vraiment définitif ?

 

Disclaimer: Les personnages de "L'appel au secour" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

I forgot my password

 

You just have to contact me by email and give me your login. You have to use the email address you gave me when you signed up.

 

 

   Fanfiction :: L'appel au secours

 

Capitolo 1 :: Et que le cauchemar commence...

Pubblicato: 24-02-06 - Ultimo aggiornamento: 24-02-06

Commenti: Salut à tous. Ca fait un petit moment que j’ai cette histoire en tête mais j’osais pas vraiment m’atteler à l’écriture. C’est ma première fanfiction donc soyez pas trop dur avec moi. Je tiens à préciser que je ne connaîs pas vraiment le manga mais plutôt l’anime et les films qui ont suivis. Et bien sur, quasiment la plupart des fanfictions présentes sur le site. Donc si vous voyez de grosses bourdes n’hésitez surtout pas à me le faire savoir et je rectifierais le tir. Voilà, j’espère que ça vous plaira parce que cette fanfiction me tient vraiment à cœur.

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16


 

Mais comment cela était-il arrivé ? Comment cela avait-il pu arrivé ? Elle ne le savait pas et surtout, ne l’avait pas senti venir.  

Kaori dévisageait Ryo comme si elle le voyait pour la première fois mais en fait il s’agissait plutôt de la dernière si on écoutait ce que venait de lui avouait son « partenaire ».  

 

Flash back :  

Kaori était assise au salon dans le canapé confortable de l’appartement City Hunter. Elle attendait patiemment son partenaire qui, depuis quelques temps, sortait de plus en plus. Elle ne se serait inquiétée de rien enfin pas plus que d’habitude si ces sorties intempestives ne se faisaient que la nuit, dans les si adorés cabarets de Ryo. Mais non, il disparaissait en fin de matinée pour ne réapparaître que tard dans la nuit. Au début, Kaori pensait à une nouvelle mission qui aurait commanditée par cette chère Saeko, mais après une discrète enquête, il lui avait fallut accepter le fait que l’inspectrice de charme n’y était pour rien.  

 

Elle se questionna pendant des jours et des jours, observant du coin de l’œil les réactions et le comportement de l’homme de la maison. Le peu de fois où elle avait le loisir de passer un peu de temps avec lui avait de quoi paraître alarmant.  

 

Alors un jour alors qu’il s’appétait une fois de plus à quitter l’appartement sans un mot pour sa partenaire, elle décida de prendre les devants. Ryo sentit plus qu’il ne vit la main de Kaori saisir son bras. Il leva son regard profond dans sa direction avec un air interrogatif. Devant ces yeux si troublants, Kaori sentit sa timidité revenir au triple galop mais elle avait déjà trop attendu et c’était le moment ou jamais. Alors, inspirant une grande goulée d’air, elle demanda :  

 

« Ryo, est-ce qu’on peut discuter avant que tu t’en ailles une fois de plus ? »  

 

Elle se reprochait déjà ses paroles. Sa voix lui avait paru plus coupante qu’elle ne l’aurait voulu. Son but n’était pas de la braquer mais de l’amener à lui parler. Elle baissa les yeux devant lui. Il ne pu s’empêcher de la regarder avec tendresse mais se reprit bien vite. Il ne voulait pas envenimer les choses plus qu’elles ne l’étaient. Il avait retardé le plus possible cette discussion mais le moment tant redouté était arrivé. Pas moyen de s’échapper cette fois. Alors il prit à son tour une profonde inspiration et la regarda droit dans les yeux.  

 

« Tu as raison. Je pense en effet qu’il faut qu’on parle. Viens, on va s’asseoir au salon. »  

 

Et sur ces quelques mots, ils s’installèrent sur les fauteuils l’un en face de l’autre. Kaori était oppressée. Elle ne savait pas encore se qu’il comptait lui dire mais sentait déjà que ça n’allait pas lui plaire, mais alors pas du tout. Son regard parlait pour lui. Elle ne lui avait pas vu ce regard depuis bien longtemps. Il était dur, implacable. C’est le regard qu’il réservait à ses ennemis. Jamais il ne l’avait observé de cette manière et elle pris peur l’espace d’un instant mais se reprit aussitôt. Il ne lui ferait jamais de mal, enfin pas délibérément dans le but de la voir souffrir. Elle se rappelait, comme pour se rassurer, la promesse faite à Hide avant sa mort. Il avait juré de toujours la protéger donc il ne pouvait pas vraiment lui faire de mal même si son cœur souffrait depuis bientôt huit longues années de son indifférence et de ses moqueries.  

 

 

Lui aussi repensait au temps qui passe et aux moments qu’ils avaient vécu ensemble. Toutes ces missions les avaient profondément attachés l’un à l’autre malgré ce qu’il essayait de cacher. Mais, à force de vouloir prétendre qu’il ne ressentait rien pour elle, il s’en était quasiment persuadé au point de douter depuis quelques temps de ses propres sentiments. Il les avait tout simplement mis de côté comme on le lui a toujours appris. Et cette fois ci, les choses avaient définitivement changées. Et il devait lui dire. Il savait parfaitement qu’elle souffrirait mais il se disait que c’était bien mieux pour elle et pour lui. Le pire dans tout ça, c’est qu’il en était persuadé. Il avait fait un choix qui changerait tout. Pas seulement entre eux mais aussi avec tout ceux qu’il avait appris à considérer comme sa famille d’adoption. Il savait bien que personne ne comprendrait. Ils étaient tellement tous sûrs des sentiments de Ryo pour sa partenaire que le choc risquait d’être rude mais il ne pouvait pas revenir en arrière. Trop de personnes en souffrirait et il avait envie d’être égoïste pour une fois en ne pensant qu’à lui. Il savait parfaitement qu’en se servant de l’excuse de la sécurité de la jeune femme, il se mentait à lui-même. Il fallait maintenant trouver le courage de lui dire et de supporter sa réaction. Son cœur, même si ce dernier pouvait être froid comme le roc, saignait d’avance à son annonce et à la scène qui allait obligatoirement suivre. Il se redressa et de toute la compassion dont il pouvait faire preuve commença à lui parlait. Kaori crut simplement mourir sur place et d’une certaine manière c’est se qui se passa.  

 

 

 

Et voilà. J’espère que ça vous a plus et si c’est le cas pensez aux reviews…  

 

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de