Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated R - Prosa

 

Autore: Indiana

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 18 capitoli

Pubblicato: 04-02-08

Ultimo aggiornamento: 28-03-12

 

Commenti: 283 reviews

» Scrivere una review

 

GeneralRomance

 

Riassunto: Après une affaire douloureuse, Ryô à préféré partir en laissant Kaori dans le coma... Trois ans plus tard, ils se retrouvent l'un face à l'autre sauf que bien des choses ont changé. Entre les mariages, les nouvelles associations, les menaces de mort, le tandem City Hunter n'a plus aucune raison d'exister...et pourtant...

 

Disclaimer: Les personnages de "Que les temps changent " sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

How many words are necessary in a chapter?

 

For normal fanfictions, the minimum is 600 words. For poetry, the minimum is 80 words and for song fics, the minimum is 200 words. The ...

Read more ...

 

 

   Fanfiction :: Que les temps changent

 

Capitolo 1 :: De retour au bercail

Pubblicato: 04-02-08 - Ultimo aggiornamento: 04-02-08

Commenti: Bonjour, je me lance dans une troisième fic mais que j'ai en réalité écrite depuis un bon moment. Je n'osais pas trop la publier parce que je ne me sentais pas en confiance mais bon je verrais bien! J'espère qu'en écrivant une troisième fic je pourrais trouver plus d'inspiration pour les autres mais bien évidemment les majes se feront aussi plus espacées!lol En espèrant, que ma nouvelle idée vous plaira autant que les deux autres! De gros bisous à tous et bonne lecture.

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18


 

Accoudée à la rambarde d'un balcon, une jeune femme but une longue gorgée de son whisky tout en regardant la ville s'illuminer sous ses pieds. Ce qu'elle pouvait aimer ce spectacle si apaisant : elle avait bien compris que lui aussi aimait ce lieu plus que tout au monde mais elle n'avait jamais ressenti autant d'énergie positive que maintenant. Elle soupira doucement même au bout de trois ans, elle n'arrivait pas à se le sortir de la tête et pourtant elle s'était plutôt bien reconstruite mais il lui manquait quelque chose, ce petit brin de folie qu'il lui avait toujours procuré. Sauf que désormais c'était sans lui qu'elle devait affronter la vie mais rien ne lui servirait de pleurer à nouveau, il valait mieux qu'elle continue à faire comme si de rien n'était. Elle finit son verre et juste avant d'en boire la dernière goutte, le leva au ciel et dans un sourire lança aux étoiles:  

- Joyeux anniversaire Ryô...  

La buveuse eut un regain de nostalgie qui lui fit monter les larmes aux yeux mais elle les refoula en vitesse : elle ne se laisserait plus submergée par cette peine qui l'avait ravagé durant des jours. Elle avait déjà versé toutes les larmes dont elle était constituée, elle avait déjà trop souffert et elle ne voulait plus jamais ressentir cette douleur. Mais comment en étaient-ils arrivés là ? Sûrement par manque de confiance en l'autre ou par manque de compréhension, enfin elle n'en savait rien. Le fait est que lui était parti, qu’elle était restée et qu’une amitié avait pris fin. Un amour s'était éteint.  

Alors que la jeune femme était perdue dans ses tristes souvenirs, elle sentit son portable vibrer dans sa poche. Elle s'en saisit et décrocha :  

- Oui ?  

- Kao, c'est moi! J'ai un boulot pour vous.  

- Saeko, tu sais que nous nous ne nous faisons pas payer en coups imaginaires! Alors si tu veux que je vienne, il va falloir aligner la monnaie.  

- Mais bien évidemment, rit bêtement Saeko, tu ne crois pas que j'allais me défiler encore. Je t'attends au grand hôtel dans quinze minutes.  

- D'accord, nous arrivons.  

Kaori raccrocha et souffla doucement en rejoignant son logis avec fracas pour que ses amis se réveillent.  

 

A l'autre bout de la ville dans un grand hôtel, une jeune commissaire raccrocha en souriant son portable et se retourna vers son interlocutrice.  

- Tout est arrangé, je viens de prévenir le meilleur groupe de garde du corps de la ville et ils arrivent dans les plus brefs délais.  

