Hojo Fan City

 

 

 

Data File

Rated G - Prosa

 

Autore: belo

Beta-reader(s): Cdm98, Nanou

Status: In corso

Serie: City Hunter

 

Total: 20 capitoli

Pubblicato: 02-10-04

Ultimo aggiornamento: 22-03-08

 

Commenti: 224 reviews

» Scrivere una review

 

GeneralDrame

 

Riassunto: Je vais tenter de relever le défi de Kelly, qui propose une situation dramatique et douloureuse pour CH.

 

Disclaimer: Les personnages de "Traumatisme" sont la propriété exclusive de Tsukasa Hojo.

 

Tricks & Tips

What does HFC mean?

 

It's the name of the web site. HFC = Hojo Fan City.

 

 

   Fanfiction :: Traumatisme

 

Capitolo 4 :: Pas taper svp !!!!

Pubblicato: 31-10-04 - Ultimo aggiornamento: 26-05-07

Commenti: Bonsoir à tous, me revoila avec un petit chapitre tout mignon. J'ose espérer que vous ne m'en voudrait pas pour ce que je compte faire. Spéciale dédicace à mes beta Kairi, et à tout mes revieuweurs d'amours, j'ai nommée : Cat, Chanlyr, Clo, Kairi, Kelly, Lady Gaby, Lee, Lex, Life, Me, Mopsine, Myiu, Sabi Sophie, Spot2001 Bonne lecture à tous

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20


 

Les yeux de Kaori brillaient à présent. Elle passerait la soirée de la saint valentin avec Ryo.  

 

Elle n’avait besoin de rien sauf de le sentir près d’elle.  

 

Kaori passa donc au supermarché et fit quelques courses.  

 

« Ryo, entrons manger ici ! J’ai une faim de loup ! »  

 

« Enfin, une femme qui mange sans se priver ! » une larme coula sur la joue de Ryo.  

 

Ryo et Akane entrèrent dans un petit restaurant. Ils dînèrent et passèrent la soirée à flâner dans les rues animées de la ville.  

 

Kaori entra dans son appartement, aucune lumière n’était allumée.  

 

« Ils ne sont pas rentrés. Tant pis ! Je vais préparer le dîner. »  

 

La jeune femme entra aussi vite dans la cuisine et n’en ressortit qu’après avoir terminé de préparer le dîner.  

 

Elle regarda alors sa montre. Il était 20h30.  

 

« Il ne va pas tarder. Il a beau critiqué ma cuisine mais il est toujours à l’heure pour se remplir l’estomac. »  

 

Sereine, Kaori s’installa sur le canapé, alluma la télévision et attendit le retour de son partenaire.  

 

21 h sonna et Personne ne rentra.  

 

22 h arriva et toujours personne.  

 

Kaori s’impatientait, le doute et l’angoisse l’envahirent doucement.  

 

« Et si… »  

 

« Non Kaori ! Arrête de penser à des choses aussi mauvaises ! Ryo est avec Akane, il fera tout pour la garder saine et sauve… mais s’il était blessé ?… Non Kaori, arrête !… à moins qu’ils soit ?…non arrête ! Ryo ne pourrait pas… »  

 

Kaori, à bout de nerf, se leva une énième fois de son canapé.  

 

23 h 30. Kaori était toujours seule.  

 

Elle prit alors le téléphone et appela ses amis mais aucun d’eux n’avait des nouvelles de Ryô et Akané.  

 

« Du calme Kaori. Il est le numéro 1. Il ne lui est rien arrivé, je le sentirai sinon. »  

 

La jeune femme était fatiguée par toutes ces questions, par cette longue attente. Son cœur et sa raison étaient en conflit direct.  

 

Son cœur avait peur qu’un malheur ne soit arrivé alors que sa raison privilégiait la thèse de l’escapade amoureuse.  