- Vous aviez plutôt intérêt! Non mais alors que je viens ici dans le but d'améliorer les relations diplomatiques de nos deux pays, je manque de me faire assassiner! Dans ma propre chambre qui devait soit dit en passant être gardée par vos hommes.  

- Mes hommes n'ont rien vu et ont correctement effectué leur travail, se défendit la commissaire. D'ailleurs j'aimerais que vous me fassiez votre déposition.  

- Je l'ai déjà faîte à l'un de vos sous-fifre, persifla la jeune femme. Je ne vais pas recommencer pour votre bon vouloir!  

- D'accord...mais étiez-vous seule durant l'attaque ?  

- Non, mon mari était présent.  

- Puis-je le voir ?  

- Si cela vous amuse. Suivez moi.  

Saeko regarda la femme se lever et lui passer devant : cette pimbêche de Serena Andrews, petite-fille d'une vieille ambassadrice croyait que le monde lui était tout dévoué et que cela était une bénédiction qu'elle soit sur cette planète. Elle avait exigé pour sa venue un faste bien étonnant mais auquel elle semblait habituée: depuis quelques années déjà, elle prenait la place de sa grand-mère sur la scène internationale et en profitait pleinement. Elle se prenait pour une véritable princesse et réclamait le traitement en conséquence, peu de pays avaient à ce jour eut assez de liquidités pour accueillir cette pseudo ambassadrice et sa cour de lèche-botte.  

Serena guida Saeko vers un salon où un homme attendait face à la fenêtre. La commissaire détailla celui qui devait être le mari de Serena avec beaucoup d'attention : de grande taille avec un carrure imposante, une prestance particulière et une chevelure indisciplinée de couleur noire. Saeko retint son souffle : bien sûr cet homme était indéniablement attirant mais c'était surtout cette impression de déjà-vu qui saisit la jeune femme. L'objet de son attention se retourna pour lui faire face:  

- Chéri, minauda Serena, je te présente le commissaire Nogami. Elle désire te parler.  

- Commissaire ? Et bien dis-donc, t'as eu de l'avancement depuis mon départ ?  

Saeko eut un hoquet de surprise, elle ne s'était pas trompée : ce regard d'aigle, ce sourire charmeur et cette voix goguenarde ne pouvaient appartenir qu'à une seule personne.  

- Ryô ....  

La commissaire resta bouche bée de la découverte qu’elle venait de faire, elle se frotta les yeux comme pour se convaincre qu’il était bien là. Ryô la regarda faire avec un sourire attendri et se dirigea vers elle.  

- Et oui, c'est bien moi! s'exclama le nettoyeur en la serrant dans ses bras  

- Je n'en reviens pas, tu n'as pas changé!  

- Moi non mais toi... Alors tu es devenue commissaire, quelle belle promotion!  

- Merci, mais qu'est ce que tu fais ici ?  

- Je suis...  

- Nous sommes en voyage de noces, l'interrompit Serena. Ryô et moi , nous nous sommes mariés il y a deux mois.  

- Quoi ? s'écria Saeko en manquant de tomber  

- Ecoute Serena, tu peux nous laisser seuls, fit Ryô. J'aimerais parler avec mon amie en privé.  

- Attention, je te surveille, lui glissa sa femme en venant l'embrasser ostensiblement  

Ryô attendit que la blonde incendiaire sorte de la pièce pour se jeter sur un grand fauteuil la tête entre les mains.  

- Je sais très bien ce que tu dois penser, mais oui, je suis bel et bien marié à cette femme! Ne me demande pas pourquoi, ni comment car cela je l'ignore encore, disons juste que je me suis retrouvé en position de faiblesse et que cette option était ma seule issue de secours. Serena n'est à l'évidence pas le type même de l'épouse idéale mais je n'ai plus la force de me battre, j'ai déjà trop perdu.  

- Tu veux parler de Kaori ? lui demande Saeko en s'asseyant à son opposé  

- Oui....au fait comment va t-elle ?  

- Bien, je crois...enfin....écoute Ryô, il faut que tu partes sinon tout va dégénérer!  

- Quoi ? Expliques toi!  