 

Alors machinalement Kaori monta à l’étage et se fit couler un bain chaud pour se détendre un peu. Plongée dans le bain, les larmes firent leur apparition. Tel une fontaine qui ne pouvait plus s’arrêter, les yeux de Kaori était devenue le chemin de cette eau tiède et salée.  

 

Elle pleura longtemps et silencieusement. Mais alors qu’elles’assoupissait légèrement, elle entendit des rires lointains.  

 

« Je deviens folle, j’entends des voix ! »  

 

Kaori se redressa et secoua la tête.  

 

« La vapeur ne me réussit pas »  

 

Fatiguée par la journée, fatiguée par le stress, Kaori ne prit pas le temps de se savonner qu’elle attrapa son peignoir pendu non loin de là et s’emmitoufla dedans.  

 

Des voix s’élevèrent de nouveau.  

 

« Je n’ai donc pas rêvé ? C’est Ryo qui rentre enfin ! »  

 

Kaori s’apprêta à sortir. Elle posa sa main sur la poignée de la porte de la salle de bain puis s’arrêta aussitôt.  

 

Tiraillée entre la colère et la joie, elle ne savait plus quoi penser, ni quoi faire.  

 

Quelque peu soulagée de l’avoir entendu, elle sortit pourtant de la pièce et se dirigea vers sa chambre. Elle pénétra dans la pièce dans le calme le plus total mais ne pouvant ignorée les rires émanant du bas, elle tenta de se faire discrète.  

 

Elle s’installa sur son lit. Elle devait reprendre ses esprits. Cacher ses yeux rougis. Et surtout s’armer du mieux qu’elle pouvait pour corriger Ryo.  

 

« Comment ose-t-il ? Il me nargue alors que je cuisine pour lui... alors que je l’attends toute la soirée... et lui ? Lui, il rentre avec cette cliente et fait comme si de rien n’était. RYO SAEBA, je vais te montrer qu’on ne se moque pas de KAORI MAKIMURA impunément !!. »  

 

Enervé et surtout frustrée, Kaori passa rapidement son pyjama et descendit.  

 

Ryo était assis sur le rebord de la fenêtre, un verre de whisky à la main lorsque sa colonne vertébrale se glaça. Il sentit la colère de Kaori. Levant doucement la tête, il sourit bêtement à la femme qui se trouvait à présent en bas des escaliers.  

 

Les bras croisés sur la poitrine, le rouge aux joues, et les yeux noirs, elle commença.  

 

« Où as-tu emmené notre cliente ? Tu crois que c’est le moment de te pavaner avec elle ? Elle est en danger, je te le rappelle ! Et pour éviter trop de problème, il faut rester discret  

 

"Ryo !!"  

 

Kaori lança une massue dont elle a le secret et se précipita vers la cuisine avant que les larmes ne recommencent à couler.  

 

«Elle est jalouse parce que personne ne l’invite jamais. » renchérit Ryo pour expliquer le comportement de sa partenaire.  

 

Une massue revint aussitôt le scotcher contre le mur.  

 

Kaori entra dans la cuisine, suivi de Ryo qui s’était libéré de son mur.  

 

« Oh quelle présentation ! » Ryo réalisa que sa partenaire avait préparé un festin de roi pour lui et sa cliente.  

 

« Je suis désolée, Kaori »  

 

Mais Kaori ne répondit pas. Elle débarrassa les couverts, rangea les mets qui était toujours dans les plats.  

 

« Kaori… » commença Ryo.  

 

Mais il s’arrêta. Sans bouger, il jeta un coup d’œil derrière lui et aperçut Akane qui était dans le couloir.  

 

« Kaori, j’aime beaucoup Akane et je ne voudrais pas qu’elle pense que nous sommes ensemble alors arrêtes tes crises de jalousie ! »  

 

« De quoi tu parles ? »  

 

Ryo sortit sans laisser le temps à Kaori de comprendre ses paroles.  