- Ta femme m'a demandé de faire venir les meilleur gardes du corps de la ville, j'ai donc été obligée d'appeler le groupe JFK.  

- JFK ? Je ne connais pas ce groupe! C'est en hommage à l'ancien président américain ?  

- Oui et non, sourit Saeko, disons qu'il y a de cela mais JFK représente aussi les initiales des trois personnes du groupe. Il y a Jake Davis, Fabian Rodriguez et... Kaori Makimura.  

 

A l'annonce du dernier prénom, le regard de Ryô se fit flou: alors elle allait venir. Depuis qu'il avait posé le pied sur le sol japonais, il avait ressenti cette envie intenable d'aller la voir mais il s'était retrouvé paralysé par une terreur ingérable qui l'avait cloué au sol. Savoir qu'il la verrait bientôt lui faisait tellement plaisir et en même temps tellement peur, qu'il ne savait plus où il en était.  

- Tu savais qu'elle serait là ?  

- Oui, je le savais mais ce que j'ignorait c'est que toi tu serais là! rit la commissaire  

- Je ne sais pas comment faire ?  

- Tu ne veux pas la revoir ? Tu veux que je lui dise de ne pas venir ?  

- Non, non...c'est pas ça...mais j'ignore comment me comporter face a elle ! Je ne sais plus quels mots utiliser pour renouer nos liens!  

- Improvise! Tout ce que je peux te dire c'est qu'elle a énormément changé!  

- Elle est comment maintenant ? demanda le nettoyeur avec une nouvelle lueur dans les yeux  

- Tu verras bien! Sois patient! s'exclama Saeko  

 

Le nettoyeur se reprit la tête entre les mains tandis que la jeune commissaire quittait la pièce, le laissant à ses pensées. Ryô se souvint de ce qu'il l'avait poussé à quitter son ancienne vie :  

Il y avait de cela seulement un peu plus de trois ans, un énième défi lui avait été lancé et bien entendu il l'avait relevé. Quand il était arrivé au lieu de l'affrontement, il s'était fait prendre dans une grossière embuscade qu'il aurait du sentir mais il était alors trop préoccupé par l'état de santé inquiétant de sa partenaire. Cette dernière était tombée malade soudainement et ne semblait pas pouvoir s'en relever, le Doc ne cessait de l'ausculter et pourtant il ne trouvait pas la cause de cette maladie. Ryô était donc bien plus concerné par ce mal inconnu que par son hypothétique mort: il était resté prisonnier de son adversaire par manque d'attention et alors qu'il aurait du s'inquiéter pour sa vie, n'avait de cesse de penser à sa partenaire. Son rival l'avait alors battu à mort et alors que le nettoyeur sentait sa dernière heure arrivée, le gangster lui avait glissé à l'oreille la raison de la mauvaise santé de Kaori. Apparemment le traître avait tout prévu, il savait bien que le talon d'Achille du grand City Hunter était cette jeune femme alors il s'était arrangé pour glisser un mélange de sa composition dans une des ses consommations lors d'une soirée. Elle n'avait rien senti sur l'instant mais désormais elle en paierait les conséquences et d'ailleurs ses chances de survie étaient assez faibles. L'homme s'était relevé pour toiser Ryô et lui porter le coup de grâce, mais le nettoyeur, bien qu'affaibli, avait retrouvé une énergie sans bornes. Savoir que ce freluquet était le responsable de la maladie de son ange avait décuplé ses forces. Et guidé par une rage incontrôlable, le nettoyeur l'avait froidement tué de ses mains juste avant de tomber à terre, épuisé de ce combat.  

Mais il ne pouvait pas se permettre de se laisser aller alors que sa partenaire était au prémices de la mort: il avait regagné tant bien que mal la clinique pour y trouver sa partenaire inconsciente. Apparemment, durant son absence Kaori avait eu un grave malaise et sans l'intervention salvatrice de Mick, elle y serait certainement restée. Le Doc grâce aux indications de Ryô avait pu isoler la bactérie dans le corps de Kao et en retirer un antidote, il le lui avait administré mais il ne savait pas quand elle reviendrait à elle. Le nettoyeur aurait du rester avec elle, sauf que la voir dans cet état, lui était insupportable. Il savait que si l'amour de sa vie était sur ce lit, c'était entièrement par sa faute et que s'il elle n'était pas la compagne de City Hunter, elle aurait une chance de vivre longtemps. Il avait alors réfléchi : il était évident que Kaori refuserait tout net de le quitter donc c'était à lui de partir. Il n'avait pas attendu qu'elle se réveille, avait pris un minimum d'affaire et sans en toucher un mot à quiconque avait fui.  

Il avait dès lors, arpenté le monde à la recherche d'un endroit où ses compétences pourraient être utiles et avait fini par ce dégoter un travail de garde du corps pour une jeune ambassadrice, Serena Andrews. Au fil du temps, Ryô avait noué des liens d'amitié durable avec le jeune frère de sa patronne, Peter, et avec son assistante, Ava mais il en conservait d'autres plus tendus avec son employeuse. Sauf que la jeune femme, elle, trouvait vraiment le garde du corps à son goût : elle avait alors déployé tous ses atouts de charme pour attirer Ryô dans ses filets, lui c'était montré réticent mais après une sombre affaire, il s'était résolu à prendre Serena comme épouse. Lui qui avait toujours clamé qu'il ne se serait jamais l'homme d'une seule femme, il était maintenant obligé de se contenter d'une seule et unique femme. Si seulement cette femme avait été Kaori, il aurait certainement vécu cela comme un enchantement mais avec Serena il était bien loin du bonheur. Tout d'abord sa fiancée était très imbue d'elle même et d'un égoïsme sans pareil, elle refusait qu'il côtoie d'autres femmes, qu'il s'absente sans la prévenir ou tout simplement qu'il vive sans elle. Il aurait du s'enfuir mais il n'en avait plus la force : il avait déjà tellement perdu en quittant Kaori que maintenant qu'il soit seul ou avec cette peste, cela lui était égal. Même le fait de vivre lui était devenu égal.  

La porte de la chambre s'ouvrit de nouveau sur Peter qui se jeta sur le canapé devant son beau-frère:  

- Alors t'as vu comment la commissaire était bien roulée ?!  

- Peter, souffla le nettoyeur, j'ai autre chose à faire que de m'occuper de tes fantasmes!  

- Oh, arrêtes! T'es le plus grand pervers que je connaisse et pourtant t'as pas des vues sur cette Saeko ?!  

- Non... ou tout du moins j'ai plus de coups en compte avec elle!  

- J'y crois pas, elle te devait des coups ?! J'hallucine! Bon okay, je te laisse la commissaire. De toute façon, j'ai cru comprendre qu'une autre bombe supra-explosive allait nous rejoindre!  

- De quoi tu parles encore ?  

- D'une certaine garde du corps du nom de Kaori Makimura et d'après ce que m'on en dit les flics de garde, elle est du genre canon. Je vais essayer de tenter ma chance, qui sait...  

- Je t'interdis de l'approcher! gronda Ryô en le coupant. Tu ose quoique ce soit en sa direction et j'te colle une balle entre les deux yeux! Pigé ?  

- Ouhhhh.... Ca faisait un bail que j'avais pas eu à faire à Ryô Saeba le nettoyeur et tu sais quoi il m'a manqué! J'avais l'impression que tu n'étais plus que le chiot de ma sœur mais en fait t'as pas vraiment changé. Attends t'étais jaloux que je m'approche de cette femme, mais oh....j'ai pigé!  

- Quoi ? grogna le nettoyeur  

- Au début de notre amitié, tu parlais sans cesse d'une femme que tu aimais plus que ta propre vie et mon petit doigt me dit que cette femme c'est la Kaori que nous allons rencontrer! Sinon pourquoi serais-tu jaloux que je veuille tenter ma chance avec elle.  

- Ecoutes Peter....entre Kaori et moi c'est compliqué, alors si tu pouvais éviter de te rajouter à l'équation, ça m'arrangerais.  

- D'accord mais promets-moi que si tu renonces à cette femme, j'aurais le droit de me mettre sur la liste.  

- Je n'y vois pas d'inconvénient, sourit Ryô, mais rappelles toi que je suis marié à ta sœur.  