 

Arrivant à saturation, Kaori regarda autour d’elle. Tout lui semblait froid. La cuisine lui faisait l’effet d’un tombeau. La jeune femme avait l’impression que son cœur s’était arrêté de battre.  

 

Elle regarda une nouvelle autour d’elle. La table était toujours dressées pour trois personnes. La colère et la rage la gagnèrent complètement.  

 

Elle attrapa tout ce qui était sur la table et le posa violemment dans l’évier.  

 

Les verres s’entrechoquèrent. Les assiettes volèrent se brisant au contact des verres.  

 

Kaori se défoulait dans sa cuisine et rien ne fut épargné.  

 

Ryo était assis avec Akane dans le salon. Des bruits de porcelaine brisés retentirent dans le calme de l’immeuble.  

 

« Je crois qu’elle est un peu énervé. »  

 

« Occupez-vous de vos histoires ! Bon, je vais aller voir quelle mouche l’a encore piquée ! »  

 

Le visage dur, les yeux noirs, Ryo entra dans la cuisine.  

 

« T’as pas fini de faire tout ce vacarme ? »  

 

Un verre le frôla. Kaori était dans une colère noire.  

 

« Sors d’ici !!! »  

 

Ryo s’approcha de sa partenaire et, attrapant ses épaules, exerça une légère pression pour la faire se tenir tranquille. Il se plaça délibérément dos à la porte de la cuisine.  

 

Il ouvrit la bouche mais aucun son n’en sortit. Kaori regarda ses lèvres bouger.  

 

Mais au bout de quelques secondes, il s’écarta de la jeune femme.  

 

Kaori sortit de la cuisine la première tandis que Ryo resta pour ranger les dégâts causée par la jeune femme.  

 

« Excuse-moi Kaori mais tu es en danger et je ne veux pas te perdre à cause d’elle ! Je t’expliquerai tout quand j’aurai vraiment compris de quoi il en retourne. »  

 

Akane regarda Kaori traverser la pièce, la tête basse, le dos courbé comme si la survie du monde reposait sur ses épaules.  

 

Elle arriva enfin à l’étage et ouvrit la porte de sa chambre. Elle fit un pas puis s’arrêta.  

 

Sa respiration se fit difficile. Cette chambre était lourde de tristesse et ces murs étaient les témoins de ses doutes et de ses angoisses.  

 

Elle étouffa en entrant dans cette pièce. C’était comme si un drame s’était déroulé dans ces lieux mêmes.  

 

La poignée de la porte toujours dans la main, elle s’effondra une main sur sa poitrine.  

 

« Calme toi Kaori ! C’est pas le moment de flancher ! Tu sais ce que t’as dit Ryo alors fais lui confiance. »  

 

Mais le stress de ces deux jours revint aussitôt au galop et elle suffoqua, incapable de reprendre le rythme de son cœur.  

Akane monta à son tour. Sa chambre était à l’opposée de celle de Kaori. Elle se déshabilla et se fit couler un bain.  

 

Ryo était assis, les yeux fermés. Il semblait concentré sur un problème. Son calme extérieur n’était qu’un leurre, son cœur et son âme étaient torturés.  

 

Il resta quelques secondes ainsi puis ses yeux se rouvrirent comme si une personne venait de lui donner une gifle. Stupeur, angoisse se lisaient à présent dans ses yeux.  

 

« Kaori... » murmura-t-il.  

 

Il sentit la souffrance, la douleur et le mal-être de sa partenaire. Sans plus attendre, il grimpa les escaliers et en moins de quelques secondes, il arriva devant la chambre de la jeune femme.  

 

Son cœur s’arrêta quand il l’aperçut sur le sol, la respiration courte et rapide.  

Il s’élança vers elle et, s’agenouillant, la prit dans ses bras pour voir son visage.  

 

Son visage était crispé et ravagé par les larmes. Ses yeux étaient étrangement fermés. Le teint pale, Kaori était toujours dans un état second.  

 

« Kaori ? Ouvre les yeux ! C’est moi, Ryo ! »  

 

Une voix lointaine arrivant à ses oreilles, Kaori reprit peu à peu ses esprits.  

 

« C’est rien Ryo ! Laisse-moi stp »  

 

« Non, mais tu plaisantes ! » Ryo passa ses bras sous ses jambes et la souleva délicatement.  

 

Du pied, il ferma la porte et emporta la jeune femme sur son lit.  

Puis il l’allongea et s’écarta.  

Kaori ferma de nouveau les yeux. La présence de Ryo la réchauffa peu à peu.  

 

Elle ne fit plus aucun mouvement et bientôt le sommeil la gagna.  

 

Une fois Kaori endormie, Ryo quitta la chambre.  

 

« Je dois m’occuper d’Akane maintenant. »  

 

Soucieux de l’état de Kaori, il opta pour la manière forte. Il devait avoir le champs libre pour veiller sur sa partenaire.  

 

Ainsi, il redescendit au salon et prit la bouteille de saké du bar et monta dans sa chambre.  

 

« Tu vas faire de beaux rêves Akane ! Crois-moi. »  

 

Il ressortit de sa chambre et se dirigea vers la chambre d’amis.  

Arborant son plus beau sourire, des yeux charmeurs, il tapa à la porte.  

La jeune femme ouvrit la porte, une serviette enroulée autour de la taille.  

 

« Ryo… mais je ne suis pas habillée…. » tenta-t- elle avant d’être interrompu.  

 

« Akane » Ryo posa un doigt sur les lèvres de la jeune femme pour l’empêcher de continuer.  

 

Il s’approcha de son visage. Ses yeux plongeaient dans ceux de la femme. C’était comme si le temps s’était arrêté et Akane laissa ses paupières retomber, se laissant embrasser.  

Alors sans quitter les lèvres de la femme, il pénétra dans la chambre l’entraînant avec lui.  

 

Akane, toujours prise dans l’action du baiser, sentit néanmoins un froid lorsque Ryo s’écarta d’elle.  

 

Les yeux pétillants et fiévreux, il la dévisagea.  

 

« Un verre pour me détendre... Tu m’accompagnes avant de terminer notre conversation ? » un clin d’œil appuya ses paroles.  

 

Ryo s’assit sur le rebord du lit et invita la jeune femme à prendre place à ses cotés. Il versa de liquide dans les deux verres et en tendit un à sa cliente.  

 

Ryo ne laissait pas la jeune femme insensible. Alors perdant le contrôle, Akane accepta le verre tendu .  

 

« A notre rencontre ! »  

 

Akane était surexcitée, une main se posa sur la cuisse de Ryo.  

 

« A notre rencontre ! »  

 

Les deux verres levés, Ryo but une gorgée, imité par Akane.  

 

La jeune femme vida son verre et le posa sur le chevet.  

 

Elle ne voulait pas perdre de temps et reprit rapidement là où ils avaient arrêté.  

 

Elle se leva, laissant sa serviette tomber lourdement sur le sol.  

 

Ryo resta assis et regarda ce corps parfait. Il sentit le désir émanait de la jeune femme et ne voulut pas la laisser sur sa faim.  

 

Alors il posa son verre à peine entamé. Akane poussa Ryo qui se retrouva désormais allongé sur le lit à sa merci.  

 

Elle adopta aussitôt la position de l’amazone et chevaucha Ryo avec ardeur.  

 

Leurs lèvres se rencontrèrent de nouveau et les mains de la jeune femme explorèrent passionnément le corps de Ryo  

 

 

 


Capitolo: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20


 

 

 

 

 

   Angelus City © 2001/2005

 

Angelus City || City Hunter || City Hunter Media City || Cat's Eye || Family Compo || Komorebi no moto de