- Oui mais nous savons tous les deux ce que cela veux dire! fit Peter avec un clin d'œil appuyé  

 

Alors que les deux hommes finissaient leur conversation, la sonnette de la suite retentit provoquant une réaction sur l'épiderme de Ryô. Il baissa la tête au sol et écouta avec attention : il entendit clairement quelqu'un aller ouvrir la porte. Des paroles furent échanger puis des pas nouveaux résonnèrent dans la suite: trois personnes d'après Ryô dont une plus légère et portant des talons hauts. Mais depuis quand sa partenaire portait des talons ? Saeko l'avait prévenu que Kaori avait réellement changé mais il ne parvenait pas à s'imaginer dans quelles proportions ce changement s'était opéré. C'est pourquoi avec la grâce typique d'un félin, le nettoyeur se leva et se précipitant vers la porte, l'entrebâilla. Il ne vit d'abord que deux hommes entraient dans la pièces: deux armoires à glaces, l'un blond et l'autre brun foncé. Il en déduit que ce devaient être le J et le F du groupe mais il s'en contrefichait légèrement, lui ce qu'il voulait voir c'était le K de cette équipe. Les talons se firent plus proches, Saeko entra dans le salon suivie par Kaori. Il la vit et ne put que se retenir de respirer.  

- Oh, mon Dieu....  

Ryô détailla de la tête au pied la nouvelle arrivante, qui n'avait plus rien à voir avec son ex-partenaire : Kaori avait laissé pousser ses cheveux qui désormais lui tombaient en cascade sur les épaules. Ses boucles auburn se révélèrent en réalité frisées avec des reflets plus marqués à certains endroits. La jeune femme s'était affinée de silhouette et portait une tenue parfaitement féminine : un pantalon noir évasé, rehaussé d'une tunique turquoise à manches longues et qui lui collait au corps. Une grande besace en cuir et des bottes noires compléter la nouvelle tenue de sa partenaire. Un léger maquillage venait agrémenter avec finesse le beau visage de son ange mais l'œil expert du nettoyeur remarqua surtout un petit dessin sur la nuque de la jeune femme. Entre deux mèches de cheveux, Ryô put découvrir la présence d'un tatouage : cette découverte l'électrisa légèrement et renforça son attirance pour la jeune femme comme si ce graphiti faisait ressortir le petit démon qui se cachait dans cet être angélique. Kaori ne remarqua pas la présence de son partenaire et vint s'installer prêt des deux hommes de tout à l'heure. Elle avait perdu son côté garçonne et peu sûre d'elle pour devenir une vraie beauté en puissance d'ailleurs Ryô vit les regard coulant que lui lançaient les hommes présents dans la pièce. S'en fut trop pour ses nerfs et alors que sa femme commençait à tous les présenter, il pénétra en douceur dans la pièce juste derrière Kaori. La jeune femme sentit une décharge lui parcourir la colonne vertébrale mais elle n'y fit pas vraiment attention, écoutant avec attention sa cliente.  

- Ah voici enfin mon mari, termina Serena, Chéri approche!  

Obéissant comme à son habitude, le jeune homme contourna le groupe JFK et s'installant face à eux, accrocha son regard dans celui de Kaori. Cette dernière crut rêver : mais non elle ne rêvait pas! Son partenaire se tenait face à elle, toujours aussi beau et toujours aussi envoûtant. Il n'avait rien perdu de son charme mais son regard ne possédait plus l'étincelle que Kaori lui connaissait. La jeune femme resta sans voix de cette découverte, se tourna vers Saeko pour chercher de l'aide mais se heurta à un sourire complice. Elle rétablit son attention sur Ryô et lâchant son sac à terre, s'enfuit en direction de la première porte qu'elle trouva. Sans savoir où cela la mènerait, elle entra et claqua la porte à sa suite. Ryô, éberlué par cette réaction et poussé par cette envie qu'il avait tût durant des années, il s'élança à la poursuite de Kaori. Oubliant cette peur qu'il l'avait paralysé, il redevint l'espace d'un instant le nettoyeur amoureux de sa partenaire, Saeko avait raison il fallait qu'ils crèvent l'abcès et qu'ils se fassent de nouveau confiance. Et pour cela Ryô serait prêt à tout.  

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